Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 04:06

 

 

Bozize KNK

 

 

place-du-cinquantenaire.jpg

 

                                      Bangui  - Place du Cinquantenaire

 

 

Un événement est passé inaperçu ces derniers jours et qui venu souligner l’impopularité qui est celle de Bozizé à l’heure actuelle auprès de ses concitoyens et sur quasiment l’ensemble du territoire national. Il y a quelques semaines, les habitants du quartier Boy Rabé dans le quatrième arrondissement de Bangui pourtant considéré comme son fief avaient ostensiblement boycotté sa venue dans leur quartier pour la cérémonie d’une de ces indénombrables poses de première pierre pour la construction d’une prétendue cité avec trois cents logements sociaux. Comme par pur hasard, Bozizé est réputé  pour les poses de premières pierres jamais suivies d’inauguration. Ne voir aucune arrière-pensée électoraliste dans ces cérémonies de pose de première.

 

L’arrestation de ses parents dont l’un est trésorier au sein de la CEI et l’autre caissier principal n’est sans doute pas étrangère au véritable phénomène de rejet dont Bozizé fait l’objet même dans les quartiers considérés comme ses bastions dont certains habitants appartenant à la même ethnie que lui ne comprennent pas et n’admettent pas en tout cas ses décisions et comptent le sanctionner. Ceux-ci multiplient les marches et manifestations de mécontentement à l’encontre de certaines de ses décisions comme celle ayant désigné dans un premier temps son griot de DG de la presse présidentielle comme son suppléant pour les législatives dans le quatrième arrondissement. Il a été contraint de revenir dessus puisqu’il vient de choisir son ancien Premier Ministre Elie Doté comme suppléant plusieurs jours après la date de clôture de dépôt des candidatures qu’il avait lui-même ordonnée au vrai faux pasteur Binguimalé.

Il y a une dizaine de jours, les habitants de Boy Rabe avaient dressé des barricades depuis le marché de ce quartier jusqu’à l’avenue de l’Indépendance à la hauteur du Lycée B. Boganda, pour ceux qui connaissent la ville de Bangui. Motif : un véhicule militaire qui revenait d’un enterrement avait tué un enfant de 10 ans tout en continuant son chemin. A cette occasion également, les manifestants sont allés tagger, crever ses yeux et enfoncer des clous dans ses narines, déverser de l’huile de vidange sur le buste de Bozizé qui trône aux côtés de ceux de Bokassa, Dacko, Kolingba et Patassé sur le monument dédié à la place dite du Cinquantenaire de la RCA située en face du Lycée B. Boganda. Ce sont les services techniques de la mairie de Bangui qui ont dû procéder au nettoyage des tags et autres salissures sur le buste en question. Cela en dit long sur la haine que vouent les habitants de Boy-Rabe pas seulement au buste mais à l’individu en chair et en os.

On voit mal comment les nominations en cascade auxquelles vient de procéder Bozizé ces derniers jours comme celle de Jean Willibyro Sacko comme ministre d’Etat chargé de l’Administration du territoire afin de  mettre désormais le vrai faux pasteur Binguimalé entre parenthèses, celle du poivrot François Nanaré à la tête du Conseil d’Etat, de Salomon Feiganazoui à la tête du Tribunal administratif et Alfred Poloko comme porte-parole du KNK, pourraient changer quelque chose dans sa descente aux enfers.

Le refus catégorique de Bozizé de respecter l’arrêt du Conseil d’Etat du 28 septembre dernier n’est motivé que par sa haine contre Me Nicolas Tiangaye dont il est conscient que la création d’une seconde circonscription électorale dans le quatrième arrondissement comme l’avait décidé le Conseil d’Etat allait assurer l’élection à l’Assemblée nationale et probablement son arrivée au perchoir, perspective qui fait littéralement pousser de l’urticaire à Bozizé. Selon des informations émanant de la CEI, le KNK n’aurait investi et déposé les candidatures que de quatre et vingt et cinq (85) candidats aux élections législatives sur cent cinq (105) sièges ouverts à compétition électorale. Certains dossiers dit-on, seraient même incomplets, certaines pièces manquant.

On comprend dès lors pourquoi Bozizé a nommé le magistrat Salomon Feiganazoui qui était pourtant conseiller juridique du bureau de la CEI président du Tribunal administratif afin que ces dossiers incomplets de KNK ne soient pas invalidés. Outre son impopularité très peu enviable, l’état de santé de Bozizé continue d’alimenter les rumeurs dans l’opinion publique. L’intéressé étant dans un déni permanent de sa maladie alors que la fréquence de ses chutes préoccupe réellement ses proches, ce d’autant plus qu’il ne veut s’adresser qu’aux guérisseurs traditionnels béninois. Cela ne l’empêche pas non plus de continuer à acheter des armes de guerre comme il est allé le faire récemment encore en Afrique du Sud, dans l'espoir de faire la guerre pour demeurer coûte que coûte au pouvoir.

 

Rédaction C.A.P   

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique