Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 03:46

 

 

 

le-president-de-centrafrique-francois-bozize_.jpg

 

 

Centrafrique - Le 27 décembre 2012 © koaci.com - Alors que pour l'heure les appels à l'aide lancés vers la France et les USA sont restés aussi vains qu'une éventuelle aide de pays voisins, alors que tout indique que son régime pourrait être d'ici peu renversé par la rébellion du Séléka, Koaci.com apprend d’après la radio nationale centrafricaine, que le Président François Bozizé exhorte la jeunesse de son pays à le défendre et ce même, faute d'armes à distribuer, selon ses propos :« avec les arcs et les flèches ». Une actualité de crise aux méthodes qui rappellent celles d'une récente crise ivoirienne et d'une autre libyenne dans lesquelles les leaders des régimes à sauvegarder appelaient à la résistance populaire en armant les civils.



En accusant des forces ténébreuses de manipuler les rebelles, le Président promet de se battre jusqu'au dernier souffle si les rebelles arrivaient à Bangui même si tout indique à cette heure que ces derniers pourraient trouver, comme Bozizé en 2003, peu de résistance devant eux pour atteindre cette finalité.



Aucun de ses pairs africains n'a pour l'heure pris fermement sa défense malgré le simulacre d'aide du Tchad et la tentative de médiation de la CEEAC aussi molle que sans lendemain. Le président centrafricain est plus que jamais esseulé sur la scène politique aussi bien intérieure qu’extérieure.

Les éléments qui entourent Bozizé sont peu équipés et, selon nos informations, peu motivés au combat. La fuite des troupes régulières favorise l'occupation du terrain et la progression des rebelles du Séléka dont la question est désormais de savoir si une offensive de ces derniers sur la capitale Bangui sera lancée.



Mercredi des jeunes partisans pro Bozizé avaient attaqué les locaux de l'ambassade de France à Bangui en lançant des projectiles et en criant des slogans anti français surgit par la position d'inaction et de neutralité de l'ancienne puissance coloniale dans cette crise. 



Rappelons que la France, par la voix de son président a indiqué ce jeudi matin qu'aucune intervention militaire de l'armée française ne serait autorisée dans ce conflit. Les Etats Unis quant à eux semblent faire la sourde oreille aux appels au secours d'un président lui-même arrivé en 2003 par un coup d'Etat, comme si la chute de Bozizé était déjà une affaire ancienne.

 

Nanita

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers