Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 19:23

 

 

 

 

IDI-BOZIZE-Syrte-juil-09--1-.jpg

 

 

N’djaména 25 juin 2011 (C.A.P) De source proche de l'état-major de l'armée tchadienne, une opération de ratissage de grande envergure serait en cours depuis quelques jours sur le territoire centrafricain. Un bataillon motorisé et lourdement armé traquerait actuellement les rebelles et tchadiens et centrafricains dans les environs de N'délé et Birao, Il faut rappeler que la semaine dernière la CPJP de Abdoulaye Issène avait publié un texte par le biais de M. Bévarrah Lala faisant état de l'encerclement de leurs éléments par les armées tchadiennes et centrafricaines en dépit d'un accord de cessez-le-feu pourtant signé le 12 juin dernier

Notre source qui a requis l'anonymat, fait état de « l'arrestation de plusieurs bandits tchadiens immédiatement transférés à N'djaména où ils seraient actuellement détenus et activement interrogés». Cette même source fait aussi état de l'exaspération des plus hautes autorités tchadiennes devant l'incapacité chronique du pouvoir bozizéen à assurer pleinement la sécurité de la RCA.  

Cet agacement de N’djaména serait de plus en plus visible et s'étendrait également à ceux des Chefs d'état de la CEMAC qui n'ont cessé de chaperonner le général-président François Bozizé depuis sa rébellion jusqu'à sa prise du pouvoir par les armes avec la complicité active des  forces d'interposition et de paix  de la CEMAC.

Certains chefs politico-militaires centrafricains qui, imitant le général-Président Bozizé, ont choisi de puiser dans le grand réservoir à mercenaires qu'est devenu le Tchad voisin pour alimenter leur groupe militaro-politique en ressources humaines, hypothèquent ainsi les bonnes relations entre les deux peuples à terme et compliquent la gestion des flux migratoires entre les deux pays. Le droit de poursuite exercé par le président Déby Itno à l’encontre de ces mercenaires serait toujours en cours mais jusqu'à quand ? Nul ne saurait le dire, pas même Bozizé qui en est le bénéficiaire à court terme.

Une correspondance particulière de N’djaména pour CA.P

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales