Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 03:11

 

 

 

 

Intrusion-Mandaba-au-CPN-16-AU-17.6--4-.jpg

 

 Mandaba en train de faire le pitre lors de son intrusion au CPN du MLPC

 

Intrusion-Mandaba-au-CPN-16-AU-17.6--1-.jpg

 

 

Contrairement à l’autre transfuge comme lui, Pascal Koyaméné qui, bien qu’ayant choisi de trahir et tourner le dos à son parti le Rassemblement Démocratique Centrafricains (RDC) pour la mangeoire de Bozizé en faisant son entrée  dans le gouvernement de Touadéra 3, ne refait plus parler de lui, Jean Michel Mandaba lui, continue de se distinguer par des initiatives aussi saugrenues que provocatrices et toujours dans le registre opportuniste.  

C’est ainsi qu’à la différence de son compère de trahison Koyaméné avec qui ils avaient été tous les deux sanctionnés par leur parti respectif à savoir le RDC et le MLPC mais qui se tient lui à carreau, le comportement et les actes que pose depuis sa radiation du MLPC Jean Michel Mandaba témoignent d’un certain refus d’accepter la sentence prononcée à son encontre par le dernier Conseil Politique National de ce parti à la mi-juin dernier.

Pendant cette importante assise du MLPC qui habituellement se tient entre deux congrès, alors que des explications étaient en train d’être apportées aux membres du CPN qui en avaient exprimé la demande par le président du MLPC Martin Ziguélé à propos du cas Mandaba et ses gaves agissements et actes posés en violation des textes du parti, ce dernier va faire une intrusion dans la salle du Centre Jean XXIII où se déroulaient les travaux du CPN, réussissant même à se rendre directement à la tribune pour tenter de prendre la parole afin de s’expliquer créant ainsi un incident.

La réaction de ses anciens camarades présents dans la salle fut immédiate et il avait failli littéralement se faire lyncher et néanmoins mis à la porte de la salle manu militari. Il s’en alla confus mais très en colère se consoler dans les bras des complices qui l’avaient accompagné sur les lieux dans cette mésaventure. Des témoins rapportent même qu’il était tellement en colère que pris d’hystérie, il a donné plusieurs coups de poing à sa voiture tout en versant des larmes.

La véritable raison de cette colère du bonhomme était que pour une fois, le CPN du MLPC a été publiquement édifié par les différents exposés faits par le Bureau Politique du MLPC sur les vices et actes d’indiscipline caractérisée ainsi que le mauvais comportement de Jean Michel Mandaba. C’est donc en connaissance de cause et de façon tout à fait justifiée que le CPN du MLPC a décidé de le radier de ce parti qu’il n’a eu de cesse de trahir et d’humilier.

C’est avec son entrée au gouvernement Touadéra 3 qu’on saura, selon certaines indiscrétions glanées dans l’entourage de Bozizé et de certains ténors du KNK, que Jean Michel Mandaba, en dépit de ses fonctions de secrétaire général du MLPC, avait entamé sans le moindre scrupule depuis bien longtemps la démarche consistant à fricoter et prendre secrètement attache avec les dignitaires du pouvoir en place, d’abord pour obtenir des subsides pour sa campagne électorale des législatives à Bamingui et ensuite pour obtenir un maroquin au gouvernement après les élections. Un tel comportement n’est même plus seulement de l’opportunisme mais carrément de l’escroquerie qui est la caractéristique fondamentale de cet individu.

En effet, ses vols et détournement de véhicules appartenant à un particulier au Cameroun peu après le coup d’Etat du 15 mars 2003 qui avait renversé le régime de feu Patassé, avaient suffisamment défrayé la chronique lorsqu’il fut arrêté un beau jour par la police camerounaise à Douala en transit, revenant de Malabo. Il fut conduit sous bonne escorte jusqu’à Yaoundé pour être incarcéré. C’est à l’issue d’âpres négociations diplomatico-judiciaires qu’il sera remis en liberté après avoir pris l’engagement de rembourser le montant des voitures qu’il a volées. C’est donc un escroc de haut vol dont la sinistre réputation ternissait tellement l’image et constituait un boulet pour le MLPC dont les actuels responsables sont mêmes plutôt ravis que le personnage se soit de lui-même naufragé de cette façon.

Il est franchement surprenant que les dirigeants du KNK ne se soient pas plutôt démarqués d’un tel personnage aussi sulfureux mais bien au contraire, qu’ils puissent compter sur lui pour siphonner des militants du MLPC afin d’affaiblir ce parti. Mandaba est un individu répulsif. En complotant avec lui par la mise en place des cercles de réflexion afin de former un parti satellite au KNK est un très mauvais calcul politicien qui est encore voué à l’échec.

Comme par le passé où Bozizé avait déjà mis sur la table plusieurs dizaines de millions de F CFA pour tenter de récupérer en vain le MLPC, il est encore condamné à échouer dans ses tentatives machiavéliques contre ce parti qui continuera à résister à ses multiples OPA. Les mamours de Mandaba avec Ndoutingaï sont d’office condamnés à l’échec. Les Centrafricains sont réduits à l’état d’animaux par le régime et prompts à chercher à manger comme on dit mais certains ne sont néanmoins plus aussi dupes des chants de sirènes des marchands d’illusions et des pratiques politiciennes viles et sans lendemain. Les individus de l’acabit de  Jean Michel Mandaba qui sont sans doute légion sur l’échiquier politique national, doivent être combattus sans faiblesse.

Rédaction C.A.P

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique