Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 00:57

 

 

 

Deby-Boz.jpg

 

Baba-ladde-signe-l-accorde-Bangui.jpg

 

 

Bangui, 26 juil (C.A.P) - Les récents communiqué de presse du FPR de Baba Laddé  - dont les troupes ont pris depuis longtemps pour sanctuaires les préfectures de l’Ouham et de la Nana-Gribizi - remettant en cause l’accord de Bangui qu’il avait pourtant signé avec les autorités de N’djaména le 15 juin dernier, doivent sans doute résulter des fortes pressions qu’exercent sur ce chef rebelle afin qu’il puisse déposer les armes et regagner son bercail au Tchad.

En effet selon des informations concordantes, les autorités de N’djaména semblent désormais faire preuve d’un grand agacement, voire d’une irritation certaine à l’égard de Baba Laddé dont la présence des troupes en plein territoire centrafricain, c’est-à-dire sur le flanc sud du Tchad, présente un certain danger pour le pouvoir d’Idriss Deby Itno qui ayant pratiquement désormais réduit presque toutes les rébellions tchadiennes de l’Est, n’entend pas qu’une menace militaire vienne du Sud inquiéter son régime.

Cela pose aussi l’éternelle question de l’incapacité congénitale du régime de Bozizé à assurer la sécurité de son territoire à l’intérieur de ses propres frontières et à plus forte raison à dissuader des rébellions étrangères de venir squatter certaines régions de la RCA. Devant l’extrême faiblesse militaire de Bangui de défendre l’intégrité du territoire centrafricain, les autorités tchadiennes résistent de moins en moins à exercer un droit de poursuite quitte à pénétrer profondément dans le territoire centrafricain pour traquer les rebelles tchadiens qui, expulsés désormais du Soudan, ont tendance à refouler sur la RCA qu’ils entendent prendre comme base-arrière pour le lancement de leurs offensive contre les forces armées tchadiennes de Deby. Les récentes interventions militaires des FAT à Birao et Ndélé en sont une preuve.  

Toujours selon nos informations, lors des récentes discussions qui se sont déroulées à N’djaména le lundi 18 juillet dernier entre la délégation centrafricaine et celle du Tchad, la partie tchadienne a exigé et obtenu de la partie centrafricaine son accord pour le démantèlement des nombreuses barrières illégales installées en particulier dans le Nord de la RCA dont elle a le sentiment qu’elles sont surtout destinées à spolier les éleveurs tchadiens de leur bétail ainsi que des biens de certains commerçants tchadiens.

Centrafrique-Presse avait révélé récemment dans une de ses parutions que le président tchadien tient une comptabilité macabre du nombre de Tchadiens qui ont trouvé la mort en RCA. Il en serait à 238 selon nos informations et demande que les coupables des Tchadiens qui ont été tués dernièrement lors des émeutes du Km 5 soient retrouvés et punis par la justice.

On le voit, outre les mesures de dédommagement souhaitées  et quasiment imposées à la partie centrafricaine par le Tchad après les dernières insurrections anti-tchadiennes de Bangui nées de la macabre découverte  des corps de deux petits garçons dans l’arrière d’un véhicule appartenant à un ressortissant tchadien musulman, N’djaména devient de plus en plus exigeant avec les autorités de Bangui de qui des résultats concrets sont réclamés. Bozizé a-t-il le choix ? La survie de son pouvoir dépend surtout du bon vouloir de son parrain et suzerain de N’djaména. Attendons de voir… !  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales