Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 14:55

 

 

Mamadou-Tanja.jpg

 

Par Hyacinthe Sanou  Observateur Paalga 29 Juillet 2010

On pensait l'affaire classée. Tout semblait, en effet, être réglé après le tête-à-tête entre Mamadou Tandja et son tombeur, le colonel Salou Djibo. Celui qui fonçait droit dans le mur selon l'expression de Blaise Compaoré avait écrit au chef de la junte pour demander son élargissement pour des raisons de santé, affirmant souffrir de diabète.

En échange de quoi, la famille du détenu de la « Villa verte » (villa dans laquelle il est en résidence surveillée au sein de la Présidence nigérienne) laissera tomber la procédure engagée auprès le Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour détention arbitraire. Les deux parties semblaient donc avoir trouvé un « gentlemen agreement », mais voilà que l'affaire rebondit : leurs avocats respectifs ont en effet rendez-vous devant les juges à Abuja, le 03 août 2010, c'est-à-dire mardi prochain.

Pourquoi un tel rebondissement, pour le moins inattendu, dans la mesure où, le 22 juillet dernier, Tandja aurait écrit au président de la Cour, demandant l'annulation de la procédure, en ces termes : « Compte tenu de mon état de santé, je vous prie de bien vouloir reconsidérer votre décision de me mettre à la disposition de la justice », tout en se désolidarisant de l'initiative de ses proches, qu'il aurait apprise avec « surprise et étonnement », raison pour laquelle il conclut : « Je prie donc votre juridiction de ne tenir compte d'aucune plainte déposée en mon nom ».

Chose curieuse pour une affaire aussi sérieuse, le fameux courrier ne serait pas parvenu à son destinataire. Comment cela est-ce possible ? Est-ce un simple retard de transmission, ou bien des deux parties, il y en a une qui ne dit pas la vérité ? Une chose est sûre, le sort de l'ancien chef d'Etat dépend de la suite qui sera donnée à cette affaire. On peut d'ailleurs s'étonner de ce que la justice, notamment celle de la CEDEAO, soit le recours, car, tout de même, n'est-ce pas le même Tandja qui a martyrisé l'institution judiciaire de son pays, allant même jusqu'à dissoudre la Cour constitutionnelle (en juin 2009) qui s'opposait à ses velléités de tripatouillage constitutionnel ?

N'est-ce pas lui aussi qui avait menacé de retirer le Niger de l'organisation sous-régionale si cette dernière s'entêtait à contrecarrer ses ambitions ? Et c'est devant cette même CEDEAO que l'on voudrait se retourner, toute honte bue, pour réparer un tort qui lui aurait été fait ? Vers quelle juridiction la famille de « l'homme qui voulait trois ans de plus pour terminer ses chantiers » s'en serait-elle d'ailleurs remise si leur champion, comme il le voulait, avait pu tourner le dos à Abuja ?

A vrai dire, ils sont très mal placés aujourd'hui pour se plaindre, encore plus pour défendre ce hors-la-loi qui craint la justice. En effet, quand le « Tazartché » (terme qui veut dire « continuer sans s'arrêter » en langue haoussa) s'empêtrait dans ses propres contradictions, qui de ses proches a osé lui dire d'être raisonnable et de faire attention ? Il n'est pas particulièrement à plaindre, mais il vaudrait mieux pour tous que cette affaire n'aille pas loin. Que, pour des raisons humanitaires, l'ex-président, âgé de 72, ans soit élargi, pourquoi pas ?

Mais encore faut-il que les mauvais parents et les faux amis politiques (qui existent partout) ne prennent pas les Nigériens pour des candides que l'on peut mener facilement en bateau sur le fleuve Niger, et, surtout, qu'ils tirent véritablement leçon du cours magistral du 18 février administrée par la junte. Et que, plus que jamais, cette leçon serve à guérir la « tripatouillite aigüe » des chefs d'Etat africains qui empruntent la même voie que Tandja. A bon entendeur, ...

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE