Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 03:18

 

 

 

_Francis-et-Francois-Bozize.jpg

 

 

La question se pose désormais avec gravité à Bangui car voici cinq semaines bien comptées que Jean Francis Bozizé, celui-là même que son père a encore reconduit dans le gouvernement Touadéra 3 comme ministre délégué auprès de la présidence chargé de la défense  nationale  se trouve à l’extérieur de la RCA faisant, d’après certaines informations, plusieurs va et vient entre Paris et l’Ukraine sans doute pour quelques emplettes d’armes de guerre pour son père. Comme le font les ados, bouderait-t-il son présidentiel de père ?

D’autres sources d’informations dignes de foi, Jean Francis Bozizé traînerait encore volontairement à l’extérieur ou serait en fugue parce qu’il serait mécontent d’avoir été maintenu au même poste et aux mêmes fonctions de ministre délégué à la défense alors que son principal rival Sylvain Ndoutingaï aurait lui, pris du galon en décrochant le prestigieux et très envié ministère des finances et du budget.

Cette bouderie du fils de son père s’expliquerait également par ce qu’il aurait ressenti comme une humiliation qui lui aurait été infligée à savoir, l’invalidation pour fraudes de son élection aux élections législatives à Kabo par la Cour constitutionnelle alors que celle d’autres membres du clan Bozizé qui eux n’ont sans doute pas procédé autrement que lui question bourrage des urnes, a été validée sans difficulté.   

Ce n’est en effet plus un secret depuis fort longtemps qu’une forte rivalité et véritable course de vitesse au pouvoir pour la succession de Bozizé est engagée entre son fils Jean Francis et Sylvain Ndoutingaï.  Elle est même portée sur la place publique par les deux gladiateurs qui de temps à autres se livrent même en spectacle. Bangui grouille de nombreuses rumeurs et d’anecdotes relatant divers noms d’oiseaux, menaces et défis que se lanceraient parfois en public à la figure, Jean Francis Bozizé et Sylvain Ndoutingaï.

Autour de ces deux protagonistes et aussi respectivement derrière Mme la première dame Monique Bozizé ou Mlle Renée Madeleine Sambo Bafatoro la favorite des innombrables maîtresses de Bozizé père, deux véritables camps irrémédiablement opposés se sont constitués. Ces alliés sont, soit des courtisans ou proviennent soit des rangs du KNK ou du gouvernement.

Leurs clashes ou affrontements à fleuret moucheté défraient régulièrement la chronique et font les choux gras de la presse de Bangui. C’est ainsi que lors de la campagne des élections législatives à Carnot 1 où s’étaient affrontés le candidat Ibrahim Aoudou Pacco et  Mlle Renée Madeleine Sambo Bafatoro, l’occasion  a été donnée d’assister à une guéguerre entre Bozizé, sa maîtresse favorite et les éléments de sa garde présidentielle d’une part et Mme Monique Bozizé, son fils Jean Francis Bozizé et ses éléments des FACA, Ibrahim Aoudou Pacco, son épouse née Annette Ngaibona pourtant nièce de Bozizé.

Obligés de quitter précipitamment la ville de Carnot à bord d’un petit aéronef affrété pour l’occasion et venu les soustraire juste à temps du guêpier dans lequel ils s’étaient retrouvés au lendemain du scrutin du 23 janvier dernier, Ibrahim Aoudou Pacco et son épouse Annette  Ngaibona n’ont eu leur salut qu’avec l’arrivée en personne de Jean Francis Bozizé à qui Ibrahim Pacco a eu la présence d’esprit de passer un coup de fil lorsque leur coucou a été immédiatement encerclé par les éléments de la garde présidentielle à son atterrissage à l’aéroport Bangui Mpoko. C’est à bord du véhicule du rejeton de Bozizé et non moins ministre délégué à la défense que le couple Ibrahim Aoudou Pacco a été transporté et conduit directement au BINUCA où ils ont passé plusieurs jours avant de regagner discrètement leur domicile où depuis, ils n’osent plus trop se montrer en public. Rocambolesque !

Pour résumer, Sylvain Ndoutingaï est un des partisans sinon le plus grand soutien de Mlle Renée Madeleine Sambo Bafatoro donc de François Bozizé, ce qui du coup, le fait considérer par Mme Monique Bozizé et son fils Jean Francis comme l’homme à abattre. A en juger par la composition du gouvernement Touadéra 3, il y a lieu d’en déduire que Ndoutingaï a incontestablement marqué plusieurs points sur Jean Francis et sa mère, Bozizé le considérant comme le seul qui lui ramènerait beaucoup d'argent alors que pour d'autres, c'est lui qui leur en donnerait beaucoup. Ndoutingaï est donc bien placé dans la guerre de succession mais la messe est encore loin d'être dite, Jean Francis et sa maman n'ayant pas encore dit leur dernier mot. Affaire à suivre et suite au prochain épisode… !

Rédaction C.A.P

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique