Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 17:06

 

 

 

Mgr-Edouard-Mathos-ici-au-milieu.jpg

 

                            Mgr Edouard Mathos, ici au milieu

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 06 Juin 2011 11:05

Rebondissement dans la prise en otage de Mgr Edouard Mathos, évêque du diocèse de Bambari (centre) et président de la conférence épiscopale  de Centrafrique. On a appris dimanche 5 juin, par le correspondant de Radio Ndeke Luka à Bria, que le prélat a finalement été libéré par ses ravisseurs, des hommes armés supposés appartenir à la CPJP.

Cette libération est intervenue suite à une intervention des FACA. Des soldats de l’armée centrafricaine ont donné l’assaut pour libérer Mgr Mathos. Les affrontements auraient entraîné des pertes en vies humaines mais aucun bilan n’est encore disponible à l’heure actuelle. Le correspondant de Radio Ndeke Luka qui a rencontré l’évêque à Bria (nord) après la libération de ce dernier, le décrit comme « un homme fatigué et souffrant des genoux. »

Il faut rappeler que dans un premier temps, les éléments présentés comme ceux de la Convention des Patriotes pour la Justice et Paix (CPJP) avaient enlevé dans la nuit du jeudi 2 juin 2011, Mgr Edouard Mathos. Selon le curé de Bria, « le forfait serait commis au village Mouka-Ouadda (80 kilomètres nord de Bria), sur l’axe Ouadda. Mgr Mathos était de retour d’une mission pastorale à Sam-Ouadja et Ouadda-Jallé (nord-est du pays) et tombé dans une embuscade. Son chauffeur, véhicule, téléphone satellitaire et d’autres biens avaient été emportés par ces rebelles ».

« Après l’avoir retenu un moment, les rebelles ont laissé partir le prélat. Il a bénéficié de l’hospitalité des habitants du village en question. Ces derniers l’ont récupéré sain et sauf », a encore indiqué le curé. Les rebelles sont revenus plus tard s’emparer de nouveau du prélat en lui reprochant d’avoir fait usage de son téléphone satellitaire pour alerter des gens à Bangui. C’est suite à ce nouveau rapt que les FACA sont intervenues pour le libérer et le conduire à Bria.

 

 

NDLR : Tout porte à croire que les hommes armés qui ont arrêté, détroussé Mgr Edouard Mathos et sa suite puis emporté leurs véhicules en brousse, n’ont rien à voir avec les éléments de la CPJP. En effet, selon nos informations d’une source proche de ce dossier, ces individus ne parlaient aucune langue centrafricaine et selon toute vraisemblance, seraient les résidus de mercenaires soudanais « djandjanwids » ou des rebelles tchadiens qui avaient donné un coup de main à la fraction d’Abdoulaye Issène de l’une des fractions de la CPJP qui avait fourni le prétexte à N’djaména d’envoyer l’armée tchadienne à Birao et ses environs pour les mater en novembre dernier.

Ces bandits armés écument toujours la zone, particulièrement à la recherche de véhicules 4 x 4 susceptibles d’être revendus à bon prix au Soudan. Très récemment, plusieurs véhicules pick-up tout-terrain de la Croix Rouge Internationale (CICR) à Birao et de deux ONGs humanitaires, le  Conseil Danois pour les réfugiés et   avaient été arrachés à leurs propriétaires le 23 mai dernier à Ndélé. Les agresseurs ont emporté ces véhicules et fui vers la frontière soudanaise. Il s’agit manifestement d’un gang spécialisé dans le vol de véhicules tout terrain qui n’a rien à voir avec les éléments de la rébellion armée de la CPJP.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers