Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 18:11

 

 

carte_centrafrique_432.gif

 

 

Source: Resolve Uganda 30 avril 2010 par Paul

«La faim qui vient sera très mauvais"

- Résident d'Obo, République centrafricaine

En 2004, le responsable des actions humanitaires des Nations Unies, Jan Egeland, a déclaré que le nord de l'Ouganda est la zone la plus négligée dans le monde connaissant une catastrophe humanitaire. Les attaques de la LRA et les politiques draconiennes du gouvernement ont occasionné le déplacement forcé, avec une forte dose d'indifférence internationale, a entraîné la mort de plus de 1.000 Ougandais du Nord une semaine au plus fort du conflit. Les commentaires de Egelands contribué à faire avancer la scène internationale à la crise, et depuis lors, la LRA ont quitté la région et l'afflux de l'aide internationale a aidé plus de un million de personnes de retour dans leurs foyers.

Malheureusement, la paix fragile dans le nord de l'Ouganda n'a pas empêché la LRA de traverser les frontières et la création de nouvelles catastrophes humanitaires dans d'autres à distance, des coins oubliés de l'Afrique. Au cours des deux dernières années, la LRA a mené une campagne systématique de terreur qui a déplacé plus de 300.000 personnes dans trois pays d'Afrique centrale, dont beaucoup sont encore hors de portée de toute l'aide humanitaire.

Nulle part cette assistance plus indispensable, n’a autant été absente que dans le coin du sud-est de la République centrafricaine (RCA), où les attaques de la LRA ont déplacé des dizaines de milliers de personnes dans les deux dernières années. Le mois dernier, j'ai eu la chance de visiter Mboki, une petite ville où il ya que des milliers d’hôtes de ces personnes déplacées, ainsi que plusieurs milliers de réfugiés fuyant les attaques de la LRA en RDC. Pendant la guerre civile au Soudan, qui a officiellement pris fin en 2005, l'UNHCR a fourni une assistance humanitaire à des dizaines de milliers de réfugiés soudanais qui ont cherché refuge à Mboki. Mais l'aide humanitaire a pris fin après le retour des réfugiés soudanais chez eux, et les agences humanitaires ne sont pas encore de retour, malgré les besoins créés par la violence de la LRA dans la région.

Alors qu’à Mboki j'ai parlé avec Pabeyo, un mari et un père qui vit avec sa famille dans le village voisin de Mabusu. Après avoir décrit une attaque de la LRA au village dans lequel son fils de 12 ans a été enlevé, je lui ai demandé pourquoi lui et sa famille ne se déplacent pas à Mboki, où un contingent de soldats ougandais constitue un élément dissuasif des attaques de la LRA. Sa réponse fut simple: «La menace d'attaques de la LRA est certes plus élevée à Mabusu, mais à Mboki,  c’est sûr que nous allons mourir de faim."

L'ensemble du sud-est de République centrafricaine souffre de l'absence de l'aide humanitaire ce qui a contraint brutalement les gens à être à la merci des rebelles de la LRA afin de subvenir à leurs familles. Comme Pabeyo, beaucoup de gens ont décidé de rester dans les exploitations rurales où ils ont accès à la nourriture, mais sont plus vulnérables aux attaques de la LRA, ou de se déplacer vers les villes où il ya une relative sécurité, mais peu de moyens pour nourrir une famille affamée. Dans la ville voisine de Obo une femme a décrit comment plusieurs hommes ont été tués récemment, après s’être aventuré dans la brousse pour couper de la paille pour les toits des maisons, une tâche risquée qui pourrait être évitée s’il y avait des bâches en plastique durables avaient été mises à disposition par les agences humanitaires.

Fournir une aide humanitaire aux communautés touchées par la LRA, mais l'urgence des besoins, n'est pas chose facile. L'absence de présence internationale sur place (pas de personnel de l'ONU et seulement une poignée de travailleurs humanitaires internationaux dans la région de la taille de la Pennsylvanie) signifie qu'il est même difficile de savoir où l'aide est nécessaire. Les agences de l'ONU et les ONG sont également confrontées à des difficultés logistiques multiples pour fournir une assistance, allant d'un réseau routier extrêmement délabré aux bailleurs de fonds internationaux qui ont constamment sous-financé des projets humanitaires en RCA ces dernières années.

Dans une telle région éloignée et de non-droit, l'aide peut aussi parfois faire plus de mal que de bien. Dans la dernière année, les rebelles de la LRA ont attaqué les sites de distribution d'aide humanitaire dans le pays voisin de la RD Congo et le Sud-Soudan, détournant ainsi ce qui devait servir à sauver des vies et des personnes à qui elle était censée profiter.

Ce scénario cauchemar s’est déroulé sous mes yeux le mois dernier dans les villes centrafricaines de Zemio et Mboki. Lors de ma visite, un convoi d'aide humanitaire de l'ONU se rendait dans ces deux villes pour distribuer de l'aide désespérément nécessaire. Si une base militaire ougandaise apporte une certaine sécurité à Mboki, il n'y avait pas des forces de sécurité stationnées à Zemio. Quand j'ai demandé à un fonctionnaire quelles sont les mesures prises pour assurer l'assistance afin que les civils ne soient pas les cibles de la LRA, il me répond que «nous croisons les doigts en espérant qu'ils n'attaquent pas."

Moins d'une semaine de la distribution, les activités de l'ARS ont été signalées dans les deux villes qui ont été attaqué par la LRA depuis Juillet 2009. Un groupe de rebelles ont attaqué Mboki, tuant au moins une personne et enlevant plusieurs enfants. Un petit groupe de la LRA auraient également tenté d'entrer à Zemio mais a été repoussée par des civils armés.

Si les difficultés logistiques et les dangers périlleux à l'aide humanitaire en RCA sud ne sont pas résolues, la faim qui est à venir ne fera que s'aggraver. Dans la ville de Djemah, dans la banlieue nord de la zone peuplée de cette région, les responsables locaux nous ont dit que les gens ont encore trop peur des attaques de la LRA pour essayer de cultiver dans leurs champs. Mais même si elles ne se sentent pas assez en sécurité pour quitter la ville, beaucoup ont mangé leur plantes les graines pour tromper la faim dans les mois précédents. Comme l'ONU n'a pas encore procédé à une évaluation des besoins humanitaires, et encore moins fourni une aide d’urgence, les perspectives de l'appui international à la population de Djemah sont tout aussi décourageantes.

En 2004, le franc-parler d'un brave leader mondial a contribué à briser le statu quo de la négligence internationale envers la crise dans le nord de l'Ouganda. Qui sera le Jan Egeland pour les communautés du sud-est de la République centrafricaine?

 

 

John Holmes condamne les violences de la LRA dans le nord est de la RD Congo

APA-New York 04-05-2010 (Etats-Unis) Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations Unies et Coordonnateur des secours d’urgence, John Holmes, a vivement condamné, en RD Congo, les violences commises par les rebelles ougandais de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans le nord-est du pays, indique un communiqué de l’ONU parvenu mardi à APA.

« L’Armée de résistance de seigneur (LRA) ne cesse de commettre des atrocités abominables à l’encontre des habitants du district qui sont maintenant déplacés sans espoir de rentrer chez eux dans un futur proche », a déclaré samedi M. Holmes lors d’une visite dans le district du Haut-Uele, en Province Orientale, à la frontière avec le Soudan et la République centrafricaine (RCA).

« Ceci est inacceptable. Nous avons besoin de trouver une solution à ce qui est devenu une crise régionale », a-t-il ajouté.

Le communiqué rappelle que "la région a été le théâtre de l’un des massacres les pires qu’ait commis la LRA récemment. Pendant la deuxième semaine de décembre, plus de 300 civils auraient été tués et plus de 250, dont 80 enfants, pris en otage".

"Depuis décembre 2007, on estime à environ 1.800 le nombre de civils tués par la LRA et à 2.400 le nombre de personnes prises en otage dans toute la Province Orientale", indique la même source.

"Dans le village de Niangara, M. Holmes a été en mesure d’entendre les témoignages épouvantables de survivants, notamment une femme qui a eu les lèvres et oreilles arrachées il y a deux semaines au cours d’une attaque de la LRA".

Lors de réunions avec les autorités et les acteurs humanitaires tenues à Niangara et à Kisangani, capitale provinciale, M. Holmes a fait part de sa préoccupation quant aux effets négatifs qu’aurait un retrait éventuel de la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) sur la protection des civils et l’accès humanitaire.

« La MONUC a un effet dissuasif sur la LRA et sa présence est également essentielle aux opérations humanitaires dans la Province Orientale », a déclaré M. Holmes, affirmant craindre que le départ des troupes onusiennes « n’augmente leur souffrance et ne réduise notre capacité à les aider ».

Outre en RDC, la LRA a mené des attaques contre les civils au Sud-Soudan et en République centrafricaine après avoir été chassée du nord de l’Ouganda il y a quelques années, rappelle encore le communiqué.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire