Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 16:51

 

 

Bozizé Y

 

 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 31 Mars 2011 13:28

« Avec la fin des élections en Centrafrique toutes les restrictions de voyage sont levées. Quiconque peut aller et venir comme il le désire à l’intérieur comme à l’extérieur du pays ». Ainsi s’est exprimé ce jeudi 31 mars 2011, Fidèle Gouandjika sur les ondes de Radio Ndeke Luka.

Le  ministre et porte-parole du gouvernement centrafricain réagissait ainsi à la 2ème interdiction de sortie faite la veille, à l’ex président Ange Félix Patassé. L’ancien président, battu lors des élections présidentielles de janvier dernier devait se rendre en Guinée Equatoriale  pour des raisons sanitaires. Il a été empêché de prendre l’avion à l’aéroport Bangui M’Poko par les services de sécurité.

Selon Fidèle Gouandjika, pendant le processus électoral, « toute personnalité politique de tous bords, civile ou militaire, pour sortir du pays devait détenir une autorisation spéciale ». A présent « des dispositions nécessaires sont en train d’être prises par le gouvernement pour une évacuation sanitaire digne de ce nom ». Il explique par ailleurs que « c’est le trésor public qui se chargera de régler toutes factures inhérentes au déplacement de Patassé plutôt en France, à l’Hôpital Val-de-grâce à Paris au lieu de la Guinée Equatoriale ».

Le porte-parole du gouvernement est revenu sur les restrictions apportées aux déplacements des chefs de file de l’opposition centrafricaine au cours des derniers mois. Il  révélé que le gouvernement a bien « délivré en pleine élection des autorisations de sortie à des leaders politiques tels que Jean Luc Mandaba secrétaire général du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MPLC) et Blaise Nakombo candidat aux législatives sous l’étiquette du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC)».

Mais pour lui, « Maitre Nicolas Tiangaye porte-parole du Collectif des Forces du Changement (CFC) et Martin Ziguélé arrivé 3ème à la dernière présidentielle font toujours semblant de voyager pour attirer l’opinion sur eux ».

 

NDLR : Le porte-parole du gouvernement de Bozizé se moque vraiment du monde. Les prétendues prises en charge par le trésor public des factures de soins médicaux des personalités centrafricaines à l'hôpital parisien des armées du Val de Grâce, Jean Paul Ngoupandé, toujours Conseiller spécial de Bozizé et le défunt président André Kolingba et sa veuve Mme Mireille Kolingba, en savent quelque chose. Ange Félix Patassé qui avait déja séjourné à l'hôpital du Val de Grâce en 1990 - 1991 après son premier exil togolais ne se fera sans doute pas prendre au piège des balivernes de Fidèle Ngouandjika.     

 

Le PJPD appelle à l’apaisement

Radio Ndéké Luka Jeudi, 31 Mars 2011 13:33

Les leaders de jeunesse rassemblés au sein du Pacte de la Jeunesse pour la Paix et le Développement (PJPD) revendiquent la place qui leur revient dans le second quinquennat qui commence de François Bozizé, Président réélu de Centrafrique. Ils ont débattu de la question à M’Baïki (sud de la RCA), la semaine dernière et dont compte-rendu a été fait à la presse mercredi 31 mars 2011, à Bangui. La jeunesse, la classe politique centrafricaine et, la communauté internationale ont constitué les points à l’ordre du jour.

Dans son adresse, Adramane Baron Coordonnateur du PJPD demande une « réelle prise en charge » des jeunes pour qu’ils soient véritablement des acteurs de développement. « La jeunesse ne veut plus être prise pour bouclier, exige une condition de vie descente et s’oppose à la manipulation », indique Adramane.

A l’endroit de la classe politique centrafricaine, ces leaders de jeunesse interpellent les responsables politiques « à privilégier la culture de l’alternance politique ». « Aucun pays ne peut se construire dans la guerre et demandons la paix pour l’essor de notre nation », souhaitent-ils

Mais ils n’ont pas aussi manqué de s’adresser à la communauté internationale. S’appuyant sur le rapport de l’Union Européenne relatif aux élections couplées du 23 janvier 2011, ces jeunes en appellent à la franchise dans les relations RCA/Communauté internationale.

Le leader du PJPD affirme ne pas « comprendre » que l’UE, à l’instar des autres organisations internationales « ait publiée un rapport mitigé contrairement au premier sur ces élections ».

Cette mise au point des leaders du PJPD s’inscrit dans le cadre de la crise postélectorale née de la réélection contestée de François Bozizé en janvier dernier, à la tête de la République Centrafricaine.

 

NDLR : Cette pauvre jeunesse embrigadée dans le KNK fait pitié. Elle n'a malheureusement aucune conscience de la réalité de la situation dans laquelle Bozizé et son clan de prédateurs ont plongé le pays. Rien que l'entrée massive à l'assemblée nationale deJean Roger Ouefio son grand frère, de Joséphine Kéléfio sa soeur cadette, de Monique son épouse, de Renée Madeleine sa maîtresse favorite, de Francis et Socrate, ses enfants, de son neveu Sylvain Ndoutingai et Patrice Edouard Ngaissona, bref, de tout le clan familial de Bozizé, devrait interpeler tous les jeunes centrafricains et les conduire à se bposer les bonnes questions au lieu de se laisser mener par le bout du nez par la phraséologie démagogique du pouvoir.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique