Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 19:21

 

 

 

 

 

 

Ntsimi et Boz

 

 

fric en CFA

www.lanouvelleexpression.infoMercredi, 04 Avril 2012 09:00

Source : Jeune Afrique

A quelques semaines de son sommet à Brazzaville, la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, qui regroupe six pays de la région, traverse une crise profonde. Enquête et révélations sur l’homme au cœur de ce malaise : le Camerounais Antoine Ntsimi, président de la Commission.

Imaginez José Manuel Barroso déclaré persona non grata à Bruxelles, siège de la Commission de l’Union européenne, dont il est le président en exercice. Hypothèse parfaitement surréaliste et pourtant tout à fait réelle en ce qui concerne son (quasi-) homologue de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), le Camerounais Antoine Ntsimi. Le 21 mars dernier, alors qu’il venait de descendre de l’avion en provenance de Douala sur le tarmac de l’aéroport de Bangui, la capitale centrafricaine, où se trouve le siège de la Cemac, le président de la Commission a purement et simplement été prié par le commissaire dudit aéroport de remonter à bord jusqu’au départ de l’appareil, sa présence sur le territoire national n’étant pas souhaitée par les autorités. Cette décision de refoulement, prise par le président François Bozizé lui-même et que son homologue camerounais, Paul Biya, n’a que très modérément appréciée (c’est un euphémisme), est une première tant dans l’histoire de la Cemac que dans celle de l’Udeac, l’institution régionale dont elle est l’héritière. Surtout, elle illustre à quel point l’organisation commune aux six pays d’Afrique centrale (Cameroun, Tchad, Centrafrique, Gabon, Congo, Guinée équatoriale) est plus que jamais paralysée, à quelques semaines du prochain sommet des chefs d’Etat prévu pour juin à Brazzaville.

Proche de Biya. Au cœur de ce blocage, un homme : Antoine Louis Ntsimi Menye, 56 ans, président de la Commission depuis 2007. 

Cet Eton de la Lékié, ancien séminariste (tout comme Paul Biya, dont il a toujours été proche), titulaire d’un MBA de l’université de Chicago et réputé très sûr de lui, a été de 1992 à 1995 un ministre des Finances plutôt apprécié au Cameroun, où il a eu notamment à gérer la délicate dévaluation du franc CFA. Député, puis banquier, il est nommé le 25 avril 2007 à la tête de la Cemac par la conférence des chefs d’Etat sur proposition de son président et pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois, lequel s’achèvera donc à la fin de ce mois, Nul doute qu’Antoine Ntsimi souhaiterait rempiler, mais voilà : lors du sommet des chefs d’Etat de janvier 2010 à Bangui a été adopté, aux forceps, le principe de la rotation alphabétique aux postes de responsabilité des différentes institutions régionales, dont celui de président de la commission. Après le Cameroun, dont Ntsimi est ressortissant, ce sera donc en principe le tour de la Centrafrique. Jusqu’au début de 2011, rien ne vient remettre en question ce jeu de chaises musicales. Mieux : le 25 février 2011, le président congolais Denis Sassou Nguesso, président en exercice de la Cemac, signe un «acte additionnel» détaillant le solde de tout compte mettant fin aux mandats d’Antoine Ntsimi et de son vice-président, le Gabonais Jean-Marie Maguena, ainsi que des six commissaires que compte l’institution. «Sur proposition de la commission» -donc de Ntsimi lui-même – et «après avis conforme du Conseil des ministres» de la Cemac (quand et où s’est tenu ce conseil dont on ne trouve nulle trace ? Qui aurait induit Sassou Nguesso en erreur ? Mystère, les premiers surpris semblant être les ministres concernés eux-mêmes), c’est un véritable parachute doré qui est attribué aux membres de l’équipe sortante.

Trente mois de salaire pour le président de la Commission, vingt mois pour le vice-président, quinze mois pour les commissaires, le tout au titre d’ «indemnités pour service rendus», auxquelles s’ajoutent des gratifications annuelles (deux mois de salaire par année de présence), une indemnité de préavis (six mois de salaire) et une prime spéciale équivalente à deux à quatre mois de salaire. Au total, Antoine Ntsimi équivalente à deux à quatre mois de salaire. Au total, Antoine Ntsimi devrait donc toucher cinquante mois de ses émoluments, soit, au bas mot, 1 milliard de FCFA (1,5 million d’euros), dont une partie avant même la fin de son mandat, puisque l’article 2 de l’acte additionnel prévoit des avances sur solde de tout compte.

Le président de la Commission a-t-il déjà perçu une partie de ses indemnités – voire la totalité, comme on le murmure à Yaoundé ?  Quoi qu’il en soit et si tel est le cas, cela ne change rien à sa détermination de … se succéder à lui-même. Car, après avoir semblé accepter le principe de rotation décidé par les chefs d’Etat en janvier 2010, Antoine Ntsimi change son fusil d’épaule vers la mi-2011, avec l’accord du président Biya. Il s’appuie pour cela à la fois sur le traité fondateur de la Cemac et sur une faille dans les résolutions de la conférence de Bangui, lesquelles ne disent pas explicitement à partir de quand la rotation est censée entrer en vigueur. Ntsimi s’en tient donc à la formule originelle du mandat renouvelable, qui l’autoriserait à briguer cinq années de plus. De leur côté, les autorités centrafricaines mettent en avant le communiqué final de la session extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat de la Cemac (Brazzaville, juin 2010), qui prévoit «l’uniformisation des durées des mandats à cinq ans», ceux en cours allant «jusqu’à leurs termes». Autrement dit : Antoine Ntsimi devrait partir fin avril 2012.

Bille en  tête

De cette querelle d’interprétation, Chicago Boy (surnom de l’intéressé) n’a manifestement cure. Son site officiel (antoinentsimi.com), où il apparait souriant sur fond de ciel azur et de prairies vertes, est sans ambiguïté. Ce «technocrate exemplaire», «candidat à sa propre succession», est «l’homme de 2012 pour la Cemac». Mieux, celui qui se présente comme «le créateur  de la Cemac» se dit «fin prêt pour affronter les autres candidats» au poste de président de la Commission – en l’occurrence, les Centrafricains Elie Doté et Enoch Dérant-Lakoué – avec le statut, dit-il, de «favori». Cette campagne d’autopromotion, pour le moins inhabituelle dans ce milieu feutré où ce sont les chefs d’Etat qui présentent « leur » candidat, a-t-elle reçu l’aval de Paul Biya ? On sait que ce dernier n’a souscrit qu’avec regret au principe de rotation mettant fin au monopole camerounais à la tête de
la Commission depuis la création de son ancêtre, l’Udeac, en 1964, mais on sait aussi qu’Antoine Ntsimi, premier Camerounais non bamiléké à occuper ce poste, se targue volontiers d’être «le septième chef d’Etat» de la région, à qui tout ou presque est permis…

Mais il y a plus grave que ce mauvais feuilleton. Non seulement le bilan de l’institution est loin d’être positif (lire p.35), mais la gestion financière opérée au niveau de sa présidence est pour le moins troublante. Jeune Afrique a ainsi eu accès à une série de documents bancaires portant sur l’année 2011 et sur les deux premiers mois de 2012. Ils indiquent une multiplication hors normes des retraits en espèces à partir du compte ouvert par la Cemac auprès de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) à Yaoundé. Entre le 12 décembre 2011 et le 29 février 2012, par exemple, on compte treize retraits de ce type pour une somme globale en liquide de 821 millions de F CFA (1,25 million d’euros). La quasi-totalité de ces prélèvements en caisse est effectuée par le représentant résident adjoint de la Cemac au Cameroun, Roger Faustin Ndzana, homme de confiance d’Antoine Ntsimi depuis l’époque où ce dernier était ministre des Finances. Un seul a été opéré par une chef de service du bureau de la Cemac à Yaoundé, qui n’est autre qu’une proche parente du président de la Commission. Bien plus que Bangui, où il ne réside plus, la capitale camerounaise est donc devenue la plaque tournante des multiples remboursements de frais en liquidités et autres avances  dont bénéficie M. Ntsimi, lequel a nommé à la tête de la représentation locale de la Cemac sa propre belle-sœur Malaïka Ndoumbo Ngolo.

Chers avions

Dans le détail, certains ne manquent pas de surprendre. Il y a par exemple, la série des locations d’avions privés pour le président de la Commission. Exemples : le 3 février 2012, Roger Faustin Ndzana retire 80 millions de F CFA (122 000 euros) en espèces du compte Cemac … avec pour motif «location avion mission président à Malabo». Cinq jours plus tard, autre retrait, de 76 millions de FCFA (116000 euros), pour la même destination. Motif : «participation session parlementaire». Le 23  février, ce sont de nouveau 76 millions de FCFA que Roger Faustin Ndzana retire à la Beac : «location avion pour la mission du président». Le 29 février, 90 millions de FCFA (137000 euros) sont prélevés par ce même très proche d’Antoine Ntsimi pour «prendre part à la journée Cemac» de Brazzaville. En un mois, celui de février 2012, les dépenses de location d’aéronefs privés du président de la Commission se sont donc élevées à 322 millions de FCFA : près d’un demi-million d’euros ! Outre le fait qu’il existe, bien évidemment, des lignes régulières commerciales à fréquence élevée entre le Cameroun et la Guinée équatoriale ainsi qu’entre le Cameroun et le Congo, les tarifs de location d’avions répertoriés ci-dessus ont fait sursauter les professionnels du secteur à qui nous les avons soumis :  «Un Falcon 50 se loue dans la région à 6000 euros l’heure de vol, l’immobilisation de l’appareil en attente sur le tarmac étant, elle, facturée environ 10 000 euros par vingt-quatre heures. Sachant que, depuis Yaoundé, on rejoint Malabo en quarante minutes et Brazza en une heure et demie, faites le calcul aller-retour : les tarifs dont vous me parlez sont au moins trois fois supérieurs à la normale», explique un loueur d’avions basé à Libreville. Un coup d’œil sur le site jetbox.fr, spécialisé dans la location d’avion VIP à travers le monde et réputé haut de gamme, permet de confirmer ce jugement : un Yaoundé-Brazza-Yaoundé y est proposé pour 40 000 euros et un Yaoundé-Malabo-Yaoundé pour 30 000 euros. Conclusion de notre loueur : «soit ce monsieur se déplace en Boeing affrété depuis l’Europe, ce qui serait tout de même très voyant, soit les factures mériteraient d’être examinées de près…»

Il y a ensuite la série des retraits en espèces justifiés par les frais de mission du chef. Toujours pour la même période restreinte (janvier-février 2012), Roger Faustin Ndzana procède, le 4 janvier, à un retrait de 29,5 millions de FCFA pour les dépenses «relatives mission président en Afrique du Sud» ; le 6 février, nouveau prélèvement de 25 millions de FCFA ; le 13 février, retrait de 30 millions, motif : «caisse d’avance» ; le 24 février, ce sont 39 millions qui sont retirés pour le «règlement de trois caisses d’avance relatives aux missions du président de la Commission». On comprend mieux, dès lors, cet approvisionnement massif du compte Cemac-Beac à partir du siège de la Commission à Bangui, enregistré le 13 février : 150 millions de FCFA. Ce que l’on appellera, avec pudeur, le train de vie du président est à ce prix. D’autant que ce dernier, on l’a vu, voyage beaucoup, et pas seulement en jet privé dans
la région. Le 4 janvier 2012, il passe par Paris pour se rendre à Johannesburg. Le 17, il est de nouveau en Afrique du Sud. Le 23, il se rend à New York. Le 6 février, il embarque son épouse, Arlette, et son fidèle Ndzana pour un trip à Pékin et Shanghai via Paris. Soit, en un mois, 51 millions de FCFA en billet d’avion, tous payés rubis sur l’ongle par la Cemac auprès de la même agence de Douala, Camship Voyages, laquelle semble bénéficier d’un étrange monopole de faveur en la matière.

Mystères

Il y a enfin, dans cet épluchage de comptes récents (l’année 2011 mériterait à elle seule un livre), quelques interrogations et une jolie pépite. Quid de ce virement Cemac-Beac de 76,7 millions de FCFA (117 000 euros) en faveur de la Citibank de Dubaï en date du 14 décembre 2011 ? Quid aussi de ces 54 millions de FCFA – dont 29,5 millions retirés en espèces au titre de «caisse d’avance» par Mme Jeanne Eda Boula, chef de service à la Cemac et parente de Ntsimi – pour l’équipement des bureaux de la représentation de Yaoundé ? Quid aussi de ces 398 000 euros virés en sept mouvements, entre octobre 2011 et janvier 2012, par le couple Ntsimi sur le compte parisien de l’un de ses enfants et dont l’intitulé («frais de scolarité», «frais alimentaires», «frais de subsistance») aurait dû attirer l’attention de la banque réceptrice tant il parait disproportionné ? Et puis, cerise sur le gâteau, une facture présentée pour remboursement sur laquelle nous sommes tombé un peu par hasard.

Elle émane de l’hôtel Méridien Etoile de Paris et elle a, si l’on en croit ses termes, été payée cash par Antoine Ntsimi. Il s’agit d’une réception donnée le 14 février 2012 par le président de la Commission en l’honneur du directeur général de l’Agence française de développement (AFD), Dov Zerah, à l’occasion de la signature d’une convention budgétaire globale AFD-Cemac. Onze personnes sont présentes, et le pince-fesses a lieu, précise la facture, au restaurant Arnoc de l’hôtel. Petit problème : l’Arnoc n’existe pas. Admettons qu’il y a erreur de frappe et qu’il s’agit de l’Orénoc, lequel existe bien – c’est d’ailleurs l’unique restaurant du Méridien de la porte Maillot, et ses tarifs (menu à 56 euros maxi) sont très loin d’un étoilé au guide Michelin. Gros problème : le montant de la facture est de 19940 euros, ce qui est proprement sidérant. Nous avons consulté la carte de l’Orénoc et interrogé son responsable : même si les onze convives avaient commandé les plats les plus chers et bu chacun une bouteille de pommard millésimé et une autre de champagne Krug à 390 euros, la facture n’aurait pas dépassé 6500 euros. Une bien étonnante multiplication par trois. Comme pour les locations d’avions.

Au-delà de la crise qui oppose Antoine Ntsimi aux autorités centrafricaines, il y a donc un mal beaucoup plus profond, dont les étrangetés repérées dans cette enquête ne constituent vraisemblablement que la partie émergée de l’iceberg. Au minimum, et sous réserve d’investigations plus poussées auxquelles seul un audit impartial (donc extérieur) pourrait se livrer, un fort soupçon de gabegie à échelle respectable pèse sur la Cemac. Les chefs d’Etat des six pays membres feraient bien de s’y pencher au cours de leur prochain sommet prévu à Brazzaville, car c’est d’argent public qu’il s’agit. Après le scandale de la Beac en 2010, l’Afrique centrale n’a pas besoin d’une affaire Cemac.

Chantiers au point mort

Air Cemac, passeport unique, fusion des Bourses… L’organisation régionale semble avoir fait sienne la fameuse devise «Il est urgent de ne rien faire».

Douala, Yaoundé, Libreville… Empêché, depuis le 23 mars, de rejoindre son bureau au siège de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), à Bangui, Antoine Ntsimi est un président nomade. Et c’est entre le Cameroun, son pays d’origine, et le Gabon qu’il s’est replié depuis que François Bozizé, le chef de l’Etat centrafricain, lui a interdit de poser le pied à Bangui.

En fonction depuis mai 2007 et candidat à sa propre succession, Antoine Ntsimi achève donc son mandat de cinq ans dans la confusion. Joint par Jeune Afrique, il a refusé de «commenter des décisions de chefs d’Etat». Dans son entourage, on indique que «l’institution est dans l’impasse» et que «c’est une crise gravissime».

La Cemac n’avait pas besoin de cela. Les grands chantiers annoncés lors du sommet des chefs d’Etat à Bangui en janvier 2010 n’ont guère avancé. La compagnie régionale Air Cemac devait décoller avant l’été 2010, avec l’appui technique de South African Airways (SAA). Depuis ? Des artisans s’affairent à l’aménagement intérieur du siège d’Air Cemac, à Brazzaville, mais toujours pas d’avions en vue. Le 19 février dernier, les six Etats de l’organisation régionale et SAA ont même officialisé, via un communiqué, leur rupture : le géant sud-africain souhaitait en effet qu’Air Cemac s’installe à Douala, où le trafic aérien est plus dense. Le choix de Brazzaville, en 2010, l’a braqué et il a jeté l’éponge. «Une solution alternative [à SAA] est en négociation», affirme Jean-Marie Maguena, le vice-président de la Cemac en charge du dossier.

Autre projet vieux de dix ans : le passeport unique. Il devait être progressivement adopté à partir du 1er avril 2010. Mais ce n’est qu’en juillet 2011 que les derniers détails ont été arrêtés (armoiries, codes couleurs, passeports diplomatiques…), et des spécimens seraient prêts au Cameroun, au Gabon et en Guinée équatoriale uniquement.

Cale sèche aussi pour le rapprochement des Bourses de Libreville et de Douala, qui devait être effectif début 2011… Pour faire avancer le dossier, l’arbitrage de la Banque africaine de développement (BAD), qui a déjà débloqué 1 milliard de FCFA (1,5 million d’euros), a été requis. Enfin, le programme «Cemac 2025 : vers une économie régionale intégrée et émergente», présenté à Bangui, peine à … émerger. Ce n’est que dans deux mois que sera organisée sous la houlette de la Banque mondiale une table ronde avec les bailleurs de fonds pour trouver les 20 000 milliards de FCFA à mobiliser d’ici à 2025.

 

Cemac: Nouvelles révélations sur la gestion Ntsimi

Quotidien Mutations Mercredi 4 avril 2012 00:14

Des révélations et contre-révélations épaississent la complexité de ce dossier qui met principalement en scène le président centrafricain et le Camerounais Antoine Ntsimi.

On n’est décidemment pas sorti de l’ « affaire Antoine Ntsimi ». Si sur le front diplomatique, l’on s’active sur les axes Yaoundé-Brazzaville et Yaoundé-Bangui pour un retour à la normale après le refoulement assorti de violences du président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) de l’aéroport de Bangui M’Poko, le 21 mars dernier, des révélations et contre-révélations viennent épaissir la complexité de ce dossier qui met principalement en scène le président centrafricain, François Bozizé et le Camerounais Antoine Ntsimi.

Dans sa livraison de cette semaine, l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique (J.A) jette un pavé dans la mare en publiant des documents potentiellement compromettants pour le président de la Commission de la Cemac. Au-delà des faits supposés ou réels de surfacturation, J.A évoque les coûts liés aux voyages en avions Vip et jets privés de l’ancien ministre des Finances camerounais. Un train de vie qui, d’après Jeune Afrique, est disproportionné aux moyens financiers d’une institution parmi les plus pauvres au monde.

Au sujet des frais de déplacements jugés somptuaires de Antoine Ntsimi, un fonctionnaire en poste à la Cemac joint hier par Mutations indique que « tous les responsables de ce niveau dans les institutions du même genre que la Cemac. Au sein de cette Communauté, le gouverneur de la Béac et même le président de la Cobac, qui n’est au même rang protocolaire qu’Antoine Ntsimi jouit de ce type d’avantages, celui des vols spéciaux. Je noterai également que le président de la Commission, Antoine Ntsimi s’est résolu à voyager en jet privé parce qu’il est souvent sollicité pour des urgences par des chefs d’Etat. Je rappelle à ce propos qu’il a fait face à un incident il y a quelques années lorsqu’appelé d’urgence par le président gabonais, il a emprunté un vol régulier et, compte tenu des retards enregistrés, il a passé trois jours à Libreville avant d’être reçu en audience ».

Notre source pense que « la Rca est un pays insécurisé. Un pays où il est plus facile de trouver une arme qu’une ardoise. Il y a une rotation de mutineries. Tout cela amènerait naturellement tout président de la Commission a renforcer sa sécurité, quel qu’en soit le coût ». Un autre cadre en fonction à la Cemac estime que « la République centrafricaine fait du dilatoire. On ne peut en aucun cas minimiser l’incident diplomatique causé par les autorités de Bangui. Le président Bozizé veut anticiper sur la rotation, ignorant que même si cette disposition est appliquée, même le Congo-Brazzaville est en droit de réclamer le poste de président de la Commission. La Rca me semble en tout cas disqualifiée pour assurer la présidence de la Commission compte tenu de ce précédent. Qui plus est, ce pays ne parvient pas à honorer ses cotisations ».

Par ailleurs Mutations a pu accéder aux résolutions de la consultation régionale Fmi/Cemac tenues au mois de mars dernier, qui semble accordé crédit au programme économique régional (Per), l’une des principales réalisations du camerounais Antoine Ntsimi. Les experts ont notamment constaté à cette occasion que « le dispositif institutionnel [au sujet du Per] est en train d’être mis en œuvre. A la faveur d’une mission circulaire, les autorités nationales ont été sensibilisées sur les enjeux et la nécessité de son appropriation par les Etats membres en vue de la réussite de sa mise en œuvre. A la suite de cette tournée, la plupart des cellules nationales ont été créées et la réalisation des projets du Per-volets pays engagés. La création d’une cellule d’assistance technique du Per est envisagée à Douala et elle est appelée à jouer un rôle central en matière de planification et supervision de la mise en œuvre de l’ensemble des projets du Per ».

La Commission de la Cemac a du reste élaboré avec le concours du Fmi, de la Banque mondiale, du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) et de l’Union européenne les directives de gestion des finances publiques des Etats membres de la Cemac. Les plans comptables et d’actions pour l’exercice 2012, élaboré notamment avec l’appui du Fmi, ont été approuvés par le Conseil des ministres de la Cemac. « Le programme de dissémination a démarré en 2012 avec l’appui de la Banque mondiale, du Fmi, du Pnud avec la préparation des guides d’application, des modules de formation et des missions d’évaluation du système d’information budgétaire et comptable des Etats.

De plus, le jeudi 23 février 2012, la France a accordé 13,12 milliards Fcfa à la Cemac au titre de son aide budgétaire globale. 20% de cette somme est allouée à la Commission. 80% à la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale. La convention de financement a été signée par M. Ntsimi et Hugues Marion, représentant de l’Agence française de développement. Comment peut-on faire confiance à un Président et à une Communauté où l’on dit, sans fondements, qu’il y a des détournements de fonds ?», s’interroge, confus, un employé de la Cemac. Ce dernier conclut que « J.A entretient tout simplement un faux débat ».


G.A.B

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers