Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 00:40

 

 

 

hotel-particulier-Nguema-ave-Foch.jpg

 

France Soir 20 février 2012 à 18h05

La perquisition se poursuit dans l'immense hôtel particulier parisien appartenant à la famille du président de Guinée Equatoriale, dans le cadre de l'affaire des "biens mal acquis".

C'est une immense propriété de plusieurs milliers de mètres carrés, sur cinq étages, avec 101 pièces, dans l'une des plus chics artères de Paris : l'avenue Foch, dans le XVIe arrondissement de la capitale. Derrière les murs de cet hôtel particulier appartenant à la famille du président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, les enquêteurs s'affairent depuis plusieurs jours déjà, dans le cadre des « biens mal acquis ». L'un d'entre eux a même confié qu'il s'agissait d'une « caverne d'Ali Baba »...

La perquisition, débutée la semaine dernière, et qui se poursuivait encore ce lundi, a permis la saisie de nombreux biens de valeur, dont une horloge évaluée à trois millions d'euros, ou encore des grands crus (Petrus, Romanée Conti...), dont chaque bouteille vaut plusieurs milliers d'euros. L'opération est conduite par les deux juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman, chargés du dossier, et des policiers de l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).

Président richissime d'un pays plongé dans la pauvreté

Les juges enquêtent depuis décembre 2010 sur les conditions dans lesquelles trois chefs d'Etat africains -Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema et le défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba- ont acquis un important patrimoine immobilier et mobilier en France.

L'enquête a récemment été élargie à de possibles acquisitions réalisées par les chefs d'Etat et leurs proches après le dépôt de la plainte en 2008 par l'ONG Transparency International France.

La Guinée équatoriale a exprimé sa « totale indignation » devant ce qu'elle estime être une « illégitime persécutio».

Considéré comme l'un des chefs d'Etat les plus riches du monde, Teodoro Obiang, 69 ans, dirige d'une main de fer depuis 1979 la Guinée équatoriale, troisième producteur de pétrole d'Afrique subsaharienne, mais dont la majorité de la population vit dans la pauvreté. Pressenti par son père pour lui succéder, son fils Teodorin fait depuis plusieurs années l'objet d'enquêtes pour blanchiment et corruption aux Etats-Unis, où ce quadragénaire a longtemps mené une vie de playboy fortuné en Californie.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers