Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 04:35

 

 

 

 

Aboulaye Bio Tchane-2

 

 

 

12/03/2012 à 15h:53 Par Jeune Afrique

 

Le gouvernement centrafricain bénéficie depuis trois mois des conseils du cabinet Alinadaou Consultancy International, fondé à Cotonou par le Béninois Abdoulaye Bio-Tchané (ABT). Premier objectif : faciliter la reprise des relations avec le FMI.

Toujours à la recherche d'un nouveau programme avec le Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement centrafricain s'est offert depuis trois mois les discrets conseils du cabinet Alinadaou Consultancy International, fondé à Cotonou par le BéninoisAbdoulaye Bio-Tchané (ABT).

Séjournant fréquemment à Bangui, où les autorités le logent dans le quartier résidentiel des « 14 villas », l'ancien directeur Afrique du FMI (et ex-candidat à la présidentielle béninoise de 2011) fait bénéficier le président Bozizé de son savoir-faire - confortablement rémunéré - en la matière.

Avec des résultats semble-t-il encourageants puisqu'une reprise des relations avec le FMI (qui conditionne le retour de l'aide des autres bailleurs de fonds) est « en bonne voie », dit-on à Washington. ABT marche sur les traces d'un autre ancien directeur Afrique du FMI, Alassane Ouattara.

Avant d'être élu président de la Côte d'Ivoire, ce dernier dirigeait en effet l'Institut international pour l'Afrique, un cabinet conseil en matière de relations avec les institutions de Bretton Woods qui eut pour clients Paul Biya et Omar Bongo Ondimba.

 

 


NDLR : C'est donc Bio-Tchané qui a conseillé à Bozizé et Ndoutingaï la dissolution des conseils d’administration des sociétés d’Etat et offices publics et de cacher au FMI les opérations financières mafieuses telles que le prêt indien d’un montant de 29,5 $ dollars contracté secrètement en 2008 ? Une partie de ce prêt mafieux au taux de remboursement usurier a servi à la réélection de Bozizé en 2011 et une autre, enrichi la bande de ministres Michel KOYT, Abdallah KADRE, Judes Alex KETTE et autres actuellement sous les verrous parce qu’accusés de détournement de deniers publics d’un montant de 2,5 milliards de F CFA et d’avoir « créé des sociétés fictives » selon le porte-parole du gouvernement et ministre de la justice Firmin Findiro. Où est Findiro avec les cas du milliardaire de Boy-Rabe, de Thierry Maléyombo, Guillaume Lappo et autre Aurélien Simplice Zingas ? Faut-il que Bio-Tchané leur donne aussi des conseils pour cela ?  S'agissant du FMI, il est fort à parier qu'avec le degré de corruption, de prédation au trésor national et du non suivi délibéré de la chaîne des dépenses de l'Etat, la conclusion d'un programme avec lui et le gouvernement centrafricain soit pour bientôt.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers