Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 22:45

 

 

 

 

 

La RCA doit-elle craindre une recrudescence de la rage ?

chien enrage 

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 11 Juillet 2012 17:44

L’Agence Nationale du Développement de l’Elevage, ANDE, révèle ce 11 juillet 2012 que l’effectif des animaux mordeurs augmente de manière effrénée en République Centrafricaine depuis plus de trois années.

Un responsable de cette agence, le docteur vétérinaire, de l’ANDE, Domitien Gbamangou-Mokondji signale à Radio Ndeke Luka que parmi ces animaux mordeurs, « il y a plus de chiens que de chats. Il y a aussi des primates, mêmes les souris et les serpents mordent avec le virus de la rage. Rien que de janvier à juillet 2012, nous avons déjà enregistré 432 cas de morsure d’animaux ».

Il ajoute en chiffrant que «  pour ce début d’année, 475 personnes sont déjà mordues par des bêtes mordeuses et 14 prélèvements de cerveaux de chiens enragés se sont révélés positifs ». Ce bilan de prélèvement est nettement supérieur à celui de 2011, plus encore pour 2008 dont aucun cas de morsure n’a été signalé.

Il  indique par ailleurs que le nombre de ces animaux se double chaque année et cela depuis 2008. « Le nombre de chiens non errants relevé depuis janvier 2012 s’élève à 317, presque le nombre total de l’année 2008 qui était de 411 ».

Or, ces animaux ont conduit de nombreuses personnes aux soins de spécialistes à Bangui poursuit, Domitien Gbamangou-Mokondji « pour ce début d’année, 135 personnes suivent de soins à l’institut pasteur de Bangui suite aux morsures de ces animaux ».

Selon le constat fait sur le site de l’Institut pasteur, « la rage est aujourd'hui considérée comme une maladie négligée : peu de laboratoires dans le monde l'étudient, alors qu'elle reste un réel problème de santé publique dans le monde ».

La même source précise que seulement « trois laboratoires de recherche se consacrent aujourd'hui à l'étude du virus de la rage et de la maladie mortelle qu'il provoque ».

Pour mémoire, le virus de la rage infecte les neurones. Il se propage dans l’organisme, du muscle au système nerveux central. La plupart des virus tuent les cellules qu’ils infectent, le virus de la rage a la particularité de prolonger la survie des neurones qu’il infecte. Un tel virus représente un réel danger pour la République Centrafricaine.

 

Radio Ndeke Luka renforce les capacités de ses correspondants

 RADIO ND K LUKA

 

Radio Ndéké Luka Mardi, 10 Juillet 2012 19:20

Les correspondants de Radio Ndeke Luka sont à l’école des normes de production radiophoniques et des techniques de l’écriture journalistique. C’est à travers un atelier de formation qui dure du 10 au 14 juillet au Centre Ndeke Luka à Bangui.

La formation est animée par le chef de projet de Radio Ndeke Luka, Martin Faye et la directrice de ladite radio, Sylvie Jacqueline Panika. Elle a eu lieu dans l’enceinte de la  Fondation Ndeke Luka à Bangui.

Selon la directrice Sylvie Panika, « cette séance d’instruction vise essentiellement à inculquer aux correspondants les normes de production de Radio Ndeke Luka et les règles d’éthiques et de déontologie. Il est aussi question de revoir des principes de base journalistiques, notamment les techniques d’écriture afin de respecter la ligne éditoriale de la radio ».

Elle souligne par ailleurs quelques imperfections dans la qualité du travail que ces correspondants fournissent, « nous avons noté quelques faiblesses chez nos correspondants. Cette formation est initiée pour corriger les failles constatés ».

L’un des participants, Bonaventure Ngomba Katikkiro, correspondant de Radio Ndeke Luka à Kaga Bandoro, se dit heureux : « je suis très content de participer à cette formation. Ce premier jour a été très captivant, j’ai retenu beaucoup de choses. Je sais désormais comment définir l’angle d’une information tout regardant la concurrence dans mon rétroviseur. J’ai aussi apprécié la méthodologie adaptée par les différents formateurs ».

Pour tout, l’attente des formateurs est que chacun des correspondants formés puisse être guidé par la mission qui lui est assignée. « Ce que nous attendons d’eux, c’est qu’ils  maitrisent ce qu’ils sont appelés à faire en tant que correspondants», renchérit la directrice Sylvie Panika.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers