Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 00:35

 

 

 

 

baba-Lade.jpg

 

 

Mercredi 14 septembre 2011 3 14 /09 /Sep /2011 21:30

Exclusivité; Général Baba Laddé dissident tchadien: "Le dialogue est la seule voie pour sortir la Guinée de l’immobilisme et de ses contradictions socio-politiques"

 

Le Jour - Général Abdel Kader, répondant à son nom de guerre Baba Laddé est un  dissident du régime tchadien. Arrêté en 1998 pour dit-on coup d'Etat contre Idriss Déby, lui-même arrivé au pouvoir par la rébellion armée en 1990, Général Baba Laddé, à la tête du Front Populaire pour le Renouveau (FPR) se trouve aujourd'hui quelque part dans la brousse centrafricaine, un pays frontalier avec le Tchad.

Ce Peul de pure race est un gendarme de formation, d’ailleurs il tire son nom de guerre Baba Laddé du peul qui selon lui veut dire ''le Roi de la brousse'' ou le Père de la brousse'', autrement dit le lion, naturellement désigné le roi de la brousse. Dans sa vie scolaire, il est titulaire d'un baccalauréat G1 (Technique administrative) au Lycée Technique commercial de Ndjamena. Depuis des années, il lutte contre le régime totalitaire d'Idriss Déby pour selon lui instaurer un pouvoir démocratique qui prône la bonne gouvernance, le partage équitable des ressources nationales, la justice et la paix entre toutes les composantes de la Nation tchadienne.

Mais aussi son idéal va au-delà des frontières de son Tchad natal. Le chef du FPR tchadien déplore le sort que subissent les Peuls à travers des Etats africains comme au Centrafrique, en Mauritanie, en Guinée Conakry etc...Pour en savoir plus sur les intentions du Général Baba Laddé, nous l'avons approché. Et c'est volontiers qu'il nous accordée cette interview exclusive. ...

 

Source:http://lejour.info/index.php?option=com_content&view=article&id=2943:exclusivite-general-baba-ladde-dissident-tchadien-qle-dialogue-est-la-seule-voie-pour-sortir-la-guinee-de-limmobilisme-et-de-ses-contradictions-socio-politiquesq&catid=14:inter&Itemid=13

 

NDLR : Des informations non encore confirmées font état de ce que le FACA auraient donné l'assaut ce mercredi sur le camp base de ce Baba Laddé vers Kaga-Bandoro.

 

 

 

Le Jour: Depuis quand êtes-vous entré en dissidence avec le pouvoir de N'Djamena et pourquoi?

Général -Baba Laddé: Nous sommes entrés en dissidence ouvertement depuis 1998. Pour des raisons multiples liées à l’injustice sociale dont sont victimes les populations en général et les Peuls en particulier.

Vous savez depuis la prise du pouvoir en 1990 d’Idriss Deby, les membres de son clan, commettent des exactions et des violations des droits de l’homme à l’encontre des Tchadiens en toute impunité. Jamais, ils ne sont inquiétés ni par la justice encore moins par les autorités politiques et administratives de notre pays.

Devant  cette situation intolérable. Seule, une révolte populaire s’impose ! C’est pour cette raison que nous avons opté pour la lutte armée contre ce régime impopulaire à l’instar des autres groupes tchadiens qui ont rejoint le maquis.

Depuis quand existe votre mouvement FPR?

Le Front Populaire pour le Redressement (FPR) existe depuis 1998.

Que reprochez-vous au Président Deby?

Comme tous les Tchadiens, nous reprochons à Idriss Deby, sa gestion clanique du pouvoir, son déficit démocratique, la mal-gouvernance politique et socio-économique du Tchad. Il est également auteur et responsable des violations inadmissibles des droits de la personne humaine. Plusieurs opposants, journalistes et défenseurs des droits de l’homme ont disparu cruellement sous les balles de sa garde présidentielle composé essentiellement de l’éthnie Zaghawa, sa communauté.

Pourquoi êtes-vous en Centrafrique et non en territoire tchadien?

Nous sommes en RCA pour de raisons stratégiques militairement parlant. Pour de raisons sécuritaires, nous nous privons de divulguer à l’opinion publique.

On accuse vos hommes de terroriser les civiles. Qu'en dites-vous?

Rappelez-vous Hissein Habré a été traité de voleur des chameaux et un bandit.
Mandela, Arafat, et tous ceux qui ont défendu la juste cause  sont systématiquement traités des terroristes et maquisards. Pire avec des péjoratifs insolents.

Donc, pour revenir à votre question. Nous disons que ces informations sont totalement fausses et dénuées de tout fondement. Car, le FPR est un mouvement du peuple qui les défend  contre l’arbitraire et l’impunité dont il souffre.

Nous accuser des exactions, c’est chercher à ternir notre image d’hommes intègres qui militons pour la justice sociale et le respect de la dignité humaine aussi bien au Tchad et au -delà de nos frontières. A vrai dire c’est ça qui dérange nos adversaires politiques.
Le FPR s’inscrit contre ces allégations mensongères et grossières montées par Ndjaména et Bangui.

Que semble vous opposer au pouvoir du Président Bozizé?

Vous conviendrez avec nous que le Président Bozizé est une fabrication d’Idriss Deby qui l’a propulsé en 2003 au pouvoir à la tête de la RCA en évinçant le défunt président Ange Félix  Patassé, pourtant démocratiquement élu par le peuple centrafricain. Il est donc redevable à Idriss Deby que nous (FPR) luttons contre son pouvoir illégitime et autocratique.

Vous avez été kidnappé en 2009 et livré à N'Djamena. Comment avez-vous pu vous évader ?

Tout à fait ! J’ai été kidnappé par les services de renseignements centrafricains alors que j’étais en négociation à Bangui. Ils m’ont livré à Ndjaména à l’insu des organisations de défense des droits centrafricaines et internationales qui parrainaient pourtant ces pourparlers de paix. Vous n'êtes pas sans savoir que je suis un militaire formé dans la règle de l’art et du métier. Vous imaginez la suite !

Que revendique réellement le FPR?

Le FPR revendique plus de démocratie, de transparence dans la gestion des ressources naturelles du pays, dilapidées totalement par Idriss Deby et ses proches, plus de justice et le respect des droits élémentaires de la personne,   l’alternance au pouvoir par des moyens démocratiques et légaux.

Le FPR revendique en outre la limitation du mandat à l’élection présidentielle. Car, vous savez Idriss Deby a fait sauter le verrou de limitation du mandat présidentiel pour se maintenir indéfiniment à la tête du pays contre la volonté populaire. En ce sens, le FPR lui dit NON !

Vous avez combien d'hommes à votre disposition?

Pour de raisons  stratégiques, le FPR s’abstient de vous donner l’effectif de nos hommes. Toutefois, nous avons les moyens militaires de nos ambitions politiques pour le Tchad.

Qui finance le FPR?

Votre question est curieuse ! Mais, nous nous excusons de vous donner de réponse pour protéger nos partenaires nationaux et internationaux qui soutiennent notre cause et lutte.

Récemment dans une déclaration, vous avez dit que le FPR que vous dirigez défend la cause de Peuls du monde entier. Pourquoi?

C'est un constat général que les Peuls restent les populations les plus marginalisées et vulnérables en Afrique. Donc, il est légitime que nous plaidions leur cause à tous les niveaux pour que cesse la politique d’exclusion, de négation, de l’apatride dont le peul en est victime des régimes africains (Guinée, Mauritanie, Tchad, Centrafrique etc……

Vous dites que vous aiderez les Peuls victimes de ségrégation à travers certains Etats africains dans un cadre humanitaire. Qu'est-ce cela veut dire?

Il faut souligner que les éleveurs peuls sont généralement victimes de spoliations de leurs bétails par des hommes en armes et autres malfrats. Cela se passe au Tchad et partout en Afrique. Nous dénonçons ces agissements qui sont des véritables obstacles à l’intégration communautaire et à la paix entre les différentes composantes sociales de nos pays. C’est pourquoi, le FPR parle d’un cadre humanitaire pour aider à la restauration des droits légitimes de tous ceux qui en sont victimes.

Avec une telle prise de position en faveur de votre communauté, ne craignez-vous pas des "représailles" d'autres chefs de pays abritant des membres de cette communauté?

Les représailles, il en existe déjà. Nous l’avons soulevé ci-haut. Alors, il faut  crever l’abcès pour interpeller tous ceux qui abusent de leurs  pouvoirs  pour opprimer et réprimer d’autres populations. C’est une prise de position logique dans nos esprits et conception pour une justice sociale.

Dans la même déclaration vous avez avoué avoir été contacté par des représentants d'al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), les Boko Haram du Nigeria, le Front Islamique Tchadien d’Ahmat Tidjani Ismaël Bichara, les Shebab Somalien et al Qaida dans la Péninsule Arabique (AQPA) qui vous ont proposé des millions d'Euros pour faire une rébellion islamiste en RCA et au Tchad et vous avez refusé. Pouvez-vous être plus explicite?

Il faut reconnaître que les causes de notre diffèrent largement de ces derniers. Le FPR ne fait d’amalgame dans ses revendications politiques. C’est pourquoi, nous avons décliné ces propositions. Le FPR ferme hermétiquement la porte à toutes velléités extrémistes pour rester dans un cadre de lutte conventionnelle et défendable.

Nous saisissons cette occasion pour condamner tous ces groupes d’obédiences terroristes.

Vous vous prononcez pour un islam tolérant. Pourquoi, votre mouvement le FPR fait allusion à la religion pour la conquête du pouvoir?

Naturellement, l’islam est une religion de tolérance et de paix. Le FPR ne surfe pas sur le levier confessionnel comme cheval de bataille pour la conquête du pouvoir politique. Car, nous œuvrons pour le dialogue de religion et de culture entre les peuples.

Toujours en se référant à cette déclaration vous avez rappelé que vous êtes en cessez-le-feu avec les forces de Déby, mais qu'il serait rompu si des forces kadhafistes venant de Libye pénétraient au Tchad. Maintenant que le Guide est défait, cela veut dire que le cessez-le-feu est rompu avec le pouvoir tchadien?

En tout cas avec Idriss Deby, il faut s’attendre à tout et nous ne baissons pas la garde. Car, il est capable du pire à tout moment. Il est connu pour ses nombreuses violations d’accord de paix avec ses opposants aussi bien civils que militaires. Certes, nous sommes de bonne foi, mais, la prudence est de mise avec cet homme !

Que pensez-vous de l'affaire Hissène  Habré qui semble traîner?

Personne n’en veut au niveau des dirigeants africains. Car, tous trainent des casseroles derrières eux. Pour eux, il n’est donc pas nécessaire d’instaurer une cour de justice africaine pour anciens Chefs d’Etat. C’est le nœud du problème du blocage du procès Habré.

Pour faire la paix avec N'Djamena, que demandez-vous au Président Déby?

Le mieux c’est son départ du pouvoir !.Car, cela ouvrirait la porte à la stabilité politique, au retour de tous les exilés politiques et politico-militaires tchadiens pour une réconciliation nationale définitive et une paix durable.

Si un accord est signé entre le FPR et le pouvoir en place, êtes-vous prêt de rentrer au pays et transformer votre mouvement en parti politique pour conquérir le pouvoir par les urnes?

Tout à fait, c’est parce qu’au Tchad, l’environnement politique est insalubre. Ce qui explique notre engagement au plan militaire .Mais, si on arriver à assainir le paysage politique tchadien, le FPR pourrait se muer en parti politique pour la conquête démocratique du pouvoir.

Que pourrez-vous nous dire de plus?

Le FPR est préoccupé par la situation sociopolitique en cours en Guinée. Des informations qui nous parviennent par voie de presse ici en brousse, attirent notre attention sur les risques réels d’éclatement de ce pays. C’est pourquoi, le FPR lance un appel pressant  au Président Alpha Condé de se débarrasser de vieux démons de la division et de la haine d’autrui en faveur de la paix et la stabilité politique en Guinée-Conakry, un pays frère. Le dialogue est  la seule voie pour sortir la Guinée de l’immobilisme et de ses contradictions socio-politiques.

Nous vous remercions, Général Baba Laddé de nous avoir accordé cet entretien.
C’est moi qui vous remercie pour l’intérêt que vous accordiez à notre lutte.


Propos recueillis par Oumar Kateb Yacine

Source: lejour.info

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers