Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 17:34

 

 

20080201Sarkozydeby.jpg

 

 

 

NANTERRE (France) (AFP) - mercredi 21 avril 2010 - 14h25 - Cinq hommes ont été renvoyés devant un tribunal français pour une agression qui a provoqué la mort de Brahim Deby, fils aîné du président tchadien Idriss Deby Itno, près de Paris en 2007, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

L'un d'eux a toutefois fait appel et il n'est pas certain qu'il comparaîtra devant la cour d'assises de Nanterre (ouest de Paris) lors du procès dont la date n'a pas été précisée.

Conformément aux réquisitions du parquet, la juge d'instruction a retenu pour quatre des cinq suspects âgés de 28 à 43 ans l'accusation de "vol avec violence ayant entraîné la mort" et non plus de "meurtre en bande organisée", la mise en examen initiale, a précisé la source judiciaire.

Un cinquième homme de 27 ans a été renvoyé en cour d'assises pour "complicité" dans l'agression survenue à Courbevoie, dans la banlieue parisienne.

Les suspects, dont l'identité n'a pas été révélée, avaient été arrêtés en novembre 2008, quatre d'entre d'eux en région parisienne et le cinquième en Roumanie.

Le 2 juillet 2007, Brahim Deby avait été retrouvé asphyxié dans le parking de son immeuble à Courbevoie, en région parisienne, le corps recouvert de poudre d'extincteur.

L'un des avocats de la famille du président tchadien, Me Joseph Cohen-Sabban, avait déclaré au début de l'enquête que le "vol" était "le mobile premier de cette affaire" et que "le meurtre" avait "accompagné le vol".

Il avait précisé que "l'appartement (de la victime avait) été très méticuleusement fouillé" alors que Brahim Deby gardait à son domicile "des sommes assez significatives de cash, selon des témoins".

Connu des services de police français, entre autres pour des affaires de stupéfiants, Brahim Deby avait été condamné en juin 2006 à six mois de prison avec sursis pour "port d'arme" et "détention" de drogue par un tribunal de Paris.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales