Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 13:02
 
 
 
http://www.lavie.fr   Natalia Trouiller le 15/05/2012
 
Hier, le pape a nommé trois nouveaux évêques et un évêque auxiliaire en République centrafricaine, dont l'archevêque de la capitale. Soit un tiers des évêques du pays, sur fond de scandales sexuels et financiers.
 
Pomodimo.jpg
Mgr Paulin Pomodimo, ex-archevêque de Bangui, remplacé hier. © DR
 
CENTRAFRIQUE: DU SANG NEUF CHEZ LES EVEQUES
 
C'est l'un des chantiers les moins médiatiques du pontificat de Benoît XVI qui a franchi hier une étape importante: la nomination de quatre nouveaux évêques en République centrafricaine. Officiellement partis à la retraite pour "problèmes insurmontables dans la gestion de leurs diocèses", l'évêque de Bossangoa Mgr François-Xavier Yombadje et Mgr Paulin Pomodimo, l'archevêque de Bangui, ont donc été remplacés après trois ans de vacance de leurs sièges apostoliques respectifs.
 
Pour comprendre les raisons de ce changement en profondeur, il faut remonter en mai 2009. Alerté par les rumeurs de double vie des deux prélats, Benoît XVI avait alors envoyé sur place Mgr Robert Sarah, secrétaire de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples. Il y découvre une Eglise dont beaucoup de pasteurs vivent avec une compagne, et des diocèses en crise à cause de la mauvaise gestion des évêques. Quelques jours après la visite de Mgr Sarah, le préfet de la Congrégation, Mgr Dias, avait adressé une lettre aux prêtres mis en cause : "Votre conduite morale n'est pas toujours conforme à vos engagements à la suite du Christ chaste, pauvre et obéissant. On ne peut plus nier ce que tout le monde connaît en profondeur". Quelques jours plus tard, l'archevêque de Bangui et l'évêque de Bossangoa démissionnent.
 
La réaction chez les prêtres concernés a été vive: entraînant la controverse sur le terrain colonialiste, ils lancent le 26 mai 2009 un "appel au peuple chrétien": "Religieux, religieuses, évêques européens se sont lancés dans la médisance, la calomnie et les délations en tous genres contre le clergé autochtone. Nous déplorons la main basse de certains missionnaires pour récupérer toutes les instances de responsabilité. N'est-ce pas du néocolonialisme ecclésiastique ?" Et lancent un mouvement de grève des sacrements.
 
Le calme est revenu peu à peu dans l'Eglise en Centrafrique. Et en nommant quatre évêques, tous issus du continent africain, Benoît XVI a envoyé un ultime signe de pacification.
 
 
Source : Vatican Information Service - Français visnews_fr@mlists.vatican.va 
 
Cité du Vatican, 14 mai 2012 (VIS). Le Saint-Père a nommé :
 
 Dieudonne-Nzapalainga.JPG
 
Le P.Dieudonné Nzapalainga, CSSP, Archevêque métropolitain de Bangui (superficie 38.342, population 1.043.000, catholiques 246.657, prêtres 104, religieux 124), au Centre-Afrique. L'Evêque élu, né en 1967 à Mbomou (Centre-Afrique), a émis ses voeux religieux en 1997 et a été ordonné prêtre en 1998. Jusqu'ici Administrateur apostolique de ce même diocèse, licencié en théologie, il a été curé de paroisse, supérieur de son ordre en Centre-Afrique et Président de la Conférence des supérieurs majeurs de ce pays en 2009 - 2009.
 
Le P.Dennis Kofi Agbenyadzi, SMA, Evêque de Berbérati (superficie 38.342, population 1.043.000, catholiques 246.657, prêtres 104, religieux 124), au Centre-Afrique. L'Evêque élu, né en 1964 à Kadjebi-Akan (Centre-Afrique), a émis ses voeux religieux en 1996 et a été ordonné prêtre en 1997. Jusqu'ici Supérieur régional de son ordre pour le Centre-Afrique, il a été curé de paroisse.
 
Le P.Nestor-Désiré Aziagbia, SMA, Evêque de Bossangoa (superficie 62.420, population 612.000, catholiques 281.000, prêtres 38, religieux 22), au Centre-Afrique. L'Evêque élu, né en 1970 à M'Baïki (Centre-Afrique), a émis ses voeux religieux en 1994 et a été ordonné prêtre en 1998. Docteur en t´heologie, il est depuis 2004 Supérieur de la communauté de son ordre à Haguenau et Strasbourg (France).
 
Le P.Cyr-Nestor Yapaupa, Coadjuteur de l'Evêque d'Alindao (Centre-Afrique). L'Evêque élu, né en 1970 à Bangassou (Centre-Afrique) et ordonné prêtre en 2001, était depuis 2006 Vicaire général de ce même diocèse. Il a occupé diverses fonctions diocésaines.

Père Dieudonné Nzapalahinga, Archevêque de Bangui

Radio Ndéké Luka Mardi, 15 Mai 2012 12:06

L’Archidiocèse de Bangui a enfin un Archevêque. Il s’agit du Père Dieudonné Nzapalahinga, précédemment Administrateur apostolique de l’archidiocèse de Bangui. C’est le Pape Benoît XVI qui vient de le nommer ainsi que 3 autres Evêques. L'information a été publiée le 14 mai 2012, par la Nonciature Apostolique en Centrafrique. Le prélat succède à ce poste Monseigneur Paulin Pomodimo, actuel Médiateur de la République Centrafricaine.

Mais qui est Monseigneur Dieudonné Nzapalahinga ? Il est né le 14 Mars 1967 à Bangassou (est). Il a fait ses études primaires à Bangassou et entré au petit séminaire Saint Louis de la même localité. Il poursuit ses études au Cameroun et au Gabon. Le Père Nzapalahinga a fait ses premiers vœux dans la Congrégation des Pères Spiritains en 1993 et ​​les vœux définitifs sont prononcés en 1997. Il a été ordonné prêtre le 9 Août 1998.

Vivant en France, il a été rappelé à Bangui comme Supérieur Régional des Pères Spiritains pour être ensuite nommé Administrateur Apostolique de Bangui. Il succède à Monseigneur Paulin Pomodimo qui a démissionné suite à une mission du Vatican. La mission conduite par le Cardinal Robert SARAH avait aussi conduit à l’exclusion de certains prêtres centrafricains qui n’ont pas respecté leur chasteté.

3 autres Evêques figurent sur la liste. Il s’agit des Pères Dennis Agbenyadzi Kofi comme Evêque de Berberati (ouest) ; Cyr-Nestor Yapaupa, Evêque Co-Adjuteur d’Alindao (est) et Nestor-Désiré-Nongo Aziagbia comme Evêque de Bossangoa (nord-ouest).

La désignation du Père Dieudonné Nzapalahinga vient de mettre un terme à une longue période de crise qu’a connu l’Eglise Catholique de la RCA. En 2009, suite à une enquête menée dans le pays par le Saint Siège, certains prêtres ont été suspendus et d’autres radiés. Le non respect de leur engagement en a été la principale cause. Pour preuve, ces enquêtes avaient révélées que certains prélats possédaient une vie de famille, ce qui est contraire aux règles édictées par leur mission dite de chasteté.

A ce jour, des prêtres qui ont fait leur mea culpa ont été repêché ; certains reprennent le chemin de l’Université de Bangui dans d’autres filière ; d’autres regagnent simplement leur famille et vaquent désormais à autre chose.

Au-delà de la reconstitution du tissu de l’Eglise Catholique Centrafricaine après cette traversée du désert, certains observateurs de la vie politique, économique voire sociale se souviennent encore du rôle que cette confession religieuse a joué dans la consolidation de la culture de la paix en Centrafrique depuis 1996.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société