Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 19:32

 

 

 

bozize Sassou

 

 DEBY-BOZIZE-04-08-2011-02-15-49.png

 

Biya Boz

 

Boz et Yayi Boni

 

 

Quand on quitte catastrophiquement le pouvoir comme François Bozizé, il est difficile d’avoir une terre d’accueil que l’on désire. Renversé par un   coup d’Etat le 26 mars 2013, l’ex-président centrafricain est provisoirement réfugié au Cameroun.

 

 Alors qu’il cherche une terre d’asile dans la sous-région, ses anciens homologues de l’Afrique centrale  ont coupé   les contacts avec lui.


Après sa chute, le président centrafricain,  provisoirement réfugié au Cameroun, cherche désespérément à joindre ses pairs de l’Afrique  centrale pour l’accueillir, selon radio France internationale. Ces derniers ont assisté à sa chute, presque inactifs. Pourtant, ils s’étaient impliqués dans la résolution de la crise, en organisant notamment des sommets qui ont abouti sur des accords de Libreville.


Mais apparemment, François Bozizé avait fini par agacer ses homologues en ne voulant pas exécuter ces accords qui portaient sur un gouvernement de transition. C’est certainement pourquoi ils l’ont laissé tomber. Résigné, François Bozizé se tourne vers le président béninois pour solliciter l’asile. Formellement, le Bénin n’a pas encore donné suite à sa demande puisque le président Boni Yayi était en Afrique du Sud pour assister au sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.


 «Il est vrai que (M. Bozizé) a sollicité le Bénin comme pays d'accueil », a déclaré à l'AFP Arifari Bako, le ministre béninois des Affaires  étrangères le 28 mars dernier. M. Afrifari  a tout de même  convenu que « c'est un sujet délicat » tout en  refusant de donner plus de détails. Mais  cette demande  pourrait être acceptée. En effet, au plus fort de la crise centrafricaine, le président béninois, Boni Yayi, s’était  rendu en Centrafrique en sa qualité de président de l’Union africaine. Ce qui avait rapproché les deux hommes.



D’ailleurs il y  quelque temps,  le président Boni Yayi révélait dans Jeune Afrique avoir conseillé le président centrafricain de laisser le pouvoir et de suivre Dieu après son dernier mandat. «Je lui ai conseillé de rassurer ses compatriotes et la communauté internationale quant à son intention de ne pas modifier la Constitution pour se représenter à la présidentielle »,  avait dit le président Boni Yayi dans un entrevue raccordée au magazine.


Il faut rappeler que François Bozizé  est soupçonné par la rébellion qui l’a finalement renversé, de vouloir s’accrocher au pouvoir après son dernier mandat. «Je lui ai dit (Bozizé) qu'en 2016 je serais heureux d'avoir un ami ancien chef d'État prêt, comme moi, à prendre sa bible pour parcourir les contrées et prêcher l'Évangile», avait  poursuivi le président béninois, en précisant que  Bozizé  et lui sont tous les deux  de l’Eglise évangélique.  Mais pour Yayi Boni qui a déjà trop de problème dans son pays, recevoir actuellement l’encombrant  François Bozizé, serait trop de charge pour ses frêles épaules.


FREDERIC ATAYODI

 

Source: Le Senegalais

 

 

 

NDLR : Bozizé aurait dû tirer leçons de ce qu'il a infligé à Patassé.

 

 

Centrafrique : Que faut-il attendre du sommet de la Ceeac ?

 

http://quotidien.mutations-multimedia.com Mercredi 3 avril 2013 09:05

 

C’est ce jour que se tient à N’Djamena au Tchad, le sommet de la Communauté économique des États d'Afrique centrale alors que le nouveau gouvernement traverse quelques zones de turbulences.

 

Au plan politique, le nouveau gouvernement de Centrafrique a connu son premier accroc avec l’annonce de la coalition de l’opposition suspendant sa participation au gouvernement d’union nationale. Des représentants du parti du Premier ministre Tiangaye, mais aussi du Mouvement du Libération du peuple centrafricain (Mlpc), principal parti d’opposition, ont signé ce document, affirmant agir au nom de leurs formations. Cette déclaration a été aussitôt démentie par le Premier ministre Tiangaye, et plusieurs ténors de cette opposition. «Moi, président du parti de la Convention républicaine pour le progrès social, je ne suis pas au courant de la décision qui a été prise par ce collectif. Mon parti n’est pas concerné», a réagi M. Tiangaye. Au moins six des neuf ministres issus de l’opposition (sur les 34 que compte le gouvernement) ont confirmé leur participation au cabinet, toujours selon le Premier ministre cité par l’Afp.

 

Cette situation n’a cependant pas, remis en cause le déplacement des nouvelles autorités de Bangui à N’Djamena où se tient le troisième sommet dédié à cette crise, après celui de décembre dernier. Le Premier ministre devait se rendre dans l’après-midi à N’Djamena, chez le puissant voisin tchadien sans qui rien ne se fait en Centrafrique, pour le sommet mercredi de la Communauté Economique des Etats d’Afrique centrale (Ceeac). «Nous attendons que les chefs d’Etat de la Ceeac comprennent la situation extrêmement difficile dans laquelle se trouve le pays et aide la Rca à sortir de cette crise», a souligné Me Tiangaye. Le président Djotodia, dont le coup de force a été condamné par la communauté internationale, ne devrait finalement pas s’y rendre.

 

Le sommet pourrait permettre de trouver un cadre légal à la situation politique en Centrafrique où la Constitution est suspendue. «Il ne faudrait pas qu’on déshabille ou humilie M. Djotodia. Il ne faut pas oublier qu’il y a 3.000 Séléka en ville», rappelle une source proche du gouvernement. Ainsi donc, le sommet de la capitale tchadienne étudiera les possibilités de revenir à l'accord de Libreville. Signé le 11 janvier entre le clan du président centrafricain François Bozizé, les rebelles du Séléka et l'opposition, après une première offensive qui avait mené le Séléka aux portes de Bangui, cet accord prévoyait, entre autres,  de former un gouvernement d’union nationale. Mais, déplore des proches de rébellion, «M. Bozizé a adjoint des ministres délégués à chaque ministre du Séléka, pour ainsi continuer à avoir la mainmise du pouvoir. Bozizé a, par ailleurs, continué les exactions contre les Rounga et les Goula, l’ethnie dont fait partie une partie de la rébellion».

 

Un accord que le nouvel homme fort de Centrafrique, Michel Djotodia a promis de respecter au cours d’une transition de trois ans en respectant les accords de Libreville. Il a par ailleurs détaillé ses objectifs et seront axés, a-t-il précisé, sur la restauration de la paix et de la sécurité, l’organisation des élections générales, la réorganisation des forces de défense et de sécurité et l’engagement des réformes économiques et sociales. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers