Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 01:06


JJDemafouth.jpg

Jean Jacques Demafouth futur directeur de campagne de François Bozizé ?

L’énoncé peut sembler une incongruité tant les deux hommes sont loin d’être les meilleurs amis du monde. Officiellement, ces deux responsables politiques se vouent une aversion, sinon une haine légendaire. Le premier est désigné comme le patron de l’APRD (Armée populaire pour la restauration de la démocratie), l’un des groupes rebelles actifs au nord de Centrafrique et le second est l’actuel homme fort du pays.

Et pourtant ! Si l’on en croit une source crédible au sein même des services de sécurité (renseignements généraux) de la République centrafricaine, Jean-Jacques Demafouth aurait sollicité de François Bozizé sa nomination en tant que directeur de campagne lors de la prochaine élection présidentielle pour, aurait-il avancé en guise d’argument, couper les herbes sous les pieds du MLPC (sic).


D’après cette source, M. Demafouth, qui envisage la fusion de ses deux mouvements l’APRD et la NAP en un seul qui se nommerait la NAPRD (Nouvelle alliance pour la restauration de la démocratie) aurait l’intention de présenter pour le compte du nouveau mouvement ainsi constitué, des candidats à l’élection législative dans les trois préfectures sous son contrôle à savoir l’Ouham, l’Ouham-Pendé et la Nana-Gribizi. Toujours selon la même source, comme pour le premier, l’objectif reste le même : ravir les régions supposées être des bastions de l’ancien parti au pouvoir.


Comme il fallait s’y attendre, l’intéressé, lui, dément catégoriquement tout contact, même informel avec le KNK. « À part les rencontres dans le cadre du processus du DDR (désarmement, démobilisation et réinsertion des ex combattants), je me suis pas entretenu ces derniers temps avec le président Bozizé. Même si on devait avoir un accord politique cela va être public et officiel mais pas en catimini», a-t-il dit.


En revanche, s’agissant des candidatures à la législative des membres du nouveau NAPRD dans les trois préfectures sous son contrôle, M. Demafouth s’est fait évasif. « Je vais au bout de la logique de la paix. D’une manière ou d’une autre, les combattants qui seront démobilisés devront bien un jour trouver d’autres occupations. Il y’a aucun inconvénient à se lancer dans les activités politiques », a-t-il martelé au téléphone depuis Bangui.

Du côté du MLPC (Mouvement de libération du peuple centrafricain) on dit suivre « ces donnes de près  sans exclure aucune hypothèse ».


Pour un habitué de la vie publique centrafricaine que nous avons interrogé, même si cette hypothèse paraît invraisemblable, elle n’est pas impossible dans son énoncé. « À supposer que votre information est crédible, jamais elle ne se traduira dans les faits, surtout que c’est Demafouth qui aurait fait la demande. Connaissant Bozizé, il va tout de suite suspecter une manœuvre et se braquer. D’ailleurs, je ne vois personne dans son entourage qui puisse envisager cette alliance contre nature », estime ce dernier sous le couvert d’anonymat.

Pour la réaction du pouvoir, nous poserons peut-être directement la question à François Bozizé à l’issue de sa rencontre mercredi avec Nicolas Sarkozy. L’Indépendant dépêchera un représentant au palais de l’Elysée pour couvrir la conférence de presse prévue à l’issue du dîner entre le président français et ses homologues de la Commission des forêts d’Afrique centrale.

 

Source : lindependant-cf.com du 15 Décembre 2009

Adrien Poussou

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique