Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 16:24





La population de Paoua contre une candidature de Patassé


La Patasserie, qui n’est autre chose que frasques et bouffonneries de l’ex président de la République Ange-Félix Patassé (1993-2003), continue de couler encre et salive.

La dernière réaction en date vient de Paoua, localité située dans la préfecture de l’Ouham-Pendé, qui oppose une fin de non recevoir à l’idée même d’une prochaine candidature de l’ex « barbu national », présenté comme le seul responsable des malheurs récurrents des populations de cette zone.

Ci-dessous le texte intégral d’une déclaration au vitriol de la population de Paoua parvenu à la rédaction de L’Indépendant.


DECLARATION DES POPULATIONS DE PAOUA 

******************

Nous, populations de l’Ouham-Pendé, avons appris avec inquiétude l’intention annoncée par l’ex président Ange PATASSE d’être encore candidat à l’élection présidentielle de 2010 et tenons à porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale notre opposition catégorique à cette candidature. A cause de PATASSE nos régions ont été brûlées en 1985 par le pouvoir du général André KOLINGBA.

A cause du même PATASSE nous avons payé un lourd tribut à la rébellion du général BOZIZE qui a amené les Zakawa nous tuer et piller nos usines d’égrenage de coton à Pendé, Ndim, Bozoum, l’hôpital que l’Allemagne nous a construit et équipé à Paoua, ainsi que la base de DROP à Bozoum.

Toujours à cause de PATASSE nous avons été chassés de nos maisons avec nos femmes et nos enfants pour vivre en brousse comme des animaux pendant des années et des années. BOZIZE a rayé cette sous/préfecture de la carte de la République centrafricaine. Pendant presque dix ans qu’il était président, on n’a vu PATASSE qu’une seule fois à l’occasion de l’inauguration de l’hôpital de Paoua. Il n’a rien fait pour cette région qui était pourtant la sienne. Paoua est toujours montré du doigt à tort par les autres frères d’autres préfectures simplement parce qu’il est né ici.

Nous sommes écoeurés d’apprendre aujourd'hui son projet d’épouser la veuve du défunt Pr Simon BEDAYA NGARO qui l’avait rejoint entre temps au Togo et se  trouve même à l'heure actuelle avec lui en  Libye. Ils ont chassé les enfants du Pr NGARO de la maison de leur père pour venir y habiter. C’est indigne et très honteux de la part d'un homme de son rang. Où est la morale ? Pour la petite histoire, PATASSE n'en est pas à son premier forfait. Il avait déjà fait la même chose avec la veuve de son grand frère EPONDI qui n’était autre que son chef de cabinet lorsqu’il fut ministre dans les années BOKASSA. Trois mois  seulement  après la mort accidentelle de EPONDI, il a enceinté sa veuve qu’il a même installée carrément ensuite chez lui. Il aura finalement deux enfants avec celle-ci.   

Depuis son coup d’Etat du 15 mars 2003, le général BOZIZE a classé l’Ouham-Pendé parmi les préfectures qui ne l’aiment pas. Il a envoyé son armée pour nous tuer et brûler tous nos villages. Qu’avons-nous fait pour mériter de tels traitements et un tel sort ? Nous sommes de pauvres paysans qui demandons seulement à avoir la paix et la tranquillité pour vaquer à nos travaux champêtres.

A cause de la politique de KOLINGBA, PATASSE et BOZIZE, nous continuons de souffrir jusqu’aujourd’hui. Notre région est occupée par des rebelles qui ont pris la relève de ces politiciens et nous font subir leur loi, nous humiliant et volant nos maigres biens et le peu de récoltes et nourriture que nous produisons.

Si PATASSE parle de revenir faire encore la politique, nous risquons toujours de payer pour lui. Trop c’est trop ! L'Ouham-Pendé mérite plus que de n'être qu'un simple tremplin électoral  aux assoiffés du pouvoir C’est pourquoi nous refusons sa candidature qui est synonyme de division, et obéit à son seul esprit revanchard.  Assez de faire les frais pour les politiciens! Il faut que cela cesse! L'heure de la retraite a sonné.  Que Patassé  lise Jérémie 17 !

Fait à Paoua le 4 octobre 2009

POUR LA POPULATION DE PAOUA (OUHAM-PENDE)

  

Bernard NINGATOLOUM

                                                 (Cultivateur à Paoua)


Source : lindependant-cf.com

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique