Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 21:31

 

 

Mort-ou-vif.JPGMort-ou-vif.--2-JPG.JPG


Les embrouillaminis de Bozizé

 

La terreur infligée par François Bozizé et sa galaxie à la population centrafricaine en général et l’intelligentsia, le secteur privé et l’armée est sur le point de partir en fumée. L’avancée fulgurante de la coalition des rebelles dite « Séléka » confirme l’impuissance de la bozizie et tous ses généraux et conseillers réunis. Il n’y a pas de boucs émissaires à se chercher en accusant la France et les Etats-Unis qui ont toujours été au chevet du peuple centrafricain sous la tyrannie de Bozizé. Avant et après le Dialogue Politique Inclusif depuis 2007, les recommandations ont été appliquées sur mesure. Le fameux Comité de Suivi des Recommandations du Dialogue Politique Inclusif présidé par Henri MAÏDOU n’a toujours pas des informations sur la disparition d’un des politico-militaires qui y siégeait et était gardé au camp de la MICOPAX. C’est aussi l’arrestation de Jean-Jacques DEMAFOUTH accusé de préparer un coup d’état. Avec sa stratégie de débauchage des membres de l’opposition assoiffés de poste ministériel ou de se faire appeler « anciens ministres » puisqu’il finit toujours par les mettre sur le banc de touche. Aujourd’hui, Bozizé se permet de faire appel au dialogue lorsqu’on sait qu’il n’a plus le contrôle du territoire.


La bozizie croyait multiplier des exactions dans le pays afin de faire asseoir sa suprématie sur la République Centrafricaine et gouverner à vie en modifiant aisément la Constitution de la République. Avec la progression du Seleka, Bozizé nie avoir la moindre intention de modifier la constitution . Tout se passe comme si Bozizé avait perdu tous ses sens et qu’il ne fait que se réveiller lorsque la situation est déjà pourrie avec un pays ingouvernable sur le plan sécuritaire. Et s’il suivait les alertes de la presse ?

 

Les illusions de Bozizé

 

Bozizé a encore en lui les vieux souvenirs de sa présence de Garde corps rapproché auprès de l’ex empereur Jean Bedel Bokassa 1er juste au lendemain des indépendances africaines. Ce dernier qui a eu les illusions qu’il pouvait s’éterniser au pouvoir. Il est enfin mort plus tard dans des conditions déplorables pour un ancien Chef de l’Etat et qui se dit au surplus empereur. Et si la lecture de l’histoire récente de la République Centrafricaine pouvait leur prodiguer conseil ? Hélas, tout se passe comme si le pouvoir et l’argent les ont aveuglés s’ils n’ont pas été simplement à mesure de mieux gouverner. C’est d’ailleurs, juste pour la simple raison que c’est le hasard de l’histoire qui a conduit ce général d’opérette de François Bozizé à parvenir au pouvoir sans bavure et ses garçons en majorité militaires qui passent leur temps à sucer des bonbons dans la voiture comme des gamins surtout Papy qui en est le friands. Les contextes ne sont plus les mêmes aujourd’hui.

 

Bozizé le « boucher »

 

Bozizé se fait appeler « boucher » ou encore « dépeceur » de ses compatriotes surtout ceux qui dénoncent sa politique machiavélique. En effet c’est la départ en exil, les arrestations arbitraires, les déportations à des destinations inconnues si ce n’est pas vers ses prisons spéciales. Et c’est l’assassin de Bozizé qui se sentant en danger appel au dialogue. C’est là où le suspect plane lorsqu’un meurtrier est brusquement animé de l’Esprit Saint et sain. Il y a de quoi à se poser mille questions. Ne va-t-il pas changer de direction lorsque les hostilités auront cessé ?

  

On aura retenu de Bozizé et ses sbires que son règne ne s’est limité qu’à Bangui puisque presque les provinces de la République Centrafricaine vivent sans protection de l’Etat. Les centrafricains sont exposés à tous dangers quelques soient les origines.


La boziziephobie n’est que pure illusion. François Bozizé, ses enfants les plus délinquants des fils des chefs d’état au monde et tous ceux qui gravitent autour d’eux pour des miettes font désormais des calculs pour leur retour ou départ en exil ou alors pactiser avec les assaillants. Mais ils doivent rendre compte de leurs actes.  

 

La jeunesse n’est pas un bouclier humain

 

Bozizé n’a pas honte de l’exode forcé de la jeunesse centrafricaine vers Brazzaville en République du Congo à la recherche de la pitance. Bozizé n’a pas honte de son incurie et ose parler d’une agression extérieure. Bozizé n’a pas honte de son projet machiavélique du recrutement clanique dans les rangs de des FACA et tourné en vinaigre. D’où son buste a été déboulonné et enterré au cimetière de Ndress de son vivant. Il lance un appel à la jeunesse pour le rejoindre dans la bataille contre la rébellion Seleka. De quelle jeunesse pense-t-il ? « La Jeunesse debout. Toi seule tu dois veiller sur ton pays car si tu as peur, ce sera ton problème car je ce que je fais est pour vous, je me bats pour vous… », scande Bozizé à la jeunesse.


Si c’est la jeunesse centrafricaine, il faut dire qu’elle a été sauvée de justesse par la maladresse de Francis Bozizie aux ordres de son père de président. Ces jeunes qui devraient être lancés au front comme agneaux sur l’autel des holocaustes. Qu’il cesse de nous divertir avec ses discours coupés des réalités vécues par les jeunes centrafricains sous son régime. C’est le règne le plus médiocre au plus pire des cas absolument nul que la Centrafrique aura connu. La boziziphobie est à son début de la fin…


Wait and see.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion