Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 16:34

 

 

F Bozizé Yangouvonda

 

 

Monsieur TOUMANI Adil   France                         

France, le 17 octobre 2010

 

Objet : Courrier à mon président de la République.

Monsieur le président,

Un demi-siècle après les indépendances, la République Centrafricaine occupe le 179ème rang sur les 182 pays classés par les Nations Unis selon l’indice de développement humain de 2009. Avec une population estimée à 4 511 488 habitants et une superficie de 622 984 km², l’espérance de vie n’est que de 44.47 Ans et un PNB par habitant (2007) de 398 $USD.

Face à l’insécurité galopante dans nos villes, l’instabilité politique et sociale, l’étroitesse du marché et les contraintes de couts

(Télécommunications, transports etc.), la RCA peine à trouver la voie d’un développement durable et efficace.

Monsieur le président, vous avez contribué à maintenir une gestion macro-économique stable et obtenu des résultats satisfaisants au regard du programme de réforme conclu avec le Fonds Monétaire International pour la période 2007-2009. Un effort particulier a été accompli au niveau de la politique budgétaire et également au niveau des réformes fiscales. Des organisations internationales vous encouragent à poursuivre les réformes en vue de mobiliser les ressources, de soutenir la demande intérieure, et de financer les dépenses de consolidation de la paix à travers le programme de démobilisation et de réinsertion, et des élections présidentielles et législatives prévues en 2011. Certains témoignages apportés par des cabinets étrangers en matière votre politique macro-économiques, nous amènent à reconnaître les efforts effectués par vous et votre gouvernement pour sortir la RCA du sous-développement.

Avec tout le respect que je vous dois dû à votre fonction, je me permets de vous faire quelques suggestions.

Les centrafricains sont convoqués aux urnes au mois janvier 2011 pour vous réélire ou choisir votre successeur ainsi que leurs députés.

Ces élections sont capitales aux yeux de nombreux centrafricains. Elles doivent servir à redonner aux centrafricaines et centrafricains leur dignité et en même temps, faire de vous un homme ayant un sens élevé de la nation et de l’honneur.

Il s’agit de prouver aux yeux des autres nations que la RCA est vraiment indépendante grâce aux nouveaux dirigeants assoiffés d’honneur et de dignité. Vous détenez là, une occasion de rentrer dans l’histoire de notre pays.

Que vous gagnez ces élections, que vous les perdez, vous tenez là une opportunité de vous hisser au rang des grands hommes qui ont contribué à faire des pays africains des pays indépendants, et aussi qui ont donné leur vie afin de sauver l’Afrique toute entière et particulièrement notre pays du poids de la colonisation.

Boganda, Lumumba, Nkrumah et les autres qui vous ont précédé, là où ils sont aujourd’hui, vous diront merci si vous choisissez aujourd’hui de garantir l’égalité des citoyens, d’organiser des élections libres et transparentes, de reconnaître les résultats sortis des urnes en toute honnêteté.

Ainsi, tous ceux d’entre nous qui pourraient se laisser gagner par le fatalisme, le cynisme, l’indifférence, l’injustice puissent, en vous regardant, tenir des élections libres et transparentes, se laissent convaincre que le développement de notre pays, n’est pas seulement une histoire de diplôme, de technocrate, mais une histoire d’homme capable d’avoir une vision objective de son pays, possédant un sens de responsabilité, d’honneur élevé.

Nous avons eu en Afrique des hommes et des femmes bardés de diplômes et qui ont condamné leur peuple à vivre dans la pauvreté. Ce n’est ni une intention de ma part de dire que les diplômes ne servent à rien. Au contraire. Mais il y a urgence pour notre pays aujourd’hui, à travers vous, de sortir de ce cercle vicieux qui consiste à organiser des élections truquées dans le seul but d’essayer de vous  maintenir au pouvoir, en ignorant complètement le sens élevé de la nation, de l’honneur, de la dignité et de la liberté.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion