Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 22:38

 

 

 

Sylvain-Ndoutinga--lt-Cl.jpg

 

Paris, 23.09.2011 20h30 – (L’Indépendant) – Le ministre centrafricain des finances, Sylvain Ndoutingaï, qui devait se rendre à Washington afin de participer vendredi aux assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale et qui a essuyé en début de semaine, un refus à sa demande de visa de la part de l’ambassade des Etats-Unis à Paris, aurait finalement renoncé à se rendre dans la capitale fédérale américaine.

 

Une source de l’ambassade de la République Centrafricaine à Paris a affirmé vendredi en début de soirée à L’Indépendant que « grâce à l’entregent de l’ambassadeur de la RCA aux Etats-Unis, Stanislas Moussa Kembé, l’ambassade américaine à Paris aurait délivré un visa de trois mois avec une entrée unique à Sylvain Ndoutingaï », avant d’ajouter que celui-ci aurait refusé de s’y rendre, « craignant de tomber dans un piège et de se faire cueillir à sa descente d’avion ».


La source a par ailleurs indiqué que pour justifier son refus d’aller aux Etats-Unis, Sylvain Ndoutingaï aurait fait référence au retentissement de l’affaire Dominique Strauss-Kahn et au traitement que la justice américaine avait réservé à l’ancien patron du FMI.


Les autres membres de sa délégation auraient également pris la décision d’être solidaire de sa décision de boycotter les assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale.


Vendredi dans la matinée, Sylvain Ndoutingaï était encore à l’hôtel Sheraton de Roissy Charles De Gaule.
Il faut rappeler qu’en 2009, Sylvain Ndoutingaï avait essuyé un refus à sa demande de visa introduite auprès de l’ambassade des USA à Yaoundé. Déjà à l’époque, l’ambassadeur Moussa Kembé, alors directeur général du protocole d’État, avait été dépêché d’urgence dans la capitale camerounaise pour tenter de dénouer la situation mais le refus des américains fut catégorique.


L’année dernière, le pétrolier américain Jack Grynberg (à qui le régime a retiré les permis d’exploration pétrolière de la Centrafrique) avait fait condamner François Bozizé et son ministre des mines Sylvain Ndoutingaï par un tribunal américain à lui verser d’importante somme d’argent de dommages et intérêts.

 

 

 NDLR : Cette pantalonnade est vraiment très pitoyable pour l'image de la République centrafricaine. Puisse cette humiliation ainsi infligée à Ndoutingai servir de leçon à Bozizé qui le traîne comme un véritable boulet alors que le monde entier lui demande dainement depuis longtemps de l'éloigner de lui.  Déclaré quasiment non grata à Washington, capitale du monde entier, on voit très mal comment Ndoutingaï pourrait parvenir à conclure un programme avec les institutions de Bretton Woods. De toute façon l'affaire des soixante dix milliards de F CFA évaporés du trésor sans la moindre justification a déjà compromis et plombé les rapports avec le FMI qui devrait se rendre à Bangui en octobre prochain juste pour la forme des choses. Le pays en patira évidemment et c'est sans doute ce que recherchait en fin de compte Bozizé et Ndoutingaï.

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique