Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 20:59

 

 

 

-amo.jpg 

 

 

ali-bongo-2-juin-2011.jpg

 

 

Koaci.com 08/09/2011 | 15:06:26


Depuis quelques jours, nous vous livrons le contenu des révélations autour de la période électorale de 2009, contenues dans les documents mis en ligne par Wikileaks. L’intérêt de ces documents est capital car ceux-ci ne sont rien de moins que les câbles diplomatiques de l’ambassade des USA à Libreville, vers la centrale de Washington. Aujourd’hui nous vous donnons le contenu d’un des câbles les plus importants ; c'est-à-dire le câble qui affirmait et démontrait à la centrale de Washington que « l’élection » d’Ali Bongo n’était qu’une farce. Nous vous donnons ici l’intégralité de l’analyse chiffrée des experts de l’ambassade des USA à Libreville. Chers lecteurs, après cette lecture, quand un plaisantin viendra vous dire qu’Ali Bongo a été élu,……..regardez le seulement !


Les câbles sont à lire ci-dessous

ALI déclaré vainqueur

¶ 2. (C) Le 3 Septembre, la Commission électorale du Gabon (CENAP) a fourni les résultats officiels de l'élection présidentielle au ministre de l'Intérieur Jean François Ndongou qui a annoncé Ali Bongo Ondimba comme vainqueur. Ndongou a lu les résultats pour chaque province et chaque bureau de vote à l'étranger, sur la télévision gouvernementale. Il a dit qu’Ali Bongo avait gagné avec 41,73% des voix. Les candidats de l’opposition ont obtenu, pour Pierre Mamboundou 25,22% et André Mba Obame 25,88% des voix.

¶ 3. (U) Dans la plupart des provinces, la commission électorale a indiqué un taux de participation moyen d'environ 30%. Dans la province du Haut-Ogooué (région de la famille Bongo), la commission électorale a rapporté un taux de participation de 65% des électeurs et qui ont voté massivement pour Ali Bongo. Le Haut-Ogooué a enregistré 57522 votes, soit le double du total enregistré dans l'Ogooué-Maritime qui est plus peuplées (25341) et presque la moitié du nombre total d’électeurs qui ont été enregistrés dans la province de l’Estuaire (112 902). L’Estuaire qui comprend Libreville et contient 65% de la population du Gabon.

¶ 4. (U) La prochaine étape consiste pour le ministre de l'intérieur de fournir les résultats à la Cour constitutionnelle, qui va examiner les résultats pendant une journée ou deux et décider de déclarer les résultats officiels donnant la victoire à Ali Bongo. L'opposition aura quinze jours pour contester les résultats. Cependant, la contestation des résultats n'empêchera pas la cour constitutionnelle de déclarer Ali Bongo vainqueur avant l'expiration de la période de quinze jours.

¶ 5. (C) Les résultats des élections étaient initialement prévues pour être révélés immédiatement après le vote, mais ont été repoussés jusqu'à l'après-midi du 2 Septembre pour permettre à la commission électorale de rencontrer les représentants de tous les partis. La réunion, initialement prévue pour 15 heures n'a commencé qu'à 20 heures et a continué dans la nuit. Selon le secrétaire général du PDG, Boukoubi, le retard a été causé par une confusion quant au décompte des voix dans la province de l’Estuaire (troisième arrondissement et Owendo) et la province l'Ogooué-Lolo (Pana). Le ministre de l'intérieur Ndongou affirme qu'il y a eu «consensus» entre le PDG au pouvoir et l'opposition lors de la réunion de la commission électorale avant que les résultats officiels ne soit annoncés.

COMMENTAIRE

¶ 11. (C) Libreville est sous tension, mais généralement calme, avec la majorité de la population restant à l'intérieur et à proximité de leurs domiciles. Les forces de sécurité ont été rapidement déployées dans toute la ville et cette forte présence demeurera probablement pendant quelque temps. Les chiffres initiaux du vote présentent des préoccupations, en particulier le grand nombre d'électeurs et le chiffre exceptionnellement élevé en pourcentage qui a voté pour Ali Bongo, dans sa région d’origine pourtant peu peuplées. Il est surprenant que cette province rurale présente des chiffres dans des proportions plus élevées que des zones urbaines plus densément peuplées du Gabon. Cela nécessite une enquête plus approfondie. Nous essayons de confirmer les informations selon lesquelles Mamboundou, Mba Obame, et Myboto ont été blessés quand la foule en face de la Cité de la Démocratie, a été dispersée. Nous continuerons de demander des éclaircissements sur le calendrier de l'installation de Bongo.

FIN.
Reddick


PRÉOCCUPATIONS AU SUJET DES CHIFFRES


¶ 3. (C) La plupart des observateurs s'accordent sur une importante incohérence: la forte participation et le décompte des voix dans le Haut-Ogooué, province natale de la famille Bongo et des Téké. Le Haut-Ogooué est peu peuplé, région densément forestière qui manque d'infrastructures importantes. Elle a été la seule province à voter, selon le ministère de l'intérieur, à une écrasante majorité pour Ali Bongo. Avant les élections, le gouvernement a annoncé que la population d’électeurs inscrits dans le Haut-Ogooué était de 88490 personnes, et celle de l'Ogooué-Maritime (la province avec la deuxième ville la plus peuplée du Gabon, Port-Gentil, et bastion de l'opposition) et les 77 292 électeurs dans. Cependant, d'autres statistiques du gouvernement indiquent qu'il n’y a environ que 44000 personnes à Franceville, dans le Haut-Ogooué et 111000 personnes à Port-Gentil dans l'Ogooué-Maritime. La plupart des observateurs n'acceptent pas que Port-Gentil et sa province aient 10 000 électeurs en moins que le Haut-Ogooué.

¶ 4. (C) Selon le ministère de l'Intérieur, 58210 personnes ont voté dans le Haut-Ogooué - presque 65% des électeurs. Un nombre qui est considérablement plus élevé (de 15 points de pourcentage) que toutes les autres 8 provinces du Gabon. Les moniteurs de l’ambassade qui ont visité plusieurs sites, à Libreville, Oyem dans la province du Woleu-Ntem et à Port Gentil, ont rapporté un taux de participation proche de 30% dans l'ensemble.

¶ 5. (C) Selon l'analyse de l'ambassade, sans le grand nombre de voix du Haut-Ogooué, les 41% d’Ali Bongo se rétrécissent considérablement. Si on contrôle le pourcentage du Haut-Ogooué en le ramenant dans des proportions de voix plus proche de celles des autres provinces et une population de votants plus raisonnable, Ali Bongo perdrait 12% de son chiffre officiel ce qui le ramènerait dans la marge d'erreur des deux principaux challengers; Pierre Mamboundou avec 25% et André Mba Obame, avec 26%. D'autres provinces, particulièrement celles qui bordent le Haut-Ogooué, ont également des taux de participation étrangement élevés ; ainsi, si on y effectuait les mêmes corrections que celle proposée pour le Haut-Ogooué, cela pousserait le chiffre d’Ali Bongo à un niveau encore plus faible. Ces chiffres gonflés ont également alimenté les rumeurs que les «étrangers» de la République du Congo, à la frontière du Haut-Ogooué, et d’autres non-citoyens ont été enregistrés au cours de la révision des listes électorales avant les élections.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers