Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 13:46

 

 

 

 

Maitart 14 FEV 2006 [1]

 

 

 

 

                                       COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Depuis une semaine, dans les colonnes du quotidien Le Démocrate, est publiée une longue liste des personnalités redevables au « Don  japonais ». Le Démocrate, en publiant cette liste s’est fendu en des commentaires accusateurs qui montrent à suffisance qu’il a pris faits et causes sans la moindre vérification comme la déontologie du métier l’exige au mépris du sacro saint principe de la présomption d’innocence. L’on est en droit de se demander par quels moyens, le journal a pu se procurer cette liste qui devrait servir au parquet de mener ses enquêtes si l’avocat de l’Etat décide de porter l’affaire devants les tribunaux !

Sur cette liste, mon nom figure en premier page. I l est apparu que je dois 22 330 240 francs au titre d’une créance au fameux « Don japonais » dont j’ignore totalement l’objet. Alors que sur la lister il est apparu que je n’ai remboursé aucun centime, le reste dû en 2012 est de 15 387 500. Ce n’est pas sérieux ! Le journal s’est même permis d’affirmer sans preuve que ces personnalités se sont transformées aujourd’hui en « donneurs de leçons sur la gouvernance ». Oui, je suis un donneur de leçon comme il dit, mais en hémicycle !

Le ton et la hargne avec lesquels Le « démocrate » a restitué l’information dénote la haine que certains compatriotes vouent aux autres compatriotes, et gratuitement. Même si celui qui est chargé de recouvrer les créances de l’Etat a jugé bon de passer par des méthodes peu orthodoxes en la matière pour contraindre ces personnalités à s’acquitter de leurs dettes, le journal en publiant sans la moindre enquête préalable prend la responsabilité de jeter en pâture des citoyens centrafricains aux vautours qui n’attendent que çà pour traîner dans la boue d’honnêtes citoyens. Certains Centrafricains sur cette liste sont montrés du doigt par le public alors qu’ils sont totalement innocents et seront amenés à terme, à porter l’affaire devant la justice de leur pays pour qu’il y ait réparation.

Avant même que la justice ne s’empare de cette Affaire, certains responsables de la Présidence de la République dans leur détermination à défendre coûte que coûte leur place à la mangeoire, utilisent à profusion les antennes de la Radio nationale pour s’en prendre personnellement à moi, et pour cause !,  comme si ma culpabilité dans cette affaire est déjà définitivement établie. Ces races de Centrafricains, d’ordinaires incultes et incompétents, massacrant à souhait la langue de Molière, qui doivent leur « rang social » à leur propension à la délation et aux injures, transformant la Radio Nationale en « Radio mille collines » sous la barbe du « Haut conseil de la Communication, subjugué et littéralement impuissant de faire respecter la déontologie. Le Radio nationale ne doit pas servir d’outil d’injures publiques et d’appel à la haine. Pourquoi les Centrafricains courageux qui osent critiquer le régime deviennent-ils des proies pour la meute des « mangeoiristes » et autres griots de tout poil ?! Eh bien parce que leurs vérités dérangent

En ce qui me concerne, je suis serein et déclare solennellement que je suis totalement étranger à cette manigance abjecte tendant objectivement à ternir mon image parce que je suis de l’opposition et que je n’ai pas ma langue dans la poche lorsqu’il s’agit de condamner clairement le régime pour avoir organisé la descente en affaire de notre patrie. Je mets en défit les partisans du sensationnel médiatique et aux griots des » mille collines » de me fournir des preuves plausibles pouvant étayer leurs accusations. Dans tous les cas, l’absence de ces preuves me conduirait naturellement à porter cette affaire devant la justice de mon pays qui saurait dire droit.

 

Fait à Bangui le  09 Juillet 2012-07-08

 

 

Dr. MAÏTART Djim-Arem

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers