Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 19:28

 

 

 

Boz garde à vous (2)

 

Les étudiants de l’Université de Bangui et la notion d’Etat de Droit

Radio Ndéké Luka Jeudi, 22 Mars 2012 14:43

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en partenariat avec Radio Ndeke Luka vient de lancer ce 21 mars 2012, une émission publique sur le programme de Renforcement de l’Etat de droit (PRED).

L’activité a eu lieu à la faculté des droits à l’Université de Bangui. Etudiants, universitaires, partenaires au développement, cadres des ministères de la Justice, de la Défense ainsi que des curieux ont pris part à la rencontre. Le public cible a été bien sûr les étudiants en droit.

L’objectif recherché à travers cette émission publique est de faire connaitre aux centrafricains, le fonctionnement de l’appareil judicaire de leur  pays. Aussi,  impliquer les acteurs concernés dans le strict respect des procédures judiciaires dans un Etat dit démocratique. Il s’agit également de sensibiliser les étudiants de la faculté des sciences juridiques et politiques, les futurs hommes de la loi sur les principes de base de la justice.

Beaucoup d’étudiants ont participé au jeu concours organisé durant la sensibilisation. Les questions ont porté notamment sur le respect de la loi en cas de détention. C’est par exemple, le délai légal de garde à vue, les procédures de recours en cas de détention, la définition d’un Etat de Droit et les actes qui constituent une violation des Droits de l’Homme.

Tous les concurrents ont reçu des prix : un code de procédure pénale, un code de la famille et une loi portant protection de la femme. Ils se disent très satisfaits, car ils ont beaucoup appris à travers l’émission.

PourJean-Jacques  Ninga Wong, expert national au PRED / PNUD interrogé par Radio Ndeke Luka, « l’émission a pour mission d’attirer l’attention des étudiants de droit qui sont les juristes et futurs praticiens de droit sur un certain nombre de principes et pratiques liés à leur formation ».

Pour les étudiants, c’est un moment de joie, de partage d’expérience et de pratique sur les acquis du droit que l’université met à leur disposition.

Signalons qu’il s’agit d’un top qui vient d’être donné. Des séries de formations des acteurs judiciaires de Bangui et des provinces et des sensibilisations sur RNL s’ensuivront pour faire connaître au centrafricain ses droits.

 

NDLR : Cette initiative est une très bonne chose pour les étudiants en droit mais en RCA aujourd’hui, ce sont surtout les plus hautes autorités du pays qui ont besoin d’une formation en matière de respect de l’Etat de droit, à commencer par celles qui la foule systématiquement aux pieds comme Bozizé, Findiro et Ndoutingaï. Leur conception de la justice est si moyenâgeuse qu’on ne saurait parler d’Etat de droit aujourd’hui en Centrafrique devenue une véritable république bananière et la risée du monde entier.

 

 

pompe à eau Obo

 

penurie-eau.jpg 

 

RCA : difficile accès à l’eau potable

Radio Ndéké Luka Jeudi, 22 Mars 2012 14:41

En République Centrafricaine, malgré un important réseau hydrographique, l’accès à l’eau potable reste l’une des principales préoccupations de la population. Le pays ne dispose que d’une seule société d’eau qui est la Société de Distribution d’Eau en Centrafrique (SODECA).

Pour preuve, la répartition de l’eau potable reste inéquitable. Les quartiers du sud, de l’ouest et du nord sont mal desservis. On assiste souvent pour les quelques rares quartiers alimentés, à des coupures intempestives de l’eau. Un quartier peut rester plusieurs jours sans eau.

La population se rue souvent sur l’eau de puits ou encore l’eau de quelques forages construits à la ceinture de la ville. La pénurie d’eau a aussi conduit aux soulèvements populaires. Des soulèvements parfois durement réprimés par la police.

Toutefois, dans sa politique de distribution d’eau à ses habitants, le gouvernement avec l’appui de ses partenaires, tente ces derniers temps de construire surtout des forages dans les provinces du pays.

Le difficile accès à l’eau potable n’est pas toujours l’apanage de la ville de Bangui. Dans la ville de Bozoum, explique le correspondant de Radio Ndeke Luka, « les femmes doivent parcourir des kilomètres pour chercher l’eau de source. Elles se réveillent à l’aube pour s’approvisionner de cette denrée presque malpropre à la consommation humaine. Des maladies liées à la consommation de ces eaux sont fréquentes dans cette ville ».

A Bambari (centre-est), la SODECA n’arrive pas à satisfaire le besoin de la population en eau potable. A cela s’ajoute le nombre insuffisant de forages. La population est obligée de consommer l’eau des puits et des sources avec toutes les conséquences sanitaires possibles. La Croix Rouge Française et l’ONG Triangle Humanitaire souhaitent apporter leur soutien en donnant de l’eau potable.

« Pour la ville de Kaga Bandoro (nord), on compte moins de 20 bornes fontaines. 3 ou 4 quartiers peuvent posséder une seule borne fontaine. Les femmes sont obligées de se ruer sur les sources, l’eau des marigots ou de la rivière avec tous les risques sanitaires », raconte le correspondant de Radio Ndeke Luka.

Trouver de l’eau potable à Bria (nord-est) est aussi un parcours de combattant. La ville ne dispose que de 8 pompes manuelles. Selon les chiffres des services hospitaliers, 0,1% de la population accède à l’eau potable. L’eau courante est inexistante.

Selon les sources de Radio Ndeke Luka, « ce dysfonctionnement vient du fait que lors des affrontements sanglants en septembre 201, entre les principales ethnies de cette région que sont les Ronga et les Goula, plusieurs puits ont été fermés. Certains belligérants ont préféré jeté les cadavres dans les puits pour effacer les traces des crimes commis ».

La planète célèbre ce 22 mars 2012, la  journée mondiale de l’eau sur le thème « Sécurité de l’eau et de l’alimentation ». Cette journée a été recommandée lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement en 1992, et exécuté pour la première fois le 22 Mars 1993.

A travers cette journée, les Nations Unies ont voulu attirer l’attention du public ainsi que les dirigeants  sur l’importance de l’eau et soutenir la gestion durable des ressources en eau douce.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation