Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 23:29

 

 

 


 

Paris 15/11/2012


Chers frères et sœurs, chers amis


 Lorsqu'un beau jour j'ai ouvert les yeux, comme revenu d'un long sommeil, j'ai pris conscience que j'étais dans un hôpital.


J'ai vu des hommes en blouse qui pouvaient bien être les personnels de santé et leurs chefs. J'ai reconnu des parents, des compatriotes et d'autres personnes qui m'écoutaient bafouiller des paroles à peine audible.


Comment et pourquoi j'étais rendu à cet endroit?


Aucune souvenance ! Et pourtant, m'a-t-on dit ultérieurement, j'y avais séjourné près de deux semaines dans un coma dépassé. Un virus aurait attaqué mon système respiratoire. Il fallait donc réussir à me réanimer...


C'est donc à l'hôpital AMBROISE PARE de Boulogne-Billancourt que je suis resté sept semaines, non loin de mon domicile du 16eme Arrondissement de Paris, me faisant dialyser et subissant plusieurs autres examens cliniques.


Je me dois de remercier ici les médecins et leurs collaborateurs qui se sont appliqués à réussir à la limite de l'acharnement thérapeutique, leur effort de réanimation, que DIEU bénisse leur travail.


Sorti de l'hôpital, je regagnai un grand centre de repos Edouard RIST, tout proche de l'Ambassade Centrafricaine, donc plus près encore de mon logement.


J'ai passé un mois entier à "récupérer", à apprendre à marcher et à me familiariser avec mon nouveau centre de dialyse: centre bien plus important que l'ancien où j’ai été soigné dix ans durant, a l'Est de Paris, mais éloigné de mon domicile.


Le but de cette lettre est, une fois de plus, de dire MERCI à toutes les personnes, parents, amis de tous pays, très nombreux, qui ont accouru à mon chevet témoigner de leur affection et de leur amitié.


Je pense à tous ceux qui, en Centrafrique, ont été perturbés par ce qui m'arrivait et se sont mis à implorer le Seigneur en ma faveur. C'était alors en pleine festivité des consécrations épiscopales, ce qui devait provoquer des sentiments assez mélangés de tristesse et de joie! Je leur sais gré de leur affectueuse compassion et de leur prière.


Merci particulièrement à l'Archevêque de BRAZZAVILLE venu par deux fois prier avec moi en compagnie du père Irénée PASSY qui m'apportait la communion. Merci aux prêtres, aux religieuses qui n'ont cessé de me rendre visite, en m'accordant leur présence compatissante.


Merci au Curé de ma paroisse Notre-Dame de l'ASSOMPTION qui m'a conféré l'huile des malades, dont je suis convaincu qu'elle a contribué à me ramener a la vie (Epitre Jacq.5,13-15)


Personnellement, j'ai mieux compris, par expérience, les paroles du Christ en Luc 12,39-40, sur sa venue comme un voleur ? Quoi qu'il advienne, que le Seigneur soit Béni de toutes ses initiatives à mon égard.

 

AMEN


J.NDAYEN

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers