Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 20:19

 

 

 

Zarambaud

 

 

Bangui, le 02 Janvier 2012

 

 

A Son Excellence

Monsieur le Ministre de la Jeunesse

Des Sports, des Arts et de la Culture

BANGUI

 

 

Objet : Neutralité du Stade Omnisports

               et impartialité de l’Etat

 

 

                        Excellence, Monsieur le Ministre

 

            J’ai le respectueux honneur de vous demander de faire effacer l’inscription KNK peinte en très gros caractères sur le fronton du stade omnisports, lequel fait partie du complexe Barthélemy BOGANDA, du nom du Président Fondateur qui, à ma connaissance, n’était pas KNK avant l’heure.

 

            Depuis toujours, résistant aux tentatives de tribalisation et de caporalisation politique, le sport a courageusement su préserver sa neutralité tribale et politique et a ainsi puissamment servi la cause de notre fraternité et de l’indispensable unité nationale.

 

            Depuis toujours, dans nos stades, à l’occasion des compétitions internationales, par delà leurs appartenances tribales et politiques, les cœurs des centrafricains vibrent à l’unisson pour leurs équipes nationales composées de sportifs sans distinction de leurs appartenances tribales et politiques, faisant du sport et des stades les creusets de notre fraternité, de notre patriotisme et de notre nationalisme.

 

            Depuis toujours, à l’occasion des compétitions locales, les cœurs des centrafricains vibrent à l’unisson pour leurs clubs respectifs composés de sportifs sans distinction de leurs appartenances tribales et politiques.

 

            C’est pourquoi, depuis toujours, les stades édifiés par l’Etat n’ont jamais été caporalisés par les partis politiques, qu’ils soient uniques (MESAN après BOGANDA et RDC de 1986 à 1993) ou seulement dominants (MLPC), de Barthélemy BOGANDA à Ange Félix PATASSE, en passant par David DACKO, Jean Bedel BOKASSA et André KOLINGBA, et que le tribalisme a toujours été déclaré « personna non grata » dans leurs enceintes. Aucun de ces ex-Présidents de la République, même Jean Bedel BOKASSA lorsqu’il devint Empereur n’a osé porter atteinte au caractère apolitique et patriotiquement galvanisateur et unificateur du sport.

 

            Malheureusement, depuis les dernières campagnes électorales pour les élections présidentielle et législatives, le nom du parti politique dominant, le KNK, a été peint en très gros caractères sur le fronton du stade Omnisports, privatisant ainsi frauduleusement et sans bourse délier cet ex-joyau national qui attend sa restauration depuis 32 ans au profit de ce parti politique, ce qui est intolérable.

 

            Certes, un parti politique peut organiser des meetings dans ce stade et apposer à ces occasions des banderoles portant son nom et ses mots d’ordre sur le fronton ou sur toute autre partie dudit stade, mais il ne saurait y peindre son nom, sauf à l’effacer immédiatement après chaque meeting.

 

            De même, un militaire qui, violant l’interdiction faite aux militaires d’exercer des activités commerciales, y compris l’exploitation de stations d’essence, organise dans ce stade une kermesse tonitruante sans que sa hiérarchie, dirigée en premier et en second par son père et son grand frère ne réagisse, ne saurait s’y incruster pendant 5 mois, troublant la quiétude des étudiants – hélas curieusement indifférents – qui habitent les cités universitaires pratiquement mitoyennes, empêchant par ailleurs pendant 5 longs mois les sportifs de s’entraîner dans les lieux, privant d’électricité les habitants des environs et les empêchant de dormir, de nuit comme de jour.

 

            De même aussi, un parti politique, fût – il présidentiel et outrageusement dominant ne saurait, à l’occasion des campagnes électorales, faire de ce lieu qui appartient à tous les centrafricains, y compris les partis politiques dont ceux de l’opposition, sa permanence, avec la complicité de la CEI et du Ministre de l’Administration du Territoire ainsi que le manque de vigilance des partis politiques de l’opposition et la couardise des patriotes membres du KNK, au sommet comme à la base.

 

            C’est rompre la nécessaire égalité entre les partis politiques et les candidats en compétition et fausser subséquemment les résultats des élections. C’est contrecarrer la nécessaire lutte pour la consolidation de l’Etat de droit et créer, consciemment ou inconsciemment, l’une des sources des contestations qui suivent la proclamation des résultats des élections et entraînent, ajoutées aux rébellions et aux invasions extérieures improprement appelées rébellions, une instabilité qui fait fuir les investisseurs et entrave le développement de notre pays.

 

            On ne saurait donc considérer comme « normal » le fait pour le parti outrageusement dominant du Président de la République de peindre son nom sur le fronton du stade Omnisports et s’en accommoder, sous prétexte de craindre les foudres des pistoléros du Président de ce parti ou de perdre un poste juteux, ou dans l’espoir d’accéder à un tel poste. L’Histoire ne nous le pardonnerait pas.

 

            Au bénéfice de tout ce qui précède, je sollicite respectueusement qu’il plaise à votre Excellence bien vouloir, en collaboration avec ses collègues concernés :

 

1.      Faire effacer sans délai l’inscription KNK peinte en très gros caractère sur le fronton du stade omnisports, sur fond orange, couleur du club ZARASCLO depuis 1990 et devenue aussi couleur du parti politique KNK ;

 

2.      Faire enjoindre à l’organisateur de la kermesse actuellement organisée dans ce stade d’y mettre fin dès après la fête du nouvel an, afin de permettre aux étudiants voisins de travailler dans la quiétude, aux sportifs d’y reprendre leurs entraînements et aux habitants du voisinage de dormir ;

 

3.      Faire enjoindre à l’ENERCA de cesser de plonger les habitants du voisinage dans l’obscurité, à seule fin de plaire à l’organisateur de la kermesse ou par crainte de ses colères homériques accompagnées de passages à tabac pour impunément « corriger un peu », (bel euphémisme !) quiconque a le malheur de se trouver sur son chemin, en sa redoutable profession de fils de son père et de « père fouettard » auto -proclamé.

 

            Vous remerciant d’avance pour votre courage et votre attachement à l’impartialité de l’Etat ainsi qu’au développement de la jeunesse et des sports dont vous avez la lourde charge, je vous prie de croire, Excellence Monsieur le Ministre, en l’expression de ma haute et respectueuse considération.

 

            Bangui, le 04 Janvier 2012,

 

 

 

Maître ZARAMBAUD Assingambi.-

 

Ampliations :

 

-          Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Energie, des Mines et de l’Energie

-          Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Administration du Territoire

-          Monsieur le Président du CNOSCA

-          Madame le Recteur de l’Université

-          Monsieur le Président du quartier Ben – Zvi 1

-          Monsieur le Président de l’ANECA

-          Presse

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion