Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 01:27

 

 

Bozize-et-Museveni.jpg

 

 

(AfriSCOOP Analyse) — Les oppositions en République centrafricaine et en Ouganda ont sonné le tocsin en vain. Les pouvoirs de Bangui et de Kampala ne sont pas décidés à abandonner la gestion des affaires publiques. Les régimes de François Bozizé et de Yoweri. Museveni sont un peu plus confortés dans leurs postures par le mutisme qu’adopte la communauté internationale vis-à-vis de leurs vols électoraux.

Ils embarquent une fois encore leurs pays vers des avenirs incertains. Faisant une fois de plus fi des cris du cœur de leurs opposants. Eux, ce sont François Bozizé et Yoweri Kaguta Museveni. Ils n’avaient pas des bilans hyper réjouissants pouvant plaider en leur faveur, mais ils ont, une nouvelle fois, trouvé les voies et moyens de se cramponner au pouvoir. Leurs peuples devront donc attendre l’ère de l’alternance ! A moins que les Ougandais et les Centrafricains se mettent entre-temps dans la peau des révolutionnaires tunisiens et égyptiens.

Comme d’habitude, en de pareilles circonstances, les Ougandais et les Centrafricains ont adopté la posture de l’Africain. C’est-à-dire être passif devant de flagrantes injustices. Les récurrentes répressions politiques dans ces Etats produisent donc leurs effets dissuasifs ; aucun citoyen ne voulant se sacrifier pour l’autre.

Bruxelles, Washington : de nouveau, bravo

Les élections qui viennent de se dérouler au pays de Barthelémy. Boganda avaient été reportées à plusieurs reprises. Avec l’onction de l’UE (Union européenne), pour que ces joutes soient démocratiques ! Pourquoi Bruxelles ferme-t-elle alors les yeux devant les grosses irrégularités ayant émaillé les dernières élections en Centrafrique ? L’on n’a pas besoin de pratiquer l’exégèse de ces élections pour s’apercevoir qu’il y a du faux dans le processus ayant conduit à la tenue de ces scrutins.

“Jeter” de l’argent du contribuable européen par les fenêtres semble être donc le nouveau sport favori des politiques européens oeuvrant dans le domaine des rapports entre l’Europe et l’Afrique. “Jeter” car en réalité, l’omerta qu’adopte de plus en plus l’Europe devant les coups de canif à la démocratie en Afrique est une mafia déguisée. Ces observateurs européens qui débarquent sur le terrain, à quelques heures des élections en Afrique, ne continueraient pas à s’adonner à ce vilain jeu s’ils n’y trouvent pas leur compte !! A titre d’exemple : quand il était ministre des Affaires étrangères de la Belgique, Louis Michel (actuellement euro-député) ne se privait pas d’adresser des critiques objectives aux dirigeants africains. Devenu Commissaire à l’Action humanitaire de l’UE, il n’a cessé d’étonner le monde !! Il vient encore de s’adonner à ce jeu à la faveur d’élections législatives au Tchad. Quand les opposants au régime Déby dénonçaient de graves irrégularités, M. Michel et ses acolytes d’observateurs n’y ont lu que de la régularité…

Washington joue aussi avec le feu en Ouganda. Depuis plusieurs décennies. Après avoir cautionné les yeux fermés le hold-up de Paul Kagamé en 2010 (au Rwanda), Barack Hussein Obama et ses proches collaborateurs viennent de décerner un blanc-seing à la réélection de Yoweri Museveni. L’essentiel pour Washington étant que l’Ouganda reste un de ses importants alliés en Afrique orientale. MM. Bozizé et Museveni pourront donc continuer d’imprimer la marque qu’ils veulent à leur pays. Que la Centrafrique ou l’Ouganda se développent ou pas, là n’est pas leurs premières préoccupations. En avant donc la loi du plus fort contre les intérêts des Africains. 51 ans après « les indépendances africaines »…

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE