Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 04:17

 

 

 

Bozizé Yangou

 

 

6 janvier 2013


Juliette Abandokwe



Après des jours de brouillamini, voilà que des négociations auront bel et bien lieu à Libreville au Gabon dès le 8 janvier prochain, entre le régime du général Bozizé, l'opposition démocratique, et Seleka, coalition armée hétéroclite, dont le bruit de bottes à travers les 3/4 du pays, menace Bozizé depuis le 10 décembre dernier.


Ces négociations sont depuis quelques jours au centre des plus âpres discussions, où se rejoignent les partisans du boycott de négociations qui, disent-ils, ne mèneront qu'à une nième victoire psychologique de Bozizé le Boulanger - rouleur dans la farine - sur ceux qui rêvent de le désactiver, et ceux qui disent qu'au contraire la politique de la chaise vide ne peut être que contre-productive, et qu'échanger, malgré les risques de farine partout, sera toujours la seule alternative face à la violence, même si leur rêve est le même: désactiver Bozizé définitivement.

 

Il y a encore ceux qui ne rêvent que de mangeoire, à l'instar des infiltrés payés par Bozizé pour affaiblir les "ennemis de l'Etat", qui se fâchent bruyamment quand on les démasque et qui ne rêvent de rien d'autre que de notoriété, de vengeance, et de dormir sous une pluie de billets de banque.  Une vraie caricature, hélas!


Libreville: les conditions


Tout porte à croire que ces négociations ne seront pas particulièrement paisibles et qu'elles ressembleront plutôt à un bras de fer très loin d'être amical. Bozizé a accepté l'idée d'un gouvernement d'union nationale, certes, mais tous connaissent son éternelle soif de revanche et son pouvoir de nuisance. Il manipulera un vocabulaire pourtant universel, à son image, faux et illégitime. Il cherchera forcément à faire payer les uns et les autres pour l'humiliation devant la face du monde qu'il subi depuis le 10 décembre 2012. Les exactions à relents génocidaires en ville de Bangui depuis le 31 janvier 2012 ne risquent d'être qu'un avant-goût, si d'aventure la liberté d'action lui était laissée à son retour de Libreville.


Suite à son refus formel de quitter le pouvoir maintenant, et pour que la RCA se retrouve dans un semblant de dynamique de non-sclérose, il devrait être exigé de Bozizé qu'il quitte son poste de Ministre de la Défense, et qu'il soit défait des pouvoirs qui lui permettent de détruire le pays. Néanmoins, on devine déjà que le "gouvernement d'union nationale" pourrait, si on n'y prend garde, se retrouver conditionné par un Bozizé plus sanguinaire que jamais, et sans une once de volonté de concession de quoi que ce soit. Le roi de la politique de l'autruche et des fausses promesses risque bien de chercher, pour gagner du temps, à empêcher que les négociations aillent jusqu'à la composition de ladite "union nationale", sachant qu'en vérité il s'agit d'un gouvernement de transition et qu'il n'en obtiendra donc aucun bénéfice. Rouler ses interlocuteurs dans la farine et provoquer leur énervement impuissant semble être le fleuron de ses manies. 


Quoi qu'il en soit, la grande question sera de savoir comment ces négociations de Libreville pourront devenir un état des lieux net et clair des responsabilités dans la crise que vit le pays aujourd'hui, de la liquéfaction actuelle de l'Etat centrafricain, et surtout, de savoir quel organe de pression pourra être mis sur pied pour forcer les récalcitrants à s’accommoder de conditions qu'ils n'auront pas forcément dictées eux-mêmes.


Libreville, place publique


Ceux qui se plaignent amèrement qu'une fois de plus le linge sale de la RCA sera lavé en public, ne peuvent que s'en prendre à l'irresponsabilité, l'inconscience et l'irrespectabilité de ceux qui ont été soi-disant élu "dans la liberté et la sérénité" par les électeurs centrafricains, et qui en réalité ne représentent rien d'autre que leur petit cercle familial. Dans un climat où aucune parole n'est respectée, où des résolutions prises publiquement et à grand bruit sont systématiquement violées, où les institutions de l'Etat sont utilisées comme instruments personnels du clan au pouvoir, où les gêneurs sont assassinés ou confinés dans des conditions intolérables, comment peut-on s'imaginer qu'un dialogue quel qu'il soit, puisse devenir un outil de progression pour le Bien de la Nation.


Quand le chef de l'Etat appelle d'autres chefs d'Etat à la rescousse par téléphone, ce n'est pas seulement le peuple centrafricain qu'il humilie - ce qu'il fait déjà depuis 10 ans -. Il se ridiculise lui-même profondément à travers la démonstration publique de son incompétence abyssale et de la non-fonction par sa faute des principaux organes de l'Etat, dont l'armée notamment, qui devaient pourtant servir à donner à la RCA une allure respectable. En fin de compte, il est donc utile que le linge sale, très très sale, soit justement bien exposé sur la place publique, avant même d'être lavé. 


L'exposition de ce linge sale à Libreville sera également utile pour démontrer publiquement qui est le principal responsable dans le désastre centrafricain d'aujourd'hui, dont Seleka n'est finalement qu'un résultat collatéral, et pour rendre limpide le degré de volonté des uns et des autres de trouver la meilleure façon de laver la situation, publiquement toujours. 

 

Les pairs de Bozizé

 

Chefs-CEMAC.jpg


La légitimité de Bozizé et de ses "activités" a aujourd'hui trouvé ses limites définitives aux yeux de ses pairs de la sous-région, qui nagent tous, chacun à sa façon, dans la boue de leur illégitimité propre. La déclaration de François Hollande, "la France ne protège pas un régime", quel que soit l'avenir historique proche de ces mots, n'est pas faite pour rassurer les crocodiles d'Afrique centrale dans la légitimité de leur illégitimité auprès de l'hétéroclite Concert des Nations. Le réveil progressif des consciences au sein de leurs populations respectives, avec des oppositions maltraitées et ridiculisées, mais néanmoins représentatives d'un mouvement populaire potentiel non négligeable, peut-être pris, s'ils sont réalistes, pour une réelle menace. 

 


En fin de compte, le linge sale qui va se laver à Libreville dès lundi prochain, ne sera pas uniquement celui de Bozizé et de sa clique, mais pourrait bien aussi être pris pour celui des autres Etats pseudo-démocratiques du voisinage, au vu de certaines étranges ressemblances.

 

Bozizé n'a pas été suffisamment discret à leur guise, c'est certain. Il est décidément le "villageois" par excellence de leur groupe, le type pas du tout élégant dans son langage et ses manières, pas du tout joyeux de vivre sa vie de consommateur privilégié de son butin de guerre, qui met le pied dans le plat dans tout ce qu'il fait, et qui maintenant se noie dans la mangeoire. Ils n'en veulent plus, c'est évident; il est trop salissant au sein de leur association de malfaiteurs. Et surtout, il contribue activement à mettre le doigt de l'opinion publique internationale sur un genre de gouvernance qu'ils auraient préféré garder le plus discret possible, le plus longtemps possible. Pour eux, même s'il est tard, Bozizé doit partir, et au plus vite. Mais parce que quelque part, ils  s'identifient un peu à lui quand même, ils ne veulent pas lui faire ce qu'ils n'aimeraient pas qu'on leur fasse. Donc il partira "en négociant", tout en ayant en apparence son mot à dire. 


Et comme le phénomène Seleka est fumeux dans ses projets et son organisation, ils ne pouvaient pas non plus laisser le territoire centrafricain, tampon de la sous-région, tomber dans un chaos géostratégique. Ceci vaut également pour la position de la communauté internationale, qui finalement trouve moins d'intérêts économiques en RCA que l'essence d'une plateforme d'observation stratégique de la sous-région. 


Les enjeux de la rencontre


L'enjeu des négociations de Libreville sera donc pour les autres locataires illégitimes des palais présidentiels de la sous-région de laver l'opprobre à leur avantage, et pour chercher à maitriser une alternative un peu acceptable pour eux. 


Pour le général Bozizé, cristallisé au pouvoir depuis 10 ans à travers un putsch militaire et deux putsch électoraux, l'enjeu des négociations sera de ridiculiser tout le monde et de reprendre sa position assise sur le pactole de Bangui sans trop perdre de plumes, afin de pouvoir vider les petits coins des tiroirs-caisse d'ici 2016. 


Pour l'opposition dite démocratique, l'enjeu sera de limiter au mieux le pouvoir de nuisance d'un Bozizé plus affaibli que jamais, malgré son arrogance résiduelle, et de se servir des 3 années à venir comme programme de transition pour aboutir à des élections aussi libres et transparentes que possible en 2016.


L'enjeu de Seleka s'opacifie au gré de ses divisions et du nombre de ses "représentants". Victime d'une désinformation de masse de l'intérieur par le biais d'infiltrations clairement établies, et de l'extérieur par un Bozizé diffusant la haine raciale et xénophobe dans les esprits naifs, nous verrons à Libreville si la coalition arrive encore à tenir un certain cap. Malgré le questionnement ambiant sur la qualité de son leadership et sur l'absence de planning publiquement exposé, certains de ses acquis sont formels. Seleka a réussi à extirper le "je ne modifierai pas la Constitution" et le "je ne représenterai pas aux élections de 2016" de la bouche de Bozizé. Même si la pression et le pouvoir de persuasion de Seleka n'est plus le même, et quelques soient les motivations des différents chefs rebelles invoqués par les uns et les autres, Bozizé a quand même accepté contre toute attente de "former un gouvernement d'union nationale", même si pour l'instant il ne s'agit que de mots. 


La grande absente de ces négociations est la société civile, qui n'a pas su démontrer à temps la cohésion nécessaire pour devenir une force incontournable. Certains leaders de la société civile, qui côtoient les gens de Bozizé à Bangui, n'ont pas de valeur de représentation populaire. Des efforts réels existent ailleurs, même s'ils servent quelquefois de couverture à des intentions qui tendent à rester dans le flou. Des mouvements et associations se forment, souvent à la dernière minute, et ne réussissent pas exprimer la maturité nécessaire pour représenter équitablement la société civile. Par conséquence, les attitudes consensuelles peinent à émerger, et les mandats créés manquent parfois d'une transparence suffisante pour convaincre le Citoyen.


Supputations

Malgré tous les enjeux et les obstacles prévisibles, les dites négociations de Libreville pourraient bien servir de point de départ à toutes sortes de réflexions innovantes, en mettant en exergue les manques en terme de capacités et de compétences. Néanmoins les obstacles seront évidemment énormes, à commencer la manière d'organiser les pourparlers ainsi que la diffusion transparente du programme. Josué Binoua, ministre de l'administration du territoire, omniprésent dans les dernières déclarations présidentielles, et qui n'a pas été capable d'administrer le territoire centrafricain ni de promouvoir l'intégrité de ce territoire, exprime pourtant toute l'arrogance d'un pouvoir qui règne par la force et la violence depuis 10 ans. Il cherche à nous faire croire que le général Bozizé maitrise parfaitement les commandes et qu'il imposera forcément toutes ses volontés lors des pourparlers. Et pourtant, à un moment ou à un autre il faudra bien que Bozizé et son ministre fantoche comprennent que ce ne sont plus eux qui sont aux commandes, malgré ce dont ils semblent être persuadés. Les différentes troupes militaires arrivées sur le terrain ne sont pas là pour les beaux yeux de Bozizé et des siens. Néanmoins, ce ne sera qu'à l'issue des négociations, que nous saurons véritablement quel aura été le rôle des acolytes de Bozizé de la sous-région, et surtout quel sera le sort des espoirs et des vies des uns et des autres.


Libreville devient donc pour quelques jours le théâtre de toutes les supputations et aussi de toutes les craintes du monde, agrémenté par les leçons de l'Histoire à travers l'ombre morbide des contentieux ethno-claniques, les espoirs de changement mais aussi la lassitude et la résignation, et surtout le désir incommensurable et irrépressible de paix malgré un pessimisme latent et presque inévitable. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE