Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 18:24

 

 

 

vote ambassade Paris

 

 

 

SOURCE : LA REPUBLIQUE DE SEINE ET MARNE DU 23 MAI 2011-06-06

FAITS DIVERS

Le couple croule sous les amendes !

Depuis que leur véhicule a été vendu à l’ambassade de la république centrafricaine, un couple de Saint-Fargeau-Ponthierry a déjà reçu une trentaine de contraventions. Le trésor public prélève leur compte bancaire.

 

Une histoire de fous ! Domiciliés à Saint-Fargeau-Ponthierry, Denise et Paulo da Costa ne savent plus à quel saint se vouer pour faire cesser l’avalanche d’amendes concernant leur ancien véhicule.

Le couple avait vendu leur Renault Espace à un garagiste de l’Essonne, en juin 2007. Et la voiture appartient actuellement à l’ambassade de la République Centrafricaine, à Paris.

Or, depuis septembre 2009, le couple reste destinataire de multiples amendes pour excès de vitesse et stationnement interdits. « Au début, j’ai renvoyé au centre de traitement de Rennes en pensant que ça se règlerait rapidement », raconte Denise à bout de patience.

Contraventions

Mais les PV ont continué à affluer de toute l’Ile de France, d’Aulnay-sous-Bois, en seine saint Denis à Ivry-sur-Seine, dans  le Val de Marne en passant par Paris, et les aéroports d’Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Le couple doit actuellement faire face à une trentaine de contraventions, certainement majorées à 275 euros. « Rien que pour le tribunal de police de Paris, nous sommes censés payer 1 339  euros ! » récapitule-t-il.

Malgré les diverses démarches accomplies auprès des impôts, des commissariats, du tribunal de police de Paris, et des préfectures, la situation perdure. « On nous balance de gauche à droite », constate Denise.

Elle a même envoyé voici plusieurs mois une lettre au Président de la République qui a transmis le dossier au ministre de l’intérieur. Quand à l’ambassade de la République Centrafricaine qui n’a pas établi la carte grise en son nom, elle n’a même pas pris la peine de répondre…

Trésor public

La situation devient pourtant urgente puisque le Trésor public vient de prélever 750 euros sur le CODEVI de Paulo da Costa, après une première saisie de 75 euros sur son compte courant. « Et pourtant c’est sans compter les agios » précise sa femme.

Sa nouvelle crainte, avec le durcissement de la loi contre les infractions de la route, c’est recevoir un grand excès de vitesse passible de prison.

Les époux viennent de s’adresser au maire de leur ville, Lionel WALKER, qui a promis de les soutenir. L’élu a adressé plusieurs courriers aux différentes autorités, écrivant que «  cette situation est scandaleuse à double titre pour une République comme la notre. Ceci met en avant la question de l’immunité diplomatique face au citoyen qui risque les pires ennuis »

Prochaine étape, si rien ne bouge : un rendez vous chez un avocat prévu en début de juin.

Agnès GAUDICHON-BRAIK

 

NDLR : Selon nos informations recueillies auprès d'une source de l'ambassade de RCA à Paris qui a requis l'anonymat, c'est un ancien brancardier qui a travaillé longtemps au dispensaire de Ngaragba à Bangui et reconverti en attaché de protocole auprès de l'attaché de défense de l'ambassade de Centrafrique à Paris depuis que Bozizé est arrivé au pouvoir, un certain Joseph Touangaye, qui roule avec ce véhicule et ramasse à la pelle toutes ces contraventions et amendes sous lesquelles croule ce couple désespéré. Au lieu d'écrire à Sarkozy, les victimes de ces amendes devraient plutôt s'adresser à François Bozizé himself car il s'agit des contraventions et d'amendes récoltées par un individu qui ne cesse de se réclamer ouvertement de lui et en profite pour se prendre pour un intouchable parce que son parent Gbaya est au pouvoir à Bangui. Ce Joseph Touangaye qui se vante de ne répondre que de Bozizé seul est également un fichiste invétéré qui  alimente aussi régulièrement ce dernier avec des fiches mensongères. En principe, si les flics avaient idée de faire souffler dans le ballon ce monsieur, il y a longtemps qu'il aurait été privé de son permis de conduire, c'est sans doute la solution la plus radicale pour que cessent ces contraventions et amendes qui empoisonnent la vie de ce couple.     

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers