Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 01:45

 

 

marche des médecins centros

 

BANGUI Mercredi 31 août 2011 19:39 (Xinhua) - Les tradi-praticiens de Centrafrique ont interpellé mercredi le gouvernement sur l'absence d'une loi devant définir leur statut et les protéger dans l'exerce de leur activité, à l'occasion de la célébration de la Journée africaine de la médecine traditionnelle sur le thème « la conservation des plantes médicinales : Héritage africain ».

« Si un malade tombe et meurt entre les mains d'un tradi-praticien, qu'est ce qui peut le protéger ? Nos confrères de la médecine moderne ont un statut particulier qui les protège pourquoi pas nous ? », s'est interrogé le président de la fédération des tradi-praticiens Jean Richard Abiali.

D'après lui, les tradi-praticiens centrafricains sont sur ce point en retard sur le plan juridique et législatif vis-à-vis de leurs confrères de la sous-région de l'Afrique Centrale.

La ministre des Affaires sociales, Margueritte Pétrokoni-Zézé qui représentait son collègue de la santé, a fait remarquer que le projet de loi sur la médecine traditionnelle en Centrafrique et fixant le statut des tradi-praticiens est actuellement sur la table de l'Assemblée Nationale et n'attend qu'à être examiné dans les sessions parlementaires de la nouvelle législature qui vient d'être élue.

Jean Richard Abiali a aussi indiqué que « Le tradi-praticien est la première personne qui doit protéger la forêt dans sa façon de couper les écorces, les branches et les racines ». Pour lui, le tradi-praticien est celui qui doit avoir toujours à l'esprit, le sens de conservation de la flore parce que les plantes constituent sa matière première.

Le président de la fédération des tradi-praticiens de Centrafrique a par ailleurs pointé un doigt accusateur sur les sociétés d'exploitation forestière qui selon lui, sont « les principales destructeurs de la forêt » par leurs activités, plus que la population qui détruit des parcelles pour l'agriculture de survie ».

Le bureau de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé l'organisation, dans les prochains jours d'une formation des tradi-praticiens centrafricains sur la conservation de la nature et de la biodiversité.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société