Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 03:46

 

 

Salet Tocky, Salomon Kotro, Alain Mbaya et Elie Ouefio[1]

 

 

Bozizé accuse vertement la diaspora


Les discours du chef de l’Etat en langue nationale ont toujours été au vitriol. Son adresse à la nation à l’occasion de la célébration du 53èe anniversaire de la proclamation de la République l’a été à plus d’un titre.


Il aura fallu cette occasion pour que Bozizé rompe le silence  au sujet des rumeurs sur sa prétendue mort. Visiblement remonté, il a pointé un doigt accusateur sur les Centrafricains de la diaspora qui n’auraient pour sport que le mensonge. C’est donc à eux que Bozizé attribue la responsabilité de cette campagne d’intoxication.


Du coup, l’accusation présidentielle vient corroborer l’hypothèse de ce ver qui est dans le fruit à la diaspora. Finalement, l’euphorie d’il y a deux ans marquée par les rencontres pathétiques de Bozizé et la diaspora en France, l’organisation du forum sur les investissements portés par la diaspora, le tout, enjolivé par l’émission « à cœur ouvert » n’aura été que bluff.


Selon les informations en provenance de cette diaspora, la volonté de caporalisation de la plateforme de la diaspora par le KNK par l’entremise de ses militants actifs au sein des Centrafricains de l’étranger serait à l’origine du désenchantement de ceux qui veulent la diaspora apolitique. Le leadership de Maurice Ouambo, chargé de mission en matière de diaspora pourtant nommé par Bozizé est remis en cause. Il en est de même de la nomination de Sylvie Mazoungou au gouvernement, nomination dans laquelle certains disent ne pas s’y reconnaître.

 

Désormais adossée aux considérations, la diaspora centrafricaine n’est plus en phase avec ses ambitions originelles ainsi que les attentes de la nation vis-à-vis d’elle. Evidemment au départ, le pouvoir et la diaspora ont suscité de faux espoir pour le peuple qui rêve déjà d’un modèle malien ou sénégalais. En fin de compte, l’on réalise qu’il s’agit simplement de la poudre aux yeux. On allègue même que les membres du KNK de la diaspora se comporteraient en espions ayant la mission de recueillir des informations sur ceux de l’opposition. D’où la transposition maladroite du jeu politique dans cette structure de développement.

 

Toutefois, l’accusation du chef de l’Etat ne précise pas s’il s’agit de la diaspora KNK ou non. Dans tous les cas, l’irréparable s’est produit et les attentes de la RCA vis-à-vis de sa diaspora ne sont plus que chimère.

 

 

Le quotidien l’HIRONDELLE n° 2705 du vendredi 2 décembre 2011

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique