Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 01:54

 

 

 

 

 

La malnutrition aigüe bat son plein à Boali


enfantsmalnutris23.jpg

 

Radio Ndéké Luka Samedi, 10 Novembre 2012 12:09

 

Les services sanitaires de la ville de Boali font actuellement l’état de la malnutrition aigüe et sévère qui sévit dans la ville. Le médecin chef du centre hospitalier de cette ville estime à ¼ le nombre d’enfants actuellement en proie à cette maladie. Pour la réduction de ce fléau, le centre sanitaire de Boali dispose depuis quelques jours, d’une unité nutritionnelle de traitement ambulatoire.


Freddy Malemoto, Responsable de suivi de croissance au centre hospitalier de Boali,  a révélé à notre correspondant que « près de 100 enfants souffrent de la malnutrition sévère à Boali. Sur 10 enfants que nous avons recensés, au moins 3 à 4 enfants souffrent de la malnutrition aiguë ».


Dans presque tous les quartiers la ville, les enfants qui présentent les symptômes voient leur nombre croître depuis quelques mois.


Le médecin chef de l’Hôpital de Boali a estimé que « leurs prises en charge risquent de poser problèmes si des solutions ne sont pas envisagées à temps ».

 

Avec l’appui du Programme Alimentaire Mondiale (PAM), le centre hospitalier de cette ville centrafricaine est actuellement en mesure de distribuer des suppléments nutritionnels aux enfants.

 

Le correspondant conclut que les enfants de 0 à 59 mois sont les plus touchés par cette malnutrition.

 

 

NDLR : Encore un cinglant désaveu du ministre de l'agriculture et non moins milliardaire de Boy-Rabe qui a osé alléguer non sans cynisme il y a à peine quarante huit heures que les Centrafricains mangeaint au moins un repas par jour.

 


 

 

La corruption dans la ligne de mire de la société civile


Radio Ndéké Luka Samedi, 10 Novembre 2012 12:16

 

La société civile centrafricaine s’engage désormais a barré la route à la corruption qui paralyse l’économie de la RCA. Une trentaine de responsables des Organisations non gouvernementales de la République Centrafricaine ont pris part ce 8 novembre à un atelier de formation sur les techniques d’investigation liées aux actes de la corruption en Centrafrique. 

 

Durant trois jours de formation organisée par le Conseil Inter ONG en Centrafrique (CIONGCA), les participants ont été instruits sur le rôle des ONG des médias dans la lutte contre la corruption. 

 

L’un des formateurs, Jean Baptiste Koyassambia, a montré que, « l’enjeu de cette formation en République Centrafricaine est d’entretenir les concernés de ce phénomène en leur faisant connaitre les conséquences 

 

Modeste Gonda, président du CIONGCA, a également déclaré que la société civile centrafricaine mettra d’ici peu en place un réseau solide pour lutter contre la corruption sur l’ensemble du territoire. 

Il convient de signaler que cette formation a été organisée par le CIONGCA avec un appui financier de l’ambassade des Etats-Unis en Centrafrique.  

 

 

 

Surabondance des récoltes à Mobaye

 

 

agriculteur.jpg

 

 

Samedi, 10 Novembre 2012 12:15

 

Les activités agricoles donnent des rendements satisfaisants dans la Préfecture de Mobaye (Sud-est) cette année. Certains aliments se vendent en ce moment à des prix abordables dans cette ville centrafricaine. L’abondance des pluies et la dégourdisse des paysans sont à l’origine de la profusion des produits vivriers dans cette région.

 

On retrouve ainsi le maïs, le riz, les arachides et les légumes. 5 épis de maïs se vendent actuellement à 50 F CFA (environs 0,83 euros), un petit sceau de riz à 750 FCFA (environs 1, 15 euros), ceci à la grande satisfaction des consommateurs, rapporte le correspondant de Radio Ndeke Luka à Mobaye.

 

Selon les paysans du secteur, « la saison des pluies est l’époque favorable à la culture. Elle rend le sol facile à labourer ».

 

Par contre, certains paysans ont indiqué à notre correspondant que « cette période est aussi la plus pénible pour enlever les mauvaises herbes à cause des eaux de pluies qui tombent régulièrement ».

 

Pour les habitants de cette Préfecture centrafricaine, la multitude des produits agricoles de cette année est en soit une « bénédiction » car le panier de la ménagère ne souffrira pas à Mobaye pour plusieurs jours.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation