Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 01:40


-euros_flop.jpg

Firmin Feindiro est-il un procureur de la République respectable ou un vulgaire et dangereux mafieux ?


Enquête exclusive

En près de cinquante ans d’indépendance, un empire, et six républiques successives, on aura tout vu et tout entendu sur les responsables politiques et administratifs, sauf s’ils pouvaient se comporter en véritable chef de gang. Alors que plusieurs voix réclament sa tête depuis des lustres, le procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Bangui, Firmin Feindiro, transpire d’autosuffisance et affiche grand train. Cet orgueil mal placé tranche pourtant singulièrement avec ses pratiques peu orthodoxes décriées par tous. À la lecture des lignes qui suivent, il ne pourra plus, on l’espère, faire l’économie d’une introspection afin de tirer des conclusions qui s’imposent. Enquête exclusive sur un procureur de la République pas comme les autres!

Le 30 septembre 2008, le magistrat Firmin Feindiro, procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Bangui, s’offre un appartement au 10, rue Philibert Delorme à JOUE-LES-TOURS. L’acte de vente signé devant notaire en date du 28 octobre de la même année, atteste que Firmin Feindiro a payé comptant son appartement dont le prix est fixé à 83 mille euros. Avec les frais annexe il a déboursé en tout près de 100 mille euros, quelques 65 millions de FCFA.

Le problème, c’est que son salaire de magistrat, moins de 1000 euros mensuel ne peut lui permettre de s’acheter un bien à ce prix. À moins de disposer d’autres sources de revenus. Même là encore, il faudrait des années de dur labeur au soleil pour rassembler cette fortune. Tel serait d’ailleurs l’avis d’une agence de la banque Société Générale à Tours, qui aurait suspecté des mouvements douteux sur le compte que détenait Firmin Feindiro dans ses livres et aurait été obligée de lui restituer ses 150 mille euros en cheque de banque.

Selon nos informations, le nouveau compte bancaire n° 00067742174 que Firmin Feindiro a ouvert dans les livres du Crédit Agricole, serait crédité de pas moins de 500 mille euros. La question est donc de savoir où a –t-il trouvé tout cet argent ? Serait-il un homme d’affaire prospère ? Est-ce que son statut de procureur de la république est-il compatible à une activité commerciale ? Autant de questions auxquelles il voudra bien apporter quelques éléments de réponses.

Mais notre procureur de la république n’est pas seulement un richissime homme d’affaire qui s’offre des appartements en France, c’est également un fraudeur en puissance : il aurait déposé un dossier d’inscription en doctorat de droit à l’université de Toulouse qui comporte une fausse attestation de succès de la maîtrise en droit. Après vérification, on apprend que notre procureur national n’est titulaire d’aucune maîtrise en droit… cherchez l’erreur. La vraie attestation falsifiée appartiendrait à maître Opalagna…du barreau de Bangui.

Il devra peut-être aussi un jour répondre devant la justice française. Si l’on en croit une source proche du dossier, une plainte pour fraude à la sécurité sociale a été déposée contre lui dans un commissariat de Tours. Une enquête serait même en cours…

Autres faits imputés à Firmin Feindiro, l’extorsion des fonds aux nombreux Centrafricains à qui il aurait promis des nominations au poste de responsabilité.

Contacté par L’Indépendant, les deux téléphones du procureur ne répondent pas. Aux dernières nouvelles, il serait en mission à Yaoundé (Cameroun).

Cependant, L’Indépendant a pu se procurer la copie d’une plainte contre X déposée par Firmin Feindiro au commissariat central de Tours pour «usurpation d’identité et escroquerie ». Le procureur a déclaré ce jour du 28 octobre 2009 au policier qui a recueilli sa déposition « qu’une tierce personne a retiré pas moins de 7700 euros sur son compte bancaire domicilié au Crédit agricole ».

À dire vrai, l’image de celui qui se considère comme le seul intellectuel parmi les proches parents du président centrafricain a pris un méchant de coup de griffe après ces révélations. Celui qui se dit être parmi les plus « écoutés » du président centrafricain risque de l’entrainer dans le tourbillon de ses pratiques non catholiques mais qui ne sont pas tout à fait protestantes non plus. Va-t-il toujours regarder ses compatriotes de haut ? Rien n’est moins sûr !

Toujours est-il que pour un représentant de la puissance publique, ces agissements ne manquent pas de sel !

 

 

Source : http://www.lindependant-cf.com

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique