Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 23:07


Niger

 

NIAMEY - Un "Conseil suprême pour la restauration de la démocratie" a annoncé à la radio d'Etat nigérienne la suspension de la Constitution, après un coup d'Etat jeudi à Niamey.

"Le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSDR), dont je suis le porte-parole, a décidé de suspendre la Constitution de la sixième république et de dissoudre toutes les institutions qui en sont issues", a annoncé le colonel Goukoye Abdoulakarim.

Il lisait un communiqué à la radio Voix du Sahel.

Le président nigérien Mamadou Tandja, visé jeudi par un coup d'Etat qui a fait plusieurs morts et blessés, a été "emmené" par des militaires qui ont ouvert le feu sur le palais présidentiel à Niamey, ont annoncé plus tôt à l'AFP deux ministres nigériens, eux-mêmes arrêtés.

(©AFP / 18 février 2010 22h53)


Niger : le Conseil militaire annonce un couvre-feu, ferme les frontières

NIAMEY - Le Conseil militaire qui a fait un coup d'Etat jeudi au Niger a annoncé la mise en place d'un couvre-feu et la fermeture des frontières dans un communiqué lu dans la soirée par un journaliste de la chaîne de télévision d'Etat Télé Sahel.

Le "Conseil suprême pour la restauration de la démocratie" (CSDR) "a décidé de la fermeture des frontières terrestres et aériennes" et de la mise en place d'"un couvre-feu de 18H00 à 06H00", selon ce communiqué.

Quelques minutes plus tôt, le porte-parole de ce Conseil avait annoncé la suspension de la Constitution.

"Le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSDR), dont je suis le porte-parole, a décidé de suspendre la Constitution de la sixième république et de dissoudre toutes les institutions qui en sont issues", a annoncé le colonel Goukoye Abdoulkarim, qui lisait un communiqué à la radio d'Etat Voix du Sahel.

Le président nigérien Mamadou Tandja, visé jeudi par un coup d'Etat qui a fait plusieurs morts et blessés, a été "emmené" par des militaires qui ont ouvert le feu sur le palais présidentiel à Niamey, avaient annoncé plus tôt à l'AFP deux ministres nigériens, eux-mêmes arrêtés.

(©AFP / 18 février 2010 23h51)



Niger : le chef de la 1ere zone militaire aux côtés du porte-parole du Conseil

NIAMEY - Le colonel nigérien Dijibrilla Hima Hamidou, commandant de la plus importante zone de défense du Niger, était aux côtés du porte-parole du Conseil militaire qui a annoncé sur les médias d'Etat avoir suspendu la Constitution après un coup d'Etat jeudi, a constaté l'AFP.

Le colonel, aussi appelé "Pelé", commande la zone de défense numéro un.

Il figurait aux côtés du colonel Goukoye Abdoulkarim, porte-parole du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD), qui a annoncé dans un communiqué la suspension de la Constitution, a pu constater un journaliste de l'AFP sur les images diffusées par la chaîne de télévision d'Etat Télé Sahel.

Parmi les militaires qui entouraient le porte-parole figurait aussi le commandant Abdoulaye Adamou Harouna, ancien aide de camp du commandant Daouda Mallam Wanké qui avait dirigé en 1999 la junte arrivée au pouvoir après avoir renversé Ibrahim Baré Maïnassara.

En revanche, le chef d'Etat-major de l'armée, le général Moumouni Boureima, et le général Maï Manga Oumara, chef d'Etat-major particulier du président Mamadou Tandja, ne faisaient pas partie du groupe entourant le porte-parole.

(©AFP / 19 février 2010 00h46)



L’UA suit ‘’de prés’’ la tentative de coup d’Etat au Niger

APA-Addis-Abeba 18-02-2010 (Ethiopie) Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union Africaine a déclaré jeudi à Addis-Abeba qu’il suivait de près la tentative de coup d’Etat signalée au Niger.

Le commissaire du CPS, Ramtane Lamamra, a déclaré aux journalistes à Addis-Abeba que le Conseil suivait de près la situation au Niger, où une tentative de coup d’Etat a été rapportée jeudi dans l’après-midi.

« Comme nous le disons sans cesse, nous sommes préoccupés par toute tentative de coup d’Etat sur le continent. Nous suivrons de près les événements et réagirons à toute situation qui se pose au Niger », a déclaré Lamamra.

Il n’a cependant pas donné des détails sur la situation, préférant indiquer que le Conseil suivait la situation.

Selon certains rapports de la presse au Niger, le président Mamadou Tandja « n’est pas dans une position confortable. »

Plusieurs explosions lourdes et des rafales de tirs d’armes automatiques ont été entendues dans la capitale, Niamey.




Me Wade pour une nouvelle Constitution au Niger, comme solution à la crise politique

APA –Dakar18-02-2010 (Sénégal) - Le président sénégalais Abdoulaye Wade, médiateur dans la crise au Niger, un pays secoué depuis la mi - journée de ce jeudi par une tentative de coup d’Etat, a déclaré « suivre de prés cette situation », réitérant sa proposition d’élaboration d’une nouvelle Constitution comme solution à l’imbroglio politique dans ce pays.

« La constitution du Niger est dépassée et il n’existe pas de fondement juridique dans ce pays », a déploré Me Wade, face à la presse, jeudi à Dakar, de retour de Banjul (Gambie) où il a pris part aux festivités de la célébration de l’indépendance de ce pays voisin du Sénégal.

« Il n’existe pas de Commission électorale indépendante (CENI), encore moins de Conseil Constitutionnel au Niger, où tout est transitoire », a souligné le président sénégalais, faisant remarquer à cet effet que toute négociation ultérieure tendant à faire revenir la paix et la stabilité politique dans ce pays se ferait dans le vide.

Selon le président sénégalais, la nouvelle Constitution du Niger devrait être élaborée avec l’aval de toutes les couches socio-professionnelles du pays, dans le but de susciter un consensus général, avant d’être soumise à l’approbation du peuple de « façon démocratique ».

Il a, par ailleurs, annoncé l’envoi à Niamey du ministre sénégalais des Affaires étrangères pour une concertation avec la classe politique locale.

Cette décision, a-t-il précisé, a été prise en accord avec le président en exercice de la Communauté économique ouest africaine (Cedeao), le président nigérian Jonathan Goodluck.

Le Chef de l’Etat nigérien Mamadou Tandja serait déposé jeudi au cours d’un coup d’Etat militaire dont on ignore encore les instigateurs, selon plusieurs témoignages recueillis à Niamey.

Le président Abdoulaye Wade a été nommé médiateur au Niger par ses pairs réunis mardi à Abuja à l’occasion du 37ème sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

Le chef de l’Etat sénégalais travaillera sur ce dossier avec l’ancien médiateur, l’ex président du Nigeria, le Général Abdusalami Abubakar, et un représentant de l’Union africaine.

Le Niger est sous le coup d’une tension politique qui divise profondément pouvoir et opposition, depuis que le Président Mamadou Tandja, élu deux fois par les urnes en 1999 et 2004, a changé au moyen d’un référendum controversé, la Constitution pour se maintenir au pouvoir.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE