Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 03:44

 

 

Binguis

 

 

Centrafrique : l’ancien président Patassé condamne l’action militaire contre la CEI

Par RFI 24 décembre 2010

Les militaires qui étaient postés depuis mardi 21 décembre 2010 au soir autour du siège de la commission nationale indépendante, empêchant les commissaires de la CEI de rentrer chez eux, ont finalement levé le camp ce jeudi après-midi. A un mois des élections législatives et présidentielle prévues le 23 janvier 2011, la CEI tente de donner un coup d'accélérateur à la confection du fichier électoral et des listes d'émargement alors qu'au regard de la loi, les listes devraient déjà être affichées depuis un mois.

Mercredi dernier, Le porte-parole du gouvernement, Fidèle Ngouandjika a expliqué que cette mesure avait été décidée à la demande du président de la CEI pour envoyer un message aux commissaires accusés de ne pas faire leur travail : « Les commissaires seront libérés quand le travail sera fini. Après tout ils sont payés pour cela », avait-il lancé.

Ce jeudi, l'ancien président Patassé qui est candidat à la présidentielle, sort de son silence, pour une interview exclusive à RFI dans laquelle il condamne cette action de force.

« Je condamne toute action de force avec fermeté »

NDLR : Ange Felix Patassé a stigmatisé l'incompétence de la CEI "incapable" selon lui d'organiser les élections dans de bonnes conditions et imputé la responsabilité à Bozizé qui toujours, d'après lui, "ne fait que prendre des décisions unilatérales au lieu d'agir dans le consensus". Il a également dénoncé les préparatifs de trucage électoral.

 

 

ELECTIONS EN CENTRAFRIQUE : chronique d’un échec annoncé

(Le Pays 24/12/2010)


Des militaires ont encerclé le siège de la Commission électorale indépendante (CEI) de la République centrafricaine, logée au sein de l’Assemblée nationale, et ce, depuis la nuit du 22 au 23 décembre 2010. Ils ont pour mission d’empêcher les commissaires de ladite institution de rentrer chez eux tant qu’ils n’auront pas fini le travail de confection des listes d’émargement en vue des élections législatives et présidentielle prévues pour se tenir le 23 janvier 2011.

 
Fidèle Ngouandjika
, porte-parole du gouvernement centrafricain, a indiqué que "les personnes ne seront libérées que lorsque le travail sera fini". De son côté, le premier vice-président de la CEI, Gabriel Jean-Edouard Koyambounou, membre de l’opposition, a marqué sa surprise et dénoncé cet "état de siège". La situation relève de l’inédit. Le fait d’assiéger un organe indépendant pour l’obliger à travailler plus vite, ne relève vraiment pas de l’ordinaire. Cette pression, il faut l’avouer, fait un peu désordre. S’il faut de telles mesures pour bien préparer des élections, on se demande quelle fiabilité on peut en attendre.

Aujourd’hui, les gens sont "pris en otage" pour travailler vite. Quelle garantie y a-t-il que demain, ils ne le seront pas pour donner de "bons résultats", c’est-à-dire des résultats favorables à ceux qui disposent de la force publique ? En tout cas, tout laisse subodorer que les autorités de Bangui sont décidées à tenir ces scrutins à la date prévue, qu’il pleuve ou qu’il neige. En effet, on peut déceler à travers cet acte, la volonté, maintes fois affichée, de Bozizé, d’aller rapidement aux élections. Pourtant, cette institution, au regard de son caractère indépendant, devait pouvoir s’organiser, pour trouver, sans aucune contrainte extérieure, des mécanismes pour avancer dans son travail.

Cette volonté de faire avancer, au forceps, le travail de la structure en charge de l’organisation des élections en Centrafrique, n’est pas un signe qui rassure quant à l’issue des consultations électorales à venir. Cela, d’autant plus que cette "prise d’otage" intervient au moment où certaines décisions du chef de l’Etat dont celle de réhabiliter Bokassa, créent d’énormes polémiques dans le pays, et après la tentative d’empêcher la candidature d’un de ses opposants, Martin Ziguélé. En d’autres termes, elle intervient à un moment où il y a de fortes dissensions politiques dans le pays.

 C’est la chronique d’un échec annoncé. Tous les ingrédients d’un scrutin à qualité douteuse, sont réunis. Au regard du climat délétère dans lequel les prochaines élections sont préparées, leur fiabilité est sujette à caution. Comme le dit une sagesse de chez nous, "la beauté d’une fête à venir se sent dans la qualité de ses préparatifs". Les mauvaises conditions qui entourent la préparation de ces élections, laissent penser qu’il y a très peu de chances qu’elles soient fiables. On se dirige ainsi vers des élections dont les résultats risquent d’être contestés. Ainsi, on court le danger que les législatives et la présidentielle débouchent sur une crise politique.
Dans ce cas, elles échoueraient dans leur objectif de faire évoluer les choses dans le bon sens. Les perspectives, pour l’heure, ne sont donc pas belles. Autant le dire. Pour un pays déjà instable, qui cherche désespérément ses repères, ce serait du gâchis. Ce serait une occasion ratée pour l’instauration d’une démocratie apaisée à même de mettre la République centrafricaine sur les rails du développement.


© Copyright Le Pays

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique