Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 02:55

 

 

 

entête Touche pas à ma constit

 

 

  Association des Centrafricains de la diaspora en France «Touche pas à ma Constitution ».

           Défenseur  des  valeurs Constitutionnelles et des  Droits de l’Homme.

           Enregistré  par la Préfecture Haute Garonne  sous  le N° W313017876.

             81, rue Saint- Roch- BP 74184 31031 Toulouse cedex (France).

 

                                

                                                                    A 

Son Excellence François BOZIZE Président de la République Centrafricaine 

Palais de la Renaissance 

                                                              Bangui (R.C.A)

 


Objet: Lettre ouverte au président François Bozize sur son intention de modifier l'article24 de la constitution centrafricaine.

 


Excellence Monsieur le Président de la République,

 


Le 13 Août 2012, à l'occasion de la célébration des 52éme anniversaires de la proclamation de notre indépendance que vous avez bien voulu passer en France, avec nos compatriotes et vos distingués invités à l'hôtel  Hilton de Roissy Charles DE GAULLE, le Représentant de notre collectif « TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION» avait pris sa responsabilité devant l'histoire de la République pour vous interpeller sur le respect stricte de l'article 24 de notre constitution qui dispose que «le mandat du Président de la République est défini à 5 ans et renouvelable une seule fois».


Constitutionnellement parlant, votre mandat prend fin en 2016 et les élections doivent s'organiser sans votre candidature, mais depuis un certain temps votre intention de modifier la constitution se confirme par vos différentes démarches afin de briguer un troisième mandat totalement illégal.


Devant vos agitations allant dans le sens de la modification de l'article 24 de la constitution Excellence Monsieur le Président de la République, nous voudrions tout simplement vous rafraîchir la mémoire relativement à votre engagement prit devant la diaspora centrafricaine en France en date du 13 Août 2012, suite à l'interpellation de notre Représentant il a été dit par vous de manière publique «que la constitution de notre pays et notamment l'article 24 sera totalement respecté ».


A ce jour, si le diable de la modification vient de faire son incursion en vous et si vos mauvais conseillers vous font croire que le peuple est derrière vous avec un tel projet anti-républicain, croyez nous, étant d'abord simple citoyens centrafricains et militants défenseurs de la constitution de notre pays, que le peuple dans son ensemble est aujourd'hui prêt à défendre sans réserve sa constitution en danger, n'oubliez jamais que vos conseillers qui sont les artisans de ce projet de modification vous creusent  un  fossé politiquement profond avant le soulèvement populaire.


Excellence Monsieur le Président de la République,

 

Aujourd'hui le Président Fondateur Barthélemy BOGANDA, est mort pour une cause juste, même s'il n'est plus de ce monde, certainement ce grand chevalier de la liberté veut voir son peuple vivre dans une ambiance de grande liberté, malheureusement le peuple souffre sans limite. 

 

Excellence Monsieur le Président de la République,


Votre méthode politicienne qui consiste à manipuler vos militants pour organiser une marche en votre faveur est connue de toutes les forces vive de la nation, certainement un tel spectacle n'aura aucun poids politique, si vous avez utilisé  cette méthode après votre coup de force de 2003, afin de rendre votre candidature légitime pendant les élections de 2005, cette fois ci, le peuple et la communauté internationale ne pourront jamais avaliser une telle pratique machiavélique.


Alors au regard de votre projet de coup d'État constitutionnel en vue, qui risque de plonger sans faute le pays dans une situation dramatique, le collectif a pris déjà l'opinion nationale et internationale à témoin des conséquences qui découleront de cette crise qui n'épargnera jamais la responsabilité du Président en fin de mandat constitutionnel, François BOZIZE.


Raison pour la quelle le collectif, lance un appel républicain à toutes forces vives de la nation de se joindre au mouvement, afin de combattre la dictature installée dans notre République. 

En règle générale «un régime est passager, mais le peuple reste le véritable juge des différents régimes donc vaut mieux sortir par la grande porte que de sortir par la petite fenêtre ».


Dans l'assurance que cette lettre ouverte viendra interpeller votre conscience étant le premier garant de la constitution vous ferez renoncer à votre projet de coup d'État constitutionnel.


Veuillez recevoir de la part des membres du collectif, Excellence Monsieur le Président de la République, nos salutations patriotiques. 

 

 

Ampliations:

 

A son Excellence Monsieur le président de l'Assemblée Nationale,

A son Excellence Monsieur le Premier Ministre chef du Gouvernement,

A son Excellence Monsieur le Médiateur de la République,

A son Excellence Monsieur l' Ambassadeur de France en R.CA,

A son Excellence Monsieur l' Ambassadeur des U.S.A en R.C.A,

Au Représentant de l'Union Européenne en R.C.A,

Au Représentant du BINUCA en R.C.A,

Au Secrétaire Général de la C.E.M.A.C à Bangui.

A toute la presse.

                                                                                          Fait à Paris, le 17 Novembre 2012 

Pour le Collectif le Représentant en France 

                                                                                 

 

 Godfoy -Luther GONDJE- DJANAYANG 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion