Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 03:06

 

 J-D-Dengou.jpg

 

 

Paris, 24 juin (C.A.P) - Une donnée nouvelle vient d’intervenir dans l’affaire de l’incendie du supermarché RAYAN et des inadmissibles menaces d’arrestation et de mort que le général hors la loi François Bozizé a ordonnées et continue de faire peser sur le Bâtonnier de l’Ordre des avocats centrafricains Me Symphorien Balemby et le Vice Président du Conseil Economique et Social  et Directeur gérant de l’entreprise ADMN, Jean Daniel Dengou.

Très activement recherché par les services de sécurité de Bozizé, ce dernier a réussi à quitter discrètement Bangui et la République centrafricaine et vient d’arriver à Paris où il est en train d’effectuer les formalités pour l’obtention de l’asile politique en France, pays des droits de l’homme. La facilité avec laquelle Jean Daniel Dengou est parvenu à quitter Bangui et la RCA laisse pantois et donne une exacte idée de l’efficacité très relative des soi-disant services de défense et de sécurité de Bozizé ainsi que de la porosité des frontières de la RCA avec ses voisins.  

Contacté par la rédaction de Centrafrique-Presse à Paris, Jean Daniel Dengou qui a dû d’abord gagner un pays voisin de la RCA à partir duquel il a pu s’envoler pour Paris, a déclaré ne rien avoir à se reprocher et avoir la conscience parfaitement tranquille quant aux fausses accusations proférées contre lui et Me Balemby par Bozizé et son ami et financier libanais, Ali Akhrass.

Aussi souhaite-t-il donc ardemment que les autorités centrafricaines acceptent rapidement la mise en place d’une commission d’enquête indépendante pour faire rapidement la lumière sur l’incendie du supermarché RAYAN au sujet duquel le général Bozizé a pointé directement un doigt accusateur sur lui-même et le Bâtonnier Balemby, sans le moindre élément de preuve, reprenant automatiquement et purement et simplement à son compte, les accusations sans fondement du Libanais Ali Akhrass, propriétaire du supermarché.

A propos du Bâtonnier Balemby, Jean Daniel Dengou a répondu à Centrafrique-Presse n’avoir en sa possession aucune nouvelle de lui ni quelque information que ce soit sur sa position. Il a dit en outre être très inquiet pour son sort ainsi que celui de tous les parents, épouses, collaborateurs, proches et personnels domestiques, aussi bien de lui même que de Me Balemby, que la police politique du pouvoir en place a arbitrairement arrêtés et transférés à la prison spéciale de Bozizé à Bossembélé (154 km de Bangui) surnommée "Guantanmo".

En dépit des demandes insistantes des avocats du barreau et de leur Conseil de l’Ordre qui ont exigé dans un courrier adressé à Bozizé suivi d'un mémorandum, la libération immédiate et inconditionnelle de tous ces citoyens qui n’ont absolument rien à voir dans cette affaire d’incendie et qui ont été arbitrairement arrêtés et injustement détenus, Bozizé et son procureur Firmin Feindiro continuent de faire preuve d’une scandaleuse surdité.

Le bras de fer entre ces deux derniers et les avocats ainsi que les organisations de droits de l’homme se poursuit donc et met plus que jamais en évidence, le caractère dictatorial, sanguinaire et "république bananière" de ce pouvoir aux méthodes combien médiévales, le tout dans un contexte où la légitimité de Bozizé a expiré depuis le 11 juin dernier.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse