Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 23:26

 

 

chirac-eyadema--.jpg

 

 koaci.com 20/09/2011 | 14:21:01

Depuis les révélations de Me Robert Bourgi sur les financements des hommes politiques français par des Chefs d’Etat africains, de nombreux Togolais ont trouvé curieux que le pouvoir-RPT ne figure pas aux rangs de ces curieux donateurs.

Interrogé dans une émission, l’ancien président de l’Assemblée nationale et cacique du système RPT qui a rejoint l’opposition, Dahuku Péré a dit ne pas être au courant de ces pratiques. « Le Président Eyadéma est tellement intelligent que même s’il s’adonnait à des telles pratiques, il ne laisserait pas de traces », a dit en substance, l’ancien colistier de Gabriel Agbéyomé avec qui ils ont osé proposer des réformes de la gouvernance et du système RPT, sous le Gal. Gnassingbé Eyadéma.

Mais pour de nombreux Togolais, le soutien indéfectible de la France et principalement de Jacques Chirac à la dictature au Togo, ne saurait être sans contrepartie. Et c’est l’hebdomadaire « L’ALTERNATIVE » de Ferdinand AYITE qui révèle dans sa parution de la semaine, l’information. Selon ce journal, « 17 milliards de francs CFA (environ 26 millions d’Euros) ont été acheminés à Jacques Chirac en 1995 à la Mairie de Paris ». Le journal qui donne des précisions, affirme que l’argent était dans des sacs de militaires marins aux bons soins de trois personnes dont un fils de la fratrie (Faure Gnassingbé), un général aujourd’hui en disgrâce et débarqué de la tête d’une instance sportive et un marabout.

Le marabout qui aurait prédit au Général Eyadéma la victoire de Jacques Chirac à un moment où ce dernier était malmené dans les sondages par Edouard Balladur, aurait prêté ses services à l’ancien maire de Paris pendant quelques jours avant de rentrer à Lomé. Ceci expliquerait une certaine crainte du Président français, vis-à-vis de son « ami », et homologue du Togo, dont il redouterait les pouvoirs mystiques.

 Selon notre confrère, les convoyages de fonds en faveurs des hommes politiques français auraient continué jusqu’en février 2005, avec la mort du Général Gnassingbé Eyadéma. Puis, ses fils ont usé des mêmes pratiques arrosant des dirigeants dont ceux de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), pour faire admettre la sanglante succession dynastique intervenue au Togo sous le pilotage du Général nigérian Olusegun Obasanjo.

Aghu, KOACI LOME, copyright©koaci.com

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales