Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 01:38

 

 

Bozize KNK

 

 

Une réunion extraordinaire de sécurité s’est tenue le vendredi 24 septembre 2010 à Sassara, et placée pour la première fois sous la présidence d’un certain NICO,  le directeur général adjoint des Renseignements de la Présidence (dont le DG et coordonnateur est Joël MOIDAMSE SINFEI). NICO était assisté du capitaine Eugène NGAIKOISSET  « le boucher de Paoua » qui dirige le service « action »   logé dans le garage situé à côté du Centre Protestant pour la Jeunesse.

Prenaient également part à la réunion :

-          Francis BOZIZE

-          Capitaine John SALLE, fils de Kockcis OUILIBONA, Député

-          Lieutenant Teddy BOZIZE

-          Capitaine Vianney SEMNDIRO

-          Jules Bernard OUANDE

-          Elie OUEFIO

-          Lieutenant Olivier KOUDEMON alias GBANGOUMA

-          Lieutenant DOKABONA

-          Sergent- Chef NAGO

-          Marius SINFEI, Commissaire Spécial de l’Aéroport et frère cadet de Joël MOIDAMSE SINFEI ;

-          Lieutenant OUILIBOZOUMNA

-          Sergent-Chef  FEASSONE

L’unique point inscrit à l’ordre du jour portait sur l’affaire ZIGUELE et sur PATASSE.

Le débat a commencé sur le voyage effectué par Martin ZIGUELE, Président du MLPC, dans la Nana-Mambéré. Le capitaine Vianney SEMNDIRO et les Sergent-Chef FEASSONE et NAGO avaient été dépêchés dans la Nana- Mambéré pour enquêter sur le passage de la mission de ZIGUELE. Cette enquête complète celle menée par le Préfet de la Nana-Mambéré, Monsieur DENGBE, qui s’était rendu dans la nuit du jeudi 16 septembre à Baboua avec une moto conduite par discrétion par un militaire. Arrivé sur place, le préfet DENGBE a été informé par le sous-préfet de Baboua, Monsieur Marc OUEFIO, qu’à son arrivée dans la ville, ZIGUELE a été triomphalement accueilli par la population et il est allé saluer la famille Massi pendant un quart d’heure dans leur domicile familial. Ne pouvant aller lui-même rencontrer ZIGUELE pour ne pas éveiller ses soupçons, le Préfet DENGBE a dépêché le sous-préfet de Baboua, Monsieur Marc OUEFIO et ses collaborateurs, pour aller, sous-prétexte de  visite de courtoisie, sonder ZIGUELE et sa suite sur ses intentions par rapport à l’information reçue et selon laquelle il allait organiser la place mortuaire de Charles MASSI cette nuit-là. L’information s’est avérée fausse parce que le sous-préfet Marc OUEFIO a trouvé ZIGUELE et sa suite à la Cité des missionnaires luthériens en train de causer tranquillement entre eux après leur dîner. Aucune place mortuaire n’a été organisée par lui ni par sa suite. Le lendemain matin, ZIGUELE a organisé une assemblée générale avec ses militants au domicile de leur président sous-fédéral et a continué sur Béloko-Cantonniers.

A Béloko-Cantonniers, il a été placé sous la surveillance constante du Commissaire Spécial de la ville de Béloko, Monsieur SIKINDJI François. Après une assemblée générale au domicile de la Présidente de la section féminine de son parti à Cantonniers, il est reparti sur Abba et n’a donc pas organisé de place mortuaire à Béloko.

A son retour d’Abba, il s’est rendu avec sa délégation chez le sous-préfet Marc OUEFIO à domicile pour le saluer, puis il est allé saluer à nouveau le frère aîné de MASSI avant de partir pour Bouar. D’après les rumeurs que nous n’avons pas encore vérifié de source sûre, ZIGUELE aurait demandé le soutien politique de la famille MASSI, pour les venger en cas de victoire.

Le capitaine Eugène NGAIKOISSET a pris la parole pour dire qu’il a toujours voulu régler « militairement » le compte de ZIGUELE et on lui a toujours refusé cela. Voilà que maintenant ZIGUELE montre son vrai visage. « Si on le laisse aller aux élections et qu’il gagne, notre sort sera scellé », a-t-il martelé.

Francis BOZIZE l’a interrompu en ces termes : « Vous les membres de la Garde Présidentielle, vous n’êtes pas discrets. C’est vous qui avez divulgué les problèmes de santé de mon père. Quand mon père est tombé au palais, est ce que les journaux privés étaient présents ? C’est vous qui les avez informés. Alors toi, NGAIKOISSET, ce que tu dis maintenant -là, si nous prenons une décision ici contre ZIGUELE, demain ce sera connu de tout le monde. Donc moi je ne dis rien jusqu’au retour de mon père. Et ce NGOUANDJIKA, chaque fois qu’il crie à la radio, il nous complique les choses. Je suis d’accord avec le Premier Ministre que ce n’est pas quelqu’un comme NGOUANDJIKA qui doit être porte-parole du gouvernement, il nous complique la vie et raconte n’importe quoi. En plus il fait gratuitement la publicité de ZIGUELE qui fait grâce à lui la « une » des journaux et des médias internationaux…Tout cela en l’absence de mon père et du Premier Ministre, c’est du sabotage. En tout cas, il faut savoir que si ZIGUELE a dit qu’il veut venger MASSI, cela signifie que Patassé qui a emmené MASSI dans la politique centrafricaine pense aussi la même chose. Cela veut dire aussi que les membres actuels du gouvernement qui sont de la famille MASSI, comme NALKE et NTELNOUMBI, pensent aussi la même chose mais n’osent pas l’exprimer. De même ses parents comme les Emery DEDE et autres. Alors quelle conclusion tirez-vous ? »

NGAIKOISSET a repris la parole pour dire que lui il est opérationnel 24h/24h. Il a dit qu’il se sait déjà condamné donc il n’a peur de rien ni de personne. Il veut que Francis lui donne suffisamment de munitions, et des crédits téléphoniques pour ses éléments.

Les autres membres qui suivaient jusque-là sans prendre la parole sont intervenus pour dire qu’il faut agir avec ZIGUELE comme avec Jean-Paul NGOUPANDE : il faut trouver une occasion de lui administrer un poison chinois pour le rendre impotent et grabataire en toute discrétion. Ils ont ajouté que NGOUANDJIKA ne rend service ni au Président ni au KNK avec ces déclarations tonitruantes qui renforcent la position de ZIGUELE. Il faut le changer comme porte-parole avant les élections pour éviter la catastrophe.

 Entretemps est arrivé  Joël MOIDAMSE SINFEI. Il était le plus acharné contre ZIGUELE, et il a dit que lui, il était en constant contact téléphonique avec le Commissaire spécial de la Ville de Béloko, Monsieur SIKINDJI François, pour suivre les déplacements de ZIGUELE. Il a dit que le MLPC revenu au pouvoir ne lui pardonnera jamais, et que quelle que soit la décision à prendre, il faut toujours boycotter et saboter les déplacements de ZIGUELE, et ne lui laisser aucune marge de manœuvre politique jusqu’aux élections. Il a ajouté qu’à son avis, poursuivre ZIGUELE en justice comme dit NGOUANDJIKA est inutile car les magistrats sont majoritairement hostiles au pouvoir et vont classer le dossier sans suite après un semblant d’instruction. En plus ZIGUELE utilisera toute poursuite judiciaire pour jouer au martyre et faire sa propre publicité.

Francis BOZIZE est encore revenu à la charge pour dire qu’il attend le retour de son père pour décider du cas ZIGUELE. En attendant il allait convoquer tous les éléments de la GP qui ont assisté à la chute de son père au Palais, et c’est ce qu’il a effectivement fait ce samedi 25 septembre à 18 heures.

En divers :

Le Ministre Jules Bernard OUANDE a pris la parole pour dire que les élections c’est l’argent. Si François BOZIZE leur remet de l’argent pour les contacts, il faut qu’ils donnent effectivement cet argent aux personnes cibles, au lieu de garder cet argent par devers eux. C’est en distribuant l’argent à des personnes bien ciblées, que lui OUANDE qui était détesté dans son quartier, est maintenant courtisé par tout le monde.

Le Chef d’escadron  Papy BOZIZE a demandé à Elie OUEFIO de désigner 5 jeunes KNK pour intégrer les comités de recensement dans les arrondissements de Bangui et en province, afin de sauvegarder les intérêts du KNK.

Le Lieutenant DOKABONA a dit qu’il est spécialement venu à cette réunion pour les informer des plaintes et des récriminations exprimées en sourdine par les associations satellites du pouvoir : « BDR » de Richard NGOUANDJA, le « CSB » d’Apôtre YAKOTA, « 5 Etoiles » de la dame BADI, l’une des nombreuses maîtresses de François BOZIZE, habitant à côté de la résidence de l’ambassadeur  du Cameroun) et d’« Action Courant », créé par un membre de la diaspora en France. Ces associations se plaignent du fait que seuls les jeunes Gbaya de KNK pur ont vu leur liste retenue  pour intégrer la gendarmerie malgré le concours effectué. Francis BOZIZE a demandé le retrait de cette liste en attendant le retour de son père.

Le lundi 27 septembre, Francis BOZIZE doit décaisser les fonds de précampagne et les remettre aux délégués.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique