Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 01:20

 

 

 

 

bacterie_ESC-C.jpg

 

 

Allemagne | Changement de coupable: la bactérie fatale serait finalement répandue par l’homme et non par les légumes.

Source : tdg.ch  Michel Verrier Berlin | 10.06.2011 | 00:00

La bactérie tueuse a fait hier sa trentième victime. Il s’agit d’un habitant de Francfort, âgé de 57 ans, qui a séjourné à la mi-mai à Hambourg, l’épicentre de l’épidémie. Le nombre de malade recensé se réduit cependant chaque jour. Les recherches sur l’origine de la maladie, elles, se poursuivent. Et si le mystère reste encore très épais, l’hypothèse d’une contamination passant par l’homme se renforce depuis mercredi.

L’examen, par les scientifiques de l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR), de l’ADN de la bactérie coupable, décrypté à l’institut du génome de Pékin (BGI) à Hongkong, confirme en tout cas qu’il s’agit d’un croisement de souches originales. L’une des deux serait quasi-identique à une bactérie de «type Eaec» détectée en Centrafrique, qui niche dans le système digestif humain. Elle se serait accouplée avec la bactérie Ehec et serait ainsi coupable du «syndrome entérohémorragique» (SHU), qui paralyse le système rénal, s’attaque aux systèmes digestif et cérébral du malade.

Ce sont ces dernières données qui laissent entendre que l’homme pourrait être le principal coupable de la contamination, et non des légumes contaminés, via le lisier ou l’engrais, par une bactérie d’origine animale.

Par prudence, le BfR refuse encore d’exclure totalement l’hypothèse des légumes porteurs. Mais pour Lothar Beutin, expert en bactérie Eceh de ce même institut, «la question de la contamination par l’homme ne se pose même plus.» L’Université de Münster conforte cette thèse en affirmant que l’E. coli Ehec SHU 41, n’a jamais été localisée dans les systèmes digestifs animaux.

Ce serait donc le défaut d’hygiène sur les lieux de travail et d’empaquetage des légumes qui serait la principale cause de l’épidémie. Ce qui expliquerait l’insistance des autorités de Basse-Saxe qui incriminent depuis dimanche un producteur de graines germées, à Bienenbüttel. Ses produits vendus aux sociétés de restauration et aux restaurants auraient été consommés par nombre de victimes interrogées.

Bien qu’aucune trace de la bactérie fatale n’ait été retrouvée après plus de 500 tests dans l’entreprise, des employées de l’exploitation auraient manifesté début mai les premiers signes de la maladie, dont des diarrhées répétées. Selon les nouvelles hypothèses, ces personnes auraient pu contaminer ensuite les produits en les manipulant pour les préparer à la vente. Il suffirait en effet de toilettes mal entretenues, de mains mal lavées pour transmettre la bactérie aux graines germées, lors de l’empaquetage.

Quoi qu’il en soit, l’Allemagne reconnaît aujourd’hui avoir pointé à la légère un doigt accusateur vers les cultivateurs de concombre espagnols! Et Berlin promet désormais de faire la promotion de leurs produits pour se rattraper.

Quant aux consommateurs, ils sont toujours appelés à appliquer la première mesure conseillée: laver soigneusement les légumes avant de les consommer!

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Sciences