Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 14:09

 

 

 

 

 

Bozizé ailleurs

 

 

 

Afrik.com lundi 3 septembre 2012 / par Gaspard Zangbi


« Il temps que le corps judiciaire, dans sa mission, fasse renaitre confiance avec sa population. Une des voies pour l’avancée de l’Etat de Droit », dixit François Bozizé, le 20 avril 2012.


Vraie parole de pute qui vient totalement annihiler le peu de confiance que nous pourrions encore avoir dans notre système judiciaire. Appréciez par vous-même ce qui suit. Une source à la SRI ayant requis l’anonymat m’a informé sans sourciller que Bozizé a demandé la relaxe en douce de Abdallah Kadr appréhendé pour malversations financières (à hauteur de 2,5 milliards de FCFA soit 3 811 225 euros) à la société nationale de transport urbain (SONATU). L’intéressé apprécie l’offre mais il veut que son honneur soit d’abord lavé. Il exige pour cela un débat-causerie sur les ondes de la radio Ndéké Luka au cours duquel il relatera la vérité dans le dossier SONATU au lieu d’une abracadabrante histoire de 2,5 milliards de FCFA.


Cette histoire de détournement de 2,5 milliards de FCFA est une pure méchanceté de Firmin Findiro, Sylvain Ndoutingaï et Mahamat Tahir alias Bac + 18 qui étaient agacés et profondément jaloux de l’estime grandissante de Bozizé envers Michel Koyt. Les investisseurs indiens ne tarissaient pas d’éloges envers leur interlocuteur centrafricain. Le trio a instrumentalisé le figurant Premier ministre Touadéra qu’on dit par ailleurs docteur en mathématiques ! Je ne veux pas être méchant mais cent autobus à 24 millions l’unité coûtent au total 2,4 milliards de FCFA. A cela, il faut ajouter un stock de pièces de rechange pour un total de 50 millions ainsi que la construction d’un garage à hauteur de 300 millions. Un écolier de cours élémentaire deuxième année (C.E.2) conclura qu’il est impossible de détourner 2,5 milliards à même 2,75 milliards ! Au risque de me répéter, le linguiste universitaire Michel Koyt a intelligemment et légalement perçu une commission de 10% sur 2,75 milliards soit 275 millions de FCFA (environ 419 235 euros). Emmanuel Touaboy, alors Ambassadeur de la RCA auprès du gouvernement américain à Washington, a perçu entre 15% et 17% de commission sur le montant de la transaction entre le Trésor public centrafricain et le ministère américain de la Défense pour l’acquisition de l’épave du Hercules C130 d’Air Benzambé. Naturellement cela n’a pas fait de vague. Pourquoi ? Ce n’est pas uniquement parce que Touaboy est gbaya de Bouca ! Le malheur de Koyt c’est le cumul de salaire et avantages sociaux.


Bozizé n’a aucune idée de ce qu’est la Justice. Il croit dur comme fer qu’il incarne la Justice. J’allais dire qu’il se prend pour Zeus [1] ou Jupiter [2]. Dans le contexte, on peut l’appeler sans risque de se tromper, Jupiter (prénom) Zeus (nom).


Comment comprendre que celui qui reprochait, il y a cinq mois, jour pour jour, aux magistrats de se dévier de la Justice immanente et de l’ordre établi que représente Thémis ou Justitia puisse très logiquement nommer à la haute fonction de directeur général du Trésor publique un individu impliqué jusqu’au cou dans une affaire de malversations financières pendante devant le tribunal de grande instance de Bangui ?


M. Judes Alex Ketté a bel et bien encaissé un chèque de 5 millions de FCFA (7 600 euros) contre un document d’une page d’évaluation erronée de l’apport en capital de la SONATU. Dans ce document d’une seule page payé 5 millions de FCFA, M. Ketté a fixé le capital de la SONATU à 480 millions de FCFA alors que le capital réel de la SONATU était de 2,75 milliards de FCFA. Son seul contact à la SONATU était Médard Gouaye. Pour cette transaction qui ressemble étrangement à l’arbre qui cache la forêt, M. Ketté fut arrêté le 9 mars 2012 et serré à la SRI avant qu’un certain Enoch Dérant Lakoué monte à la barricade pour le faire libérer provisoirement le 5 avril 2012.


Les enquêtes ont décelé un détournement de 350 millions de FCFA soit le montant du prêt octroyé par les banques de la place. Les auteurs sont Michel Koyt (140 millions de FCFA soit environ 213 428 euros virés sur le compte de sa société ; c’est la seule vérité qui soit sortie de la bouche de Findiro), Rock Bondji (79,2 millions de FCFA soit 120 740 euros), Guy Bella (32,4 millions de FCFA soit 49 393 euros), Me Gotilogué (30 millions de FCFA soit 45 600 euros), Me Mbokani (10 millions de FCFA soit 15 200 euros). Médard Gouaye, lui, a transféré 19,5 millions de FCFA (soit 29 728 euros) sur son compte personnel à Ecobank. A cette somme il faut ajouter ce qu’il a blanchi par l’intermédiaire de Guy Bella, Rock Bondji et ASCOMA à titre de PDG de INTERIMEX et CST/ASCOMA. Sa fortune en bonne sécurité à Lomé est estimée à au moins 200 millions de FCFA (304 800 euros). Nul ne s’en doute, ces malfrats attendent eux aussi leur heure de gloire qui ne saurait tarder.


Franchement ! Manque-t-il vraiment des cadres dans ce pays de RCA pour justifier la décision du premier magistrat de la Nation d’interférer dans le cours d’une instruction ? Dans ce pays où un ordre d’un Bozizé (peu importe lequel) est une décision de Justice, cette nomination est en soi une ordonnance de non-lieu. C’est ahurissant ! Sommes-nous réellement tous égaux devant la loi en Centrafrique ?

 

Le théorème qui connait qui


Plus prosaïquement appelé Komessè (ti mô si), le théorème qui connaît qui est celui de l’impunité à tout bout de champs pour entériner le mépris des plus démunis, tout en générant une escroquerie supplémentaire qui ne fait que pérenniser le train de vie princier des dignitaires de cette bozizie vérolée c’est-à-dire corrompue renforçant encore plus la dislocation entre les gouvernants et les gouvernés.


Ce qui se passe dans l’affaire SONATU est carrément la destruction du judiciaire dans une supposée démocratie. Firmin Findiro, ex-ministre de la Justice et de la Moralisation, a reçu près de dix millions de FCFA (environ 15 200 euros) des mains de Me Gotilogué et de Me Mbokani. Alain Tolmo, procureur de la République, a empoché 9 millions de FCFA (environ 13 680 euros) de Bondji et ASCOMA. Henri Wanzin-Linguissara a encaissé 5 millions de FCFA (environ 7 600 euros) de la part de Guy Bella. Avec une pincée de détermination, d’honnêteté et de professionnalisme, M. Legandet aurait déjà libéré le personnel de la SONATU qu’il a arbitrairement et provisoirement détenu et séquestré depuis six mois. En Centrafrique le provisoire et le permanent se confondent allègrement.


Comme le hasard fait parfois bien les choses, et Tolmo et Legandet sont au nombre des magistrats responsabilisés par le décret no : 11 138 portant nomination, délégation ou confirmation dans diverses fonctions de la magistrature de l’ordre judiciaire du 28 juillet 2011, qui versent une rétribution mensuelle à Firmin Findiro à même leur salaire et autres indemnités.


Parlant de Firmin Findiro


L’ex-demi dieu chercherait refuge aux Etats-Unis via le Cameroun en tablant sur l’acte de naissance de son enfant né aux Etats-Unis. En effet, Mme Léocadie Findiro et le fils Findiro sont au Cameroun (sûrement dans un des châteaux du richissime Firmin Findiro) depuis un peu plus d’un mois. Léocadie Findiro a tout emporté avec elle au Cameroun. Il faut bien cacher certains biens saisissables au 16 avril 2016 ! C’est sa pauvre maman, dans la soixantaine, que Léocadie chassait de chez elle comme une chienne que l’ex-demi est allé chercher sans vergogne au champ pour venir lui préparer à manger et s’occuper de lui comme quand il grandissait. Serait-il en train de payer le machiavélisme poussé à son paroxysme sur des honnêtes citoyens sans histoire ? L’ex-demi dieu passe les journées à compter les frises de son plafond et les nuits à enjamber les caniveaux devant les concessions des marabouts invités du Nigéria et logés au km5. Plus que la honte c’est surtout une preuve symptomatique de la sociopathie de cet azimuté (quelqu’un qui a perdu ses repères ou communément appelé un fou).

 

 

 

[1] "Père des Dieux et des Hommes" Zeus est le dieu le plus célèbre de la mythologie grecque. Souverain du ciel, il est le puissant auteur de tous les phénomènes qui avaient pour théâtre les hauteurs de l’espace et l’étendue des airs.

Zeus, en effet, pouvait à son gré obscurcir le ciel, rassembler les nuées, déchainer les orages, darder en tout lieu sa foudre étincelante et faire trembler ses ennemies. Dernier fils de Cronos et de Rhéa, Zeus roi des Olympiens, est sage et rusé. Epoux de Justice, père de Droit et des Destinées, il est le créateur et l’organisateur du monde universel, l’inflexible vengeur, par le feu de sa foudre, de l’ordre intransgressible qu’il a su établir selon de justes droits. Zeus est la personnification du droit et de la justice.


Marié à Héra qui veillait aux lois du mariage, Zeus est au contraire connu pour son infidélité. Il est sans aucun doute, le mari le plus infidèle de l’histoire.


[2] Jupiter est le nom de Zeus dans la mythologie romaine

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers