Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 23:56

 

 

libye carte-copie-1

 

 

Libye: Doha offre de l'argent, la reconnaissance du CNT, mais pas d'armes

DOHA - AFP / 13 avril 2011 19h26 - Le Groupe de contact sur la Libye a décidé mercredi à Qatar de fournir une aide financière aux rebelles libyens ainsi qu'un appui matériel, évitant d'évoquer explicitement des équipements militaires.

Le Groupe a déclaré également que le Conseil national de transition (CNT) était le représentant "légitime" du peuple libyen, et répété la nécessité du départ du colonel Mouammar Kadhafi pour mettre un terme à la crise libyenne.

Selon son communiqué final, la réunion de Doha, qui a rassemblé une vingtaine de pays et d'organisations sous la coprésidence de la Grande-Bretagne et du Qatar, a décidé de mettre en place "un mécanisme financier temporaire" pour aider le CNT, organe politique de la rébellion.

Ce mécanisme servira à "doter le CNT et la communauté internationale de moyens pour gérer les aides et répondre aux besoins urgents" des régions contrôlées par la rébellion dans l'est du pays.

Aucune indication n'a été donnée sur la dotation de ce fonds et sur les pays qui doivent y verser des contributions, mais la rébellion avait indiqué avant la réunion qu'elle attendait que des fonds gelés dans le cadre des sanctions contre le régime du colonel Kadhafi soient mis à sa disposition.

Le communiqué lu par le Premier ministre du Qatar, cheikh Hamad ben Jassem ben Jabr Al-Thani, devant la presse estime que "le maintien du régime (du colonel) Kadhafi menace tout règlement de la crise".

Il "souligne la nécessité pour Kadhafi de se démettre du pouvoir" afin de "permettre au peuple libyen de décider de son avenir".

"Le CNT est un interlocuteur légitime et représente les aspirations du peuple libyen" au changement, ajoute le communiqué, satisfaisant dans le principe une demande de la rébellion. Pour le moment, seuls la France, l'Italie et le Qatar ont reconnu le CNT. D'autres pays européens et les Etats-Unis hésitent encore.

Le Groupe de contact a également décidé de fournir un soutien à la rébellion, dont "un soutien matériel" en accord avec les résolutions 1970 et 1973 de l'Onu, qui prévoient notamment un embargo sur les armes.

Interrogés sur la portée de cette décision, les ministres britannique et italien des Affaires Etrangères, William Hague et Franco Frattini, ont semblé diverger sur l'interprétation des résolutions de l'Onu.

M. Hague a évoqué la fourniture de moyens de communications, mais M. Frattini a estimé que "la résolution 1973 n'interdit pas de fournir des armes, des armes non offensives, des armes d'auto-défense".

"Ou bien nous fournissons à ces gens les moyens de se défendre, ou nous nous libérons de l'obligation de défendre la population de la Libye", a-t-il ajouté devant la presse.

Cheikh Hamad a souligné que "le peuple libyen a le droit d'assurer sa défense face aux attaques continues des forces pro-Kadhafi". "L'autodéfense nécessite des équipements, qui ne soient pas offensifs mais défensifs", a-t-il ajouté.

Le communiqué a également appelé à "un cessez-le-feu immédiat" en Libye et réclamé que les troupes du colonel Kadhafi "se retirent de toutes les villes où elles sont entrées par la force".

La deuxième réunion doit se tenir en Italie à une date qui devra être déterminée "dans un proche avenir", selon le communiqué.

(©)

 

Libye : le Qatar a fourni des missiles antichars Milan aux rebelles

TRIPOLI - AFP / 13 avril 2011 23h48 - Le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères Khaled Kaaim a indiqué mercredi soir que le Qatar a fourni des missiles antichars de type Milan, de fabrication française, aux rebelles à Benghazi (est).

"Le Qatar a envoyé des missiles français Milan aux rebelles à Benghazi", a indiqué le ministre au cours d'une conférence de presse.

Il a ajouté que des experts qataris étaient sur place à Benghazi, fief de l'opposition libyenne, pour entraîner les rebelles dans le "camp de 7 avril" dans cette ville, située à 1.000 km à l'est de Tripoli.

Le Qatar et la France font partie de la coalition internationale qui mène l'intervention militaire en Libye.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers