Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 23:48

 

 

 

DAKAR AFP / 02 avril 2012 14h29 - Le nouveau président sénégalais Macky Sall, qui a largement battu le sortant Abdoulaye Wade avec 65% des voix le 25 mars, a prêté serment lundi à Dakar devant un parterre de personnalités nationales et de dirigeants étrangers, a constaté l'AFP.

M. Sall, 50 ans a juré d'observer et de faire observer les dispositions de la Constitution de son pays, notamment de défendre l'intégrité territoriale lors de cette prestation qui s'est déroulée sous un chapiteau installé dans les jardins d'un grand hôtel d'un quartier résidentiel de Dakar.

La passation de pouvoir entre MM. Wade et Sall était ensuite prévue au palais présidentiel en centre-ville.

Quelque 2.000 personnes avaient pris place sous le chapiteau, dont une dizaine de chefs d'Etat africains, parmi lesquels l'ivoirien Alassane Ouattara, le Congolais Denis Sassou Nguesso, la Libérienne Helen Johnson Sirleaf et le béninois Yayi Boni, président en exercice de l'Union africaine (UA).

La France, ancienne puissance coloniale, était représentée par son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé.

La prestation de serment a été précédée par un discours du président du Conseil constitutionnel, Cheikh Tidiane Diakhaté.

Il s'est réjoui que le scrutin présidentiel (premier tour du 28 février et second tour du 25 mars) se soit déroulé dans la plus grande transparence en dépit des prédictions les plus alarmistes.

Il a estimé que malgré les invectives à leur encontre, les cinq sages du Conseil constitutionnel avaient accompli leur devoir.

La validation fin janvier par le Conseil de la candidature d'Abdoulaye Wade, 85 ans dont douze au pouvoir, jugée illégale par ses opposants après deux mandats, avait été suivie de violences qui, pendant quatre semaines ont fait de six à quinze morts et au moins 150 blessés.

Les deux tours de l'élection et la campagne du second tour se sont en revanche passés sans incidents majeurs.

Macky Sall, ancien ministre et Premier ministre d'Abdoulaye Wade, l'a emporté au second tour avec 65% des voix contre 34% à son ancien mentor.

Face à ce raz-de-marée, M. Wade avait reconnu sa victoire quelques heures après la fermeture des bureaux de vote le 25 mars, avant même la publication des résultats officiels.

Cette élection a été saluée unanimement à l'étranger, comme un exemple de démocratie rare sur le continent africain.


(©)

 

 

Macky-Sall.jpg

 

 

 

 

Macky Sall annonce la mise en place de son gouvernement mardi

 

 

Dakar, 2 avr 2012 22:42 GMT (APS) – Le président de la République Macky Sall a promis lundi soir à Dakar de travailler immédiatement sur la demande sociale, après la mise en place de son gouvernement dès mardi.

‘’Je comprends cette attente. Oui elle est très, très forte, mais je vais y travailler immédiatement avec le gouvernement que je vais mettre en place dès demain (mardi). Je crois que dans un délai raisonnable, nous pourrons faire quelque chose’’, a-t-il indiqué en raccompagnant son homologue cap-verdien.

Il a ajouté : ‘’On ne peut pas tout faire. Je n’ai pas promis de tout faire, mais je ferai des efforts conséquents qui permettront aux populations d’être soulagées et donc de se concentrer sur les efforts de développement’’

M. Sall a estimé qu’il faut ‘’répondre à la demande sociale des populations, la cherté de la vie liée au renchérissement des prix des céréales dans le marché mondial, mais également surtout en Afrique, les coûts sur les frets, (…) et parfois la non transparence des structures de prix. Donc tout cela a pour conséquence un renchérissement élevé des prix des denrées’’.

‘’Je viens d’être porté à la tête du pays. Evidemment, je suis conscient des enjeux. Les défis sont nombreux comme partout ailleurs en Afrique. Le premier défi d’abord est la remise de l’Etat sur les rails et un Etat démocratique. Nous le sommes certes, mais il nous faut promouvoir la bonne gouvernance dans tous les actes publics que nous posons’’, a fait savoir le chef de l’Etat.

Il a également cité entre autres préoccupations, ‘’ le défi de l’école, des universités, de la santé, la couverture maladie, les défis du développement de façon générale’’.

‘’Donc, c’est partout, mais j’aimerais commencer par un certain nombre de choses dans les prochains jours’’, a-t-il poursuivi.

Elu président de la République, le 25 mars dernier, Macky Sall a prêté serment, lundi matin à Dakar, devant les juges du Conseil constitutionnel. Il a procédé à la passation de service avec son prédécesseur Abdoulaye Wade le même jour.

 

 

 

Le nouveau président sénégalais a prêté serment

 

DAKAR 02.04.2012 15h29 (AP) — Le nouveau président sénégalais, Macky Sall, a prêté serment lundi lors d'une cérémonie organisée huit jours après sa large victoire au second tour de l'élection présidentielle. Son adversaire, le président sortant Abdoulaye Wade, âgé de 85 ans, avait reconnu sa défaite quelques heures seulement après la fermeture des bureaux de vote.

 

Plusieurs centaines de personnes, vêtues de leurs plus beaux habits, se sont retrouvées dans un hôtel de Dakar pour une brève cérémonie. Ceux qui n'ont pas pu entrer ont pu regarder la prestation de serment sur un écran géant.

 

Un sommet sur la crise au Mali devait être organisé plus tard dans la journée avec les chefs d'Etat présents, en marge de l'investiture de Macky Sall.

 

Macky Sall, 50 ans, a été élu au second tour de l'élection présidentielle, le 25 mars, avec 65,8% des suffrages contre 34,2% pour Abdoulaye Wade, qui était au pouvoir depuis 12 ans.

 

Le nouveau président hérite d'une situation économique difficile qui a largement contribué à la défaite d'Abdoulaye Wade.

 

De nombreux Sénégalais se plaignent du coût de la vie qui a beaucoup augmenté, en raison notamment de la forte hausse des prix de l'essence, du riz et de l'électricité. Dans ce pays qui compte 12 millions d'habitants, la population est également confrontée notamment à de fréquentes coupures de courant et à une augmentation du chômage. AP


(AP /)

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE