Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 01:16

 

 

100616 0 Failed States Illo

 

 

Lorsque François Bozizé interprète le rôle de premier pompier de Centrafrique

Le président François Bozizé a étonné plusieurs de ces compatriotes ainsi que la diaspora mais également la scène internationale lorsqu'il joua il y a quelques semaines un rôle de cinéma mémorable " premier pompier du Centrafrique ".

Souvenez-vous, il était le premier sur les lieux lorsqu'il apprend qu'un incendie s'est déclaré dans le supermarché Rayan, appartenant à un ressortissant libanais.

Sur la planète terre, un chef d'état ne se déplace pas pour un incendie d'un supermarché. On a vu le "pompier François" utilisé tous les moyens afin de mettre un terme au plus vite à cet incendie. La réalité dépasse la fiction.

En général, un chef d'état planche avec ses plus proches collaborateurs sur le développement économique de son pays, l'amélioration des conditions de vie de ces concitoyens ou encore comment garantir la paix et la sécurité sur l'ensemble du territoire, et que la population puisse avoir accès aux premiers soins et que la jeunesse puisse avoir accès à une éducation de base.

Nos petites cervelles ont voulu connaître la cause réelle, qui a fait que le chef de l'état François Bozizé était hors de lui, avec un comportement très colérique, accusant les avocats locataires d'une partie dans ce supermarché d'être la cause de ce drame.

Souvenez-vous, le président Bozizé a exigé que les locataires avocats récalcitrants quittent les lieux sur le champ. Ils ont été expulsés avec menaces de mort pour certains et règlements de compte pour d'autres.

La justice a été saisie.

Que vient faire un président de la république dans cette affaire ou des ordres ont été donné "afin que les avocats récalcitrants soient recherchés et écrasés comme des punaises afin de venger son grand ami libanais." selon des sources du premier cercle du chef de l'état ?

Nul n'ignore l'intérêt particulier et la soif  que le président Bozizé à pour la jeunesse féminine et l'argent.

Bangui raffolant des "rumeurs" les supputations les plus incroyables s'emparent de la capitale. On entend ainsi dans les rues que le président Bozizé serait actionnaire chez Rayan et que ce dernier aurait acheté de manière frauduleuse l'immeuble Bangui 2000 pour le compte du président. Le propriétaire connu étant René Bondobossou, beau-frère célèbre de l'ancien président Ange-Félix Patassé chassé du pouvoir par un coup d'état.

Ce que l'on ne vous a pas dit !

Nous sommes en période électorale. Le président a fait faire l'intégralité des urnes pour les élections à venir dans la plus grande illégalité et clandestinité avec la complicité de son fils Socrate. Il s'avère que l'ensemble de ce matériel était entreposé dans cet immeuble. Les urnes étaient déjà bourrées et les procès verbaux établis afin que dès le premier tour il obtienne 80% des suffrages. Tout à brûlé ! On comprend mieux pourquoi le président a joué le rôle de "premier pompier de Centrafrique"!.

Le général Bozizé, est connu pour être l'homme "des deux SIM". Dans les rues de Bangui lorsque l'on vous évoque les deux SIM, cela signifie tout simplement que deux mois de salaires d'arriérés ont été payé aux misérables fonctionnaires par le puissant groupe AREVA.  Une belle action pour une fois.

Une enquête sereine et indépendance s'impose. La justice doit pouvoir faire son travail en toute impartialité. Personne n'est au dessus de la loi. Il est urgent que la vindicte populaire du KNK s'arrête vis à vis des avocats qui sont responsables de rien. Le tort des avocats : avoir été au mauvais endroit et au mauvais moment!  

Socrate Bozizé est le principal fournisseur de son papa. N'est pas le président lui même qui vient de lui fournir le marché de la confection des passeports biométriques. Un marché très juteux.

Le pouvoir en Centrafrique est une affaire de famille. 

Alors que le Centrafrique a tous les éléments pour mettre en oeuvre une véritable stratégie économique et de développement, permettant ainsi à la population de vivre dans la dignité, le pays s'enfonce de plus en plus dans la misère, avec une insécurité grandissante avec des rebelles de plus en plus fort en raison de la faiblesse et de l'absence de l'état.

Le Centrafrique serait-il frappé d'une malédiction ? 

Isabelle Chanel

Source : Centrafrique Le Défi 19 juillet 2010

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique