Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 23:17

 

 

 

drapeaux_rca_ue_200.jpg

 

 

L’HIRONDELLE n°2549 du jeudi 14 avril 2011

 

Guy Samzun reprécise l’esprit du rapport de l’Union Européenne

Hier dans les dernières heures de l’après-midi, l’ambassadeur haut représentant de l’Union Européenne auprès de la République centrafricaine, M. Guy Samzun était face à la presse au siège de ladite institution sise sur l’avenue Barthélemy Boganda afin de faire le point sur la rencontre de ce dernier avec le président de la République le vendredi 8 avril 2011 au Palais de la Renaissance. L’ambassadeur a discuté longuement mais énormément avec les professionnels des médias présents ce jour sur plusieurs points entre autres la situation postélectorale dans le pays.

Le vendredi 8 avril 2011, le président de la République centrafricaine François Bozizé avait rencontré deux personnalités à savoir les ambassadeurs M. Guy Samzun haut représentant de l’Union Européenne auprès de la République centrafricaine et Jean-Pierre Vidon haut représentant de la France. Après la suite de leur rencontre, M. Guy Samzun  a convié la presse hier mercredi 13 avril 2011 au siège de l’Union Européenne pour leur rendre compte de sa rencontre avec le Chef de l’Etat.

Selon M. Guy Samzun, la rencontre qui avait pour but de mettre des choses au clair, était basée sur plusieurs points :  

Le premier point était de lui remettre une lettre de Mme Ashton,  Haute Représentante de la politique étrangère, Vice-présidente de la commission européenne qui rappelait en substance les inquiétudes de l’Union Européenne dans ce processus électoral et qui incitait fortement la Cour Constitutionnelle à faire son travail en toute impartialité et toute équité avec tout le professionnalisme.

Le deuxième point portait sur le communiqué de la porte-parole de Mme Ashton sur le problème lié à la libre circulation des personnes et à un certain nombre de cas d’arrestations et de détentions arbitraires.

Sur ce point, la discussion se basait sur une décision du Chef de l’Etat empêchant de sortir tous les leaders de l’opposition, même pour des raisons sanitaires (ndlr C.A.P : cas Patassé qui a malheureusement entraîné le décès de ce dernier). Mais aussi sur le même dossier, les deux diplomates ont fait savoir au Président de la République leur inquiétude du nombre d’arrestations et des détentions arbitraires.

Quelques cas ont été cités à savoir : le cas de certains membres la famille de Me Symphorien Balemby et de Jean Daniel Dengou arrêtés arbitrairement et sans chef d’accusation, et détenus à la prison de Bossembélé jusqu’aujourd’hui  sans que rien ne soit décidé par rapport à leur sort ; le cas du candidat Mbessa, mais aussi les pressions sur Maître Otto qui vivrait en ce moment dans la clandestinité totale. Un coin de voile a également été levé sur le citoyen tchèque arrêté dans la localité de Mbaiki. Pour lui, de nombreuses prisons, au lieu que la sécurité soit assurée par les services compétents, sont gardées par des éléments des forces de l’ordre et de sécurité.

M.Samzun a également fait savoir à la presse qu’au Chef de l’Etat, il a souligné le problème majeur qui constitue également la restriction aux libertés de circuler.

Ce problème n’est autre que les nombreuses barrières érigées sur des axes des provinces : sur ces barrières il s’y passe des choses peu orthodoxes empêchant certains citoyens centrafricains de circuler librement.

Le troisième point était la question du rapport des élections en République Centrafricaine. Selon lui, ce rapport n’était pas de l’Union Européenne, mais plutôt des experts internationaux qui ont travaillé sur le financement de l’Union Européenne, sur le modèle européen. Il a poursuivi que ce rapport est trop inquiétant pour la démocratie en République Centrafricaine.

De nombreuses irrégularités ont été relevées à savoir, des problèmes de dysfonctionnement, de désorganisations, de fraudes massives, de de manipulations et de pressions des hommes et des femmes politiques, des autorités administratives et des forces de sécurité pour terroriser les électeurs et certains candidats. Ce rapport est la juste confirmation des faits.

C’est tout ce qui a fait que l’Union Européenne et ses Etats membres qui défendent les valeurs démocratiques trouvent cela pénible.

Par ailleurs, M. Samzun a également précisé qu’il a (avec M. Vidon) demandé au Chef de l’Etat de trouver tous les moyens pour ouvrir un dialogue entre les hommes politiques, selon l’article 8 de l’accord de Cotonou : ce dialogue qui sera le seul moyen de sauver la facette de la tension post-électorale et la démocratie en République Centrafricaine. Il précise par ailleurs que l’Union Européenne n’est pas présente en République Centrafricaine pour des polémiques mais plutôt pour accompagner, aider, conseiller dans le bon sens.

Plusieurs autres points ont été abordés lors de cet entretien avec la presse sur les problèmes en République Centrafricaine notamment sur la pauvreté, l’insécurité, etc. Selon M. Guy Samzun, le vrai problème centrafricain doit être géré et tranché par des Centrafricains.

Pacôme PABA  

   

NDLR : Selon nos informations, les deux diplomates auraient bien fait comprendre à Bozizé à quoi son régime s’exposerait s’il n’acceptait pas au moins l’annulation des élections législatives à défaut d’annuler tous les deux, y compris la présidentielle car la façon avec laquelle la machine à bourrer les urnes a fonctionné à plein tube par le KNK avec la complicité du vrai faux pasteur, le nullissime et escroc Joseph Binguimalé, tel que le rapport des experts électoraux en ont rendu compte est totalement insupportable. Bozizé lui-même  doit avoir honte d’être prétendument élu dès le premier tour avec des résultats immédiatement contestés parce que frauduleux.

Le mandat de cinq ans qu’il croît entamer est gravement entaché de fraude et manque totalement de crédibilité et de légitimité. Dans quelle langue faut-il en parler pour que Bozizé comprenne ? En s’entêtant pour s’accrocher au pouvoir comme il compte le faire, il fait courir au pays le risque qu’il soit sanctionné par les instances partenaires au développement dont la RCA ne peut se permettre de se priver du soutien. Si nos informations se confirment, l’OIF aurait déjà amorcé la procédure visant à sanctionner la RCA au titre de la Déclaration de Bamako, pour non transparence des élections et grave déficit démocratique et violations répétées de droits de l’homme. Les mots ont bel et bien un sens. Bozizé ne peut indéfiniment continuer à rouler tout le monde tout le temps dans la farine. Le sort qui vient d’être fait par sa soldatesque à un ministre, membre de son gouvernement, de surcroît son beau-frère, le sieur Emmanuel Bizot, est  une parfaite illustration de la vraie nature du régime de Bozizé.

Malheureusement, couard et manquant totalement de personnalité, le craintif ministre Emmanuel Bizot a cru devoir se fendre d’un scandaleux communiqué diffusé sur les antennes de la Radio nationale pour minimiser les conséquences de sa brève arrestation et les fouilles illégales de son domicile et son cabinet ministériel par les éléments de la garde présidentielle commandés par le tristement célèbre capitaine Eugène Ngaikoisset à la vaine recherche d’une cache d’armes destinées à faire un coup d’Etat. D’après certaines rumeurs qui circulent à Bangui, l’affaire Bizot aurait été montée de toutes pièces par l’entourage tribaliste de Bozizé, totalement  hostile à l’intention prêtée à Bozizé de désigner celui-ci Premier Ministre afin de lui barrer le chemin de la primature pour laquelle Bozizé a toujours un mal fou à trouver un candidat. Plusieurs personnalités approchées ont décliné purement et simplement ses offres, ce qui fait que le pays vit depuis un mois que Bozizé a prêté serment et que Faustin Touadéra a remis la démission de son cabinet, dans une insupportable attente.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales