Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 23:27

 

 

 

 

 

 

Strict contrôle sur les produits de chasse en partance de l’aéroport de Bangui

 

 

marché gibier PK 12

 

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 31 Octobre 2012 13:46


 « Désormais, tous les aliments centrafricains, notamment des produits de chasse et de pêche en partance de l’Aéroport Bangui M’Poko seront soumis à un strict contrôle des services centrafricains des Eaux et forêts et de phytosanitaire ».


C’est en ces termes que les autorités centrafricaines ont réagi le 30 octobre 2012 suite à la saisie et à la destruction jeudi dernier, de près de 400 kilogrammes de produits de chasse et de pêche dont la viande boucanée sur les passagers du vol Air France en provenance de Bangui. L’incident en question a suscité de vives réactions au sein de la communauté Centrafricaine vivant en France.


La mesure a été en effet rappelée à tous les acteurs aéroportuaires mercredi dernier, au cours d’une réunion convoquée par les autorités de l’ASECNA dans la salle de réunion de l’Article 10 à Bangui.


Selon les participants à cette réunion, « des normes réglementaires en matière d’importation et d’exportation des produits de consommation ont toujours existé, mais c’est le respect qui pose problème. D’où nécessité de rappeler tout le monde à l’ordre ».


D’après le Lieutenant Adrienne Audhass, Responsable du Service des Eaux et Forêts de l’Aéroport Bangui M’Poko, « si un passager possède désormais plus de 5 kilogrammes de la viande boucanée, il devrait se procurer d’une patente commerciale ».


De son côté, le Délégué du Directeur Général de l’ASECNA, Ange-Christian Kossi Mazouka précise que, « ces mesures réglementaires ne sont pas spécifiques qu’à la République Centrafricaine. L’ASECANA a vainement sommé les passagers concernés par ces mesures préétablies de se conformer aux règles. La tâche revient aussi aux compagnies de sensibiliser leurs clients pour éviter tout dérapage. Les aliments destinés à la consommation personnelle devraient être bien emballés ».


A titre de rappel, les responsables de l’agence Air France de Bangui ont expliqué à Radio Ndeke Luka que « c’est une question de réglementation à respecter désormais. Pour des raisons sanitaires et de la sauvegarde des espèces protégées, le transport de ces produits est interdit vers les pays membres de l’Union Européenne. Ce n’est pas uniquement la RCA qui est concernée par cette décision, mais également les pays comme le Cameroun, le Congo et la RDC (République Démocratique du Congo) et d’autres encore ».


« C’est depuis 2011 qu’Air France sensibilise ses passagers sur le transport interdit de ces viandes de brousse. La compagnie a déjà payé des pénalités imposées par la direction générale de l’aviation civile française pour avoir transporté ces produits. Elle ne veut plus s’exposer à de nouvelles sanctions. Les passagers doivent le savoir », ont-t-ils mentionné.

 


 

3 véhicules d’une ONG humanitaire attaqués à Batangafo


 

RCA-hydrographie-nord-ouest.JPG

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 31 Octobre 2012 13:44

 

Les attaques à mains armées continuent toujours d’inquiéter les habitants de la localité de Batangafo (nord). La dernière en date a été celle perpétrée le 30 octobre 2012 sur 3 véhicules de l’ONG humanitaire Solidarité basée à 25 kilomètres de cette ville. Le forfait a été commis par des hommes armés non identifiés. Bilan : une somme de 56 000 francs CFA, une moto, un téléphone portable et d’autres biens ont été emportés. 

 

Selon une des victimes jointe au téléphone par la Rédaction de Radio Ndeke Luka, « aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée. Ces malfrats, mal habillés et armés, ont prétendu être les éléments de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) branche Fondamentale. Toutefois, à vue d’œil, ces derniers sont loin de l’être ».


« La présence de ces hommes armés a été signalée depuis quelques semaines dans cette localité. Mais ils n’exercent encore aucun acte de violence sur les populations locales », a indiqué la même source.


Cette attaque vient prolonger la liste des attaques que la population de la région de Batangafo et ses environs connaissent ces derniers temps. Dans un passé récent, les habitants avaient dénoncé l’insuffisance des Forces Armées Centrafricaines (FACA) pour assurer leur sécurité.


 

 

La grève des étudiants en EPS vivement réprimée par l’OCRB


greve-etudiants.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 31 Octobre 2012 13:42

 

2 étudiants en Education Physique et Sportive arrêtés et 2 autres blessés par balle, c’est le bilan d’une altercation survenue ce 31 octobre 2012, entre ces étudiants et les éléments de l’Office Central pour la Répression du Banditisme (OCRB). Ces derniers sont en grève pour réclamer du gouvernement centrafricain le payement de leurs 10 mois d’arriérés de bourse.

 

L’Avenue des Martyrs a été prise d’assaut dans la matinée de ce mercredi par les manifestants : l’hymne nationale a été chantée en pleine chaussée et des coups de feu ont retenti, constats faits par les reporters de Radio Ndeke Luka.

 

Après quelques minutes de violentes manifestations qui ont perturbé la circulation, les éléments de l’OCRB sont intervenus pour, non seulement disperser les manifestants, mais aussi arrêter 2 des manifestants. Les 2 autres blessés par balle ont été conduits à l’Hôpital Communautaire pour des soins intensifs, ont-ils mentionné.

 

Selon Igor Brice Ngaté, représentant du collectif de ces mécontents, « les conditions d’études sont précaires. Les responsables hiérarchiques ont été sommés depuis 4 mois à travers un préavis de grève. Seulement, aucune réponse favorable n’a été obtenue. Finalement, les étudiants se sont vus obligés de passer la vitesse supérieure. Pour l’instant, nous exigeons la libération sans conditions de nos 2 camarades, la prise en charge des 2 autres et une réponse immédiate à nos revendications ».


Radio Ndeke Luka n’a pas encore enregistré la réaction des autorités en charge de cette filière de formation.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société