Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 23:21

 

 

 

 

le-rebelle-Ndoutingai.jpg

               Ndoutingaï ici pendant la rébellion de Bozizé de 2002 

 

ParRFI samedi 02 juin 2012

Sylvain Ndoutingaï, le très puissant ministre d'Etat aux Finances et neveu du président centrafricain François Bozizé, a été limogé sans motif officiel, vendredi 1er juin 2012 à Bangui. Il avait notamment occupé longtemps le ministère clé des Mines. Le porte-parole du gouvernement centrafricain, Firmin Findiro, explique les raisons de ce limogeage.

 

« Je ne peux pas me mettre à la place du chef de l'Etat pour interpréter la discrétion que la Constitution lui accorde.. ».

Firmin Findiro, porte-parole du gouvernement centrafricain

 

 

NDLR : Findiro n’en mène pas large ici et choisit de botter en touche comme on le dit car dans ses réponses, étant lui-même un des principaux complices et soutiens de Ndoutingaï, il ne sait pas très bien de quoi  son propre lendemain sera aussi fait. Certaines informations circulant à Bangui font état de ce que revenant de Bouca où il s’était rendu pour la cérémonie de la pose de la première pierre de la construction de la prison de cette ville, il aurait été attendu par les services de sécurité de Bozizé à l’entrée de Bangui pour être  conduit sous bonne escorte afin d’être longuement auditionné sans doute au sujet de son agenda deces derniers temps ou ses accointances avec Ndoutingaï.

Toujours au sujet de Ndoutingaï, certaines informations circulent à Bangui sous forme de rumeurs prêtant à Bozizé l’intention de l’avoir limogé du gouvernement pour le proposer à la place du sulfureux Antoine Ntsimi comme président de la Commission de la CEMAC lors du sommet des chefs d’Etat de la CEMAC qui doit se réunir fin juin à Brazzaville. Il est clair que si Bozizé tient à le refourguer à la CEMAC, la RCA va perdre le poste qu’occupe Antoine Ntsimi malgré le principe de la gouvernance tournante des postes désormais mise en place dans l’institution communautaire. Déjà certains états comme le Cameroun ont décidé de suspendre leur contribution financière en attendant de voir clair dans ce qui se passe avec Bozizé.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique