Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 19:09




APA Libreville 2009-10-20 13:48:26 (Gabon) Les membres du nouveau gouvernement gabonais formé samedi dernier par le président Ali Bongo Ondimba ont été invités à déclarer leur patrimoine auprès de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite, dans un délai d’un mois, a appris APA.

La décision entre dans le cadre des nouvelles mesures prises par le gouvernement gabonais en vue de la réduction du train de vie de l’Etat, de la lutte contre la corruption et le népotisme dans l’administration gabonaise.

Selon le communiqué final ayan sanctionné la réunion du premier conseil des ministres, présidé lundi par le président Ali Bongo Ondimba, les députés et les sénateurs ne cumuleront plus leurs activités parlementaires avec les fonctions de président de conseil d’administration de sociétés ou organismes des secteurs publics et parapublics, ainsi que des sociétés privées.

Le gouvernement a également décidé de lancer des audits sur les effectifs de la fonction publique, la masse salariale et la dette intérieure et extérieure de l’Etat, indique le communiqué, qualifiant le nouveau gouvernement de «gouvernement de l’émergence» mis sur pied pour «mettre en œuvre le projet de société « l’avenir en confiance» sur la base duquel Ali Bongo Ondimba a été élu.

«Toute l’équipe gouvernementale doit s’employer à mettre en œuvre, dès ce mois d’octobre, l’objectif de faire du Gabon un pays émergent, indique le texte, soulignant que la mise en œuvre de cet objectif fera l’objet d’un suivi permanent avec des bilans d’étapes en la forme d’évaluation tous les trois mois.

La mission de l’ensemble du gouvernement de l’émergence ne saurait être une sinécure. Il s’agit d’une tâche lourde et difficile, une sorte de sacerdoce, souligne le texte, rappelant que les membres du gouvernement sont au service du Gabon, de la nation, pour son développement, et non au service d’un clan, d’une ethnie, d’une communauté, d’une province ou d’un département.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE